Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - France

Le ras-le-bol du monde de la culture après un an de crise sanitaire

Le ras-le-bol du monde de la culture après un an de crise sanitaire

Des professionnels du monde de la culture manifestent place de la Bastille, à Paris, le 15 décembre 2020. Photo XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP

Plusieurs milliers de professionnels du monde de la culture ont manifesté jeudi en France pour crier leur ras-le-bol et demander la réouverture des lieux culturels, un an après les premières mesures de fermeture.

"Ca fait un an qu'on est bloqué chez nous", regrette Louis-Marie Hippolyte, 34 ans, régisseur lumière dans le théâtre, ayant participé au rassemblement à Grenoble (sud-est). Depuis la crise sanitaire, il travaille "5 et 10 heures par mois" et vit de l'allocation pour les intermittents du spectacle.

"Ca fait un an qu'on est au point mort", abonde Sabine Grislin, danseuse et trapéziste, devant la préfecture, à Strasbourg (est). "Les petites structures" ne sont pas assez soutenues, estime cette artiste qui dit avoir la chance de bénéficier "depuis un an de répétitions payées". "On est en train de crever!", s'emporte Xavier, un quadragénaire dont les dettes s'accumulent, ayant manifesté place de la République à Paris, à l'appel du syndicat CGT Spectacle. "Avant le coronavirus, je gagnais bien ma vie en enchaînant les contrats longs et courts dans l'événementiel, mais depuis l'annulation des festivals, je ne peux que remplir le frigo et je ne peux plus payer mon loyer tous les mois", se désespère-t-il.

Le gouvernement, qui a fermé fin octobre les théâtres, musées et autres lieux culturels pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, n'a donné aucune date de réouverture, attendant le résultat de plusieurs "concerts-tests" ainsi qu'une expertise sur la situation des intermittents.


Plusieurs milliers de professionnels du monde de la culture ont manifesté jeudi en France pour crier leur ras-le-bol et demander la réouverture des lieux culturels, un an après les premières mesures de fermeture."Ca fait un an qu'on est bloqué chez nous", regrette Louis-Marie Hippolyte, 34 ans, régisseur lumière dans le théâtre, ayant participé au rassemblement à Grenoble (sud-est)....