Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

EDL annonce une amélioration prochaine de l’approvisionnement

EDL annonce une amélioration prochaine de l’approvisionnement

Électricité du Liban a annoncé hier attendre que l’État libanais s’acquitte d’une facture impayée concernant le fuel de grade B. Photo João Sousa

Le fournisseur public Électricité du Liban (EDL) a annoncé hier une amélioration prochaine de l’approvisionnement du pays en électricité, alors que le Liban connaît un rationnement extrêmement sévère depuis plusieurs jours, une situation dénoncée au cours du week-end lors de plusieurs manifestations organisées en plein contexte de crise.

Dans son communiqué, rapporté par l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), EDL a ainsi expliqué que la cargaison de fuel de catégorie A à destination de la centrale de Zouk (Kesrouan) a été totalement déchargée du navire la transportant, ainsi que celle contenant du gasoil pour la centrale de Zahrani (Liban-Sud). Les deux navires se sont ensuite respectivement dirigés vers les centrales de Jiyé (Chouf) et de Deir Ammar (Liban-Nord) mais leur déchargement a toutefois été suspendu en début de soirée hier en raison des intempéries. « Les différentes régions libanaises, notamment le Beyrouth administratif, ressentiront une amélioration dans l’alimentation électrique une fois ces cargaisons de fuel déchargées », a promis EDL.

Facture impayée

Un autre navire chargé de fuel de catégorie B patiente toujours au large des côtes libanaises dans l’attente de l’ouverture des lignes de crédit nécessaires de la part du gouvernement libanais qui doit s’acquitter de la facture, a précisé EDL, rappelant que les deux centrales flottantes et une troisième équipée de « moteurs inversés » qui fonctionnent avec ce type de fuel étaient presque à court de carburant. Vendredi dernier, le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, avait pourtant affirmé avoir signé « l’ouverture de l’ensemble des crédits nécessaires à EDL » pour le déchargement de la cargaison de fuel de deux navires mouillant dans les eaux libanaises, soulignant « ne disposer d’aucun impayé ». Au courant de la même semaine, le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Raymond Ghajar, avait, lui, déclaré que son ministère ne serait plus en mesure de payer le carburant consommé par les centrales du fournisseur public à la fin mars si des financements supplémentaires n’étaient pas trouvés.

Ne produisant déjà pas suffisamment d’électricité pour satisfaire la demande en temps normal, l’établissement public a dû baisser sa production de près de 20 % en 2020 pour des raisons financières, plongeant le pays dans le noir à plusieurs reprises au cours de l’année, alors que le Liban traverse une grave crise économique et financière depuis plus d’un an et demi. Le pays a de surcroît perdu un de ses fournisseurs de carburant, l’algérien Sonatrach, qui n’a pas renouvelé son contrat arrivé à terme fin 2020, à la suite d’un scandale de fuel défectueux, tandis que celui de son autre fournisseur, le koweïtien KPC, n’a été prolongé que pour une durée de trois mois, selon des informations relayées à L’Orient-Le Jour.

Pour mémoire

Les appels d’offres pour remplacer les fournisseurs d’EDL enfin lancés

En l’absence de solution pérenne pour s’approvisionner en carburant, le Liban a récemment annoncé un accord avec l’Irak qui devrait couvrir le quart des besoins d’EDL, mais les caractéristiques du fuel irakien ne correspondent pas aux spécifications des centrales libanaises, selon plusieurs experts interrogés par le magazine Le Commerce du Levant. La Direction des adjudications (DDA) a, elle, publié la semaine dernière trois appels d’offres pour l’importation de fuel oil de grades A et B et de gasoil pour EDL afin d’alimenter les centrales électriques nationales, un dossier qui avait fait ces derniers mois l’objet d’un bras de fer entre la DDA et la Direction générale du pétrole qui relève du ministère de l’Énergie. Les échéances ont été respectivement fixées aux 19, 20 et 21 avril. Enfin, la hausse du rationnement coûte de plus en plus cher aux Libanais abonnés aux propriétaires de générateur privé, dont la facture a beaucoup augmenté en un an (730 livres libanaises le kWh en février, contre 423 livres à la même période l’an dernier).


Le fournisseur public Électricité du Liban (EDL) a annoncé hier une amélioration prochaine de l’approvisionnement du pays en électricité, alors que le Liban connaît un rationnement extrêmement sévère depuis plusieurs jours, une situation dénoncée au cours du week-end lors de plusieurs manifestations organisées en plein contexte de crise.Dans son communiqué, rapporté par...

commentaires (2)

Certains diront, à juste titre, que la critique est facile... mais si l'on commençait par le commencement, à savoir recouvrer les factures en retard , la dernière facture payée date du mois d'avril 2020... probablement la majeure partie des foyers alimentés sont dans ce cas et surtout commencer la chasse aux fraudeurs, qui sans coup férir, pillent allègrement la production d'électricité, cela permettrait probablement de réduire d'au moins 20% la note...

C…

16 h 28, le 02 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Certains diront, à juste titre, que la critique est facile... mais si l'on commençait par le commencement, à savoir recouvrer les factures en retard , la dernière facture payée date du mois d'avril 2020... probablement la majeure partie des foyers alimentés sont dans ce cas et surtout commencer la chasse aux fraudeurs, qui sans coup férir, pillent allègrement la production d'électricité, cela permettrait probablement de réduire d'au moins 20% la note...

    C…

    16 h 28, le 02 mars 2021

  • EDL, LA MOITIE DE LA DETTE QUI A FAIT FAIRE FAILLITE LE PAYS. LA CAUSE CEUX QUI NE PAIENT PAS D,ELECTRICITE CAR BRANCHES ILLEGALEMENT SUR LES LIGNES ELECTRIQUES, SPECIFIQUEMENT TOUTE UNE COMMUNAUTE ET SURTOUT SES ARMEES DE MERCENAIRES .

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 06, le 02 mars 2021

Retour en haut