Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

Le CICR craint que la Syrie ne devienne une crise oubliée

Le CICR craint que la Syrie ne devienne une crise oubliée

Patrouille des forces armées syriennes dans la ville d’al-Qaryatain, dans la province de Homs, au centre du pays, le 4 avril 2016. Photo d'archives JOSEPH EID/AFP

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé jeudi craindre que la communauté internationale n'oublie la Syrie, dix ans après le début de la guerre, et se focalise sur un autre conflit. "La communauté internationale ne peut pas se détourner de la Syrie. Sa population a besoin d'une solution politique, d'un soutien financier (...) et d'un avenir", a déclaré le Suisse Peter Maurer, qui doit se rendre prochainement dans ce pays. Mais, a-t-il souligné, "je crains que la communauté internationale ne considère la Syrie comme un problème politique insoluble et passe à la crise suivante, laissant des millions de vie détruites sans guère de solutions".

Cet appel est d'autant plus pressant que les besoins humanitaires des Syriens ne cessent de s'accroître, aggravés notamment par la pandémie de Covid-19.

"Près des 3/4 de la population a désormais besoin d'une aide humanitaire, soit une augmentation de 20% par rapport à il y a 12 mois. La Syrie est la plus grande opération du CICR et l'opération la plus complexe au monde aujourd'hui", a souligné M. Maurer. "Il est clair que la Syrie se trouve prise dans une spirale meurtrière, avec la guerre, le ralentissement économique, la pandémie et les sanctions" internationales, a-t-il relevé, en demandant à la communauté internationale de s'entendre sur "des réponses concrètes et des mesures pragmatiques", notamment sur le plan humanitaire.

Le chef du CICR a également souligné l'importance de réparer "tout le tissu social" en Syrie afin de prévenir d'autres conflits, mais a indiqué que cela ne pourra être possible que si les droits, notamment des détenus, des personnes déplacées, dess réfugiés et des familles des combattants étrangers, sont respectés. A cet égard, a-t-il dit, la recherche des personnes disparues est "cruciale et urgente", alors que des dizaines de milliers de familles attendent des nouvelles de leur proche. "Leur décennie de douleur empêche les sociétés de se réconcilier", a-t-il insisté. Le dirigeant a également demandé que les détenus soient traités "avec humanité et dignité", soient autorisés à maintenir des liens avec leur famille et puissent se voir offrir une "certaine perspective" de retour chez eux.

Le conflit en Syrie a fait plus de 387.000 morts depuis 2011. Mais dix ans après le début de la guerre, le conflit continue de diviser la communauté internationale, les pourparlers menés sous l'égide de l'ONU n'ayant abouti à aucune avancée.



Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé jeudi craindre que la communauté internationale n'oublie la Syrie, dix ans après le début de la guerre, et se focalise sur un autre conflit. "La communauté internationale ne peut pas se détourner de la Syrie. Sa population a besoin d'une solution politique, d'un soutien financier (...) et d'un avenir", a déclaré le...