Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Grèce

Démission du porte-parole du gouvernement, sur fond de gestion d'une affaire de viols

Démission du porte-parole du gouvernement, sur fond de gestion d'une affaire de viols

Un drapeau grec. Photo d'archives AFP

 Le porte-parole du gouvernement de droite grec, Christos Tarantilis, a démissionné dimanche de ses fonctions en évoquant "des raisons familiales", alors que la Grèce est dans la tourmente d'une affaire de viols en série sur mineurs, dont la gestion par le gouvernement a été fortement critiquée.

Dans une lettre envoyée au Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, Christos Tarantilis, 47 ans, explique que "des raisons familiales ne lui permettaient pas de continuer d'exercer ses fonctions". En tant que député du parti de droite Nouvelle-Démocratie, Christos Tarantilis a souligné toutefois dans sa lettre qu'il continuerait au Parlement à contribuer "aux efforts de réformes" de son parti, "honorant la confiance que le Premier ministre lui avait accordé".

Nommé porte-parole lors d'un remaniement restreint effectué par Kyriakos Mitsotakis début janvier, Christos Tarantilis est resté à ce poste moins de deux mois. Il sera remplacé par Aristotelia Péloni, qui jusqu'ici était porte-parole adjointe du gouvernement, a indiqué un bref communiqué des services du Premier ministre.

La démission de Christos Tarantilis intervient alors que le gouvernement de droite est sous les feux de la critique de l'opposition et des médias, accusé d'avoir voulu "camoufler" une affaire de viols en série sur mineurs. Dans cette affaire est impliqué l'ex-directeur du Théâtre national grec Dimitris Lignadis, nommé par le gouvernement. Dimitris Lignadis a été inculpé jeudi de deux viols en série sur mineurs et placé en détention provisoire.

Cette affaire s'inscrit dans le cadre d'une multiplication de dénonciations d'agressions sexuelles dans le milieu du sport et de la culture depuis deux mois, un mouvement qui secoue la Grèce et ne cesse prendre de l'ampleur. L'opposition de gauche et des médias réclament la démission de la ministre de la Culture Lina Mendoni, qui avait nommé Dimitris Lignadis à la tête du prestigieux théâtre du pays.

Au pouvoir depuis un an et demi, la Nouvelle-Démocratie de Kyriakos Mitsotakis continue d'être en tête des intentions de vote avec 33% devant son prédécesseur de la gauche Syriza, qui n'en recueillerait que 24%, selon un sondage de l'institut Prorata publié samedi dans le Journal des rédacteurs (gauche).

Toutefois, l'écart entre les deux partis s'est réduit ces deux derniers mois. Des experts évoquent "une usure" du gouvernement, surtout après sa gestion de l'affaire Dimitris Lignadis. Début janvier une enquête de l'institut MRB avait crédité la Nouvelle Démocratie de 38,1% des intentions de vote et Syriza de 23,1%.


 Le porte-parole du gouvernement de droite grec, Christos Tarantilis, a démissionné dimanche de ses fonctions en évoquant "des raisons familiales", alors que la Grèce est dans la tourmente d'une affaire de viols en série sur mineurs, dont la gestion par le gouvernement a été fortement critiquée.Dans une lettre envoyée au Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, Christos Tarantilis, 47...