Rechercher
Rechercher

Agenda - Hommage

À mon neveu Fady Mallat : tu me manques déjà

À mon neveu Fady Mallat.

Hayété, chaque fois que je te rencontrais, je te demandais : qu’est-ce qui existe et qu’on ne voit pas ? Et tu éclatais de rire. Effectivement, que de fois tu me promettais de passer me voir et tu ne le faisais jamais. Je sais bien que ce n’était pas par manque d’amour. Mais c’était toi. Je te comprenais et ne t’en voulais pas. Mais maintenant, je t’en veux. Oh ! Comme je t’en veux. Beaucoup même. Tu nous a quittés et tu m’as laissée sur ma faim. « Ma chbe3et mennak, ya albé. »

Les beaux étés que nous passions tous ensemble à Mhaïté, dans notre jolie maison familiale, avec jeddo et teta, resteront à jamais gravés dans mon cœur. Belle époque à jamais révolue. Tu me manques tant, Fadfoud.

Au revoir.

DADA

(comme tu aimais m’appeler)


À mon neveu Fady Mallat.Hayété, chaque fois que je te rencontrais, je te demandais : qu’est-ce qui existe et qu’on ne voit pas ? Et tu éclatais de rire. Effectivement, que de fois tu me promettais de passer me voir et tu ne le faisais jamais. Je sais bien que ce n’était pas par manque d’amour. Mais c’était toi. Je te comprenais et ne t’en voulais pas. Mais maintenant, je...