Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Quarante-sept nouveaux décès en 24h

941 personnes sont actuellement hospitalisées en soins intensifs. 
Quarante-sept nouveaux décès en 24h

Une membre du personnel médical d'un hôpital libanais en combinaison sanitaire le 15 février 2021. Photo Joao Sousa

Au premier jour de la deuxième étape du déconfinement progressif, le pays a enregistré 47 décès et 1 541 nouvelles contamination au cours des dernières 24h, selon le bilan publié lundi soir par le ministère de la Santé. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 18,1 %, un chiffre en baisse depuis plusieurs jours mais qui reste tout de même élevé. Au total, 356 597 personnes ont contracté le virus depuis février 2020, parmi lesquelles 4 387 sont décédées, alors que 272 200 ont été guéries. Parmi les cas toujours actifs, 2 226 personnes sont hospitalisées, dont 941 en soins intensifs, des chiffres en légère hausse par rapport aux derniers jours.

Ce nombre peu élevé de nouvelles contaminations officiellement enregistrées est à relier au faible nombre de tests effectués hier, dimanche, jour de fermeture pour de nombreux laboratoires.

Au niveau de la vaccination, aux 28.500 doses du vaccin Pfizer/BioNTech livrées le 13 février, se sont ajoutées les doses de la deuxième cargaison de 31.000 vaccins Pfizer-BioNtech arrivées samedi à l'aéroport de Beyrouth. Elles ont commencé à être distribuées dans 26 hôpitaux du pays, rapporte la chaîne locale LBCI. La campagne de vaccination a par ailleurs commencé à l'hôpital gouvernemental de Rachaya (Liban-Sud), selon notre correspondante Sarah Abdallah.

"Erreurs et défauts de la plateforme"
"La campagne de vaccination se passe bien malgré quelques erreurs et défauts de la plateforme", a estimé le président de la Commission parlementaire de la santé Assem Araji lors d'une interview à la radio "Voix du Liban". Commentant en outre les rassemblements de Libanais, dans plusieurs régions du pays, au cours du week-end, pour profiter du soleil et de la neige dans plusieurs localités d'altitude, M. Araji a estimé que ces scènes ne sont "pas rassurantes", craignant qu'elles ne "réenclenchent la propagation du virus".

Lire aussi

L’épidémie a un an : qu’est-ce qui explique cette descente aux enfers ?

Le coup d'envoi de la campagne de vaccination avait été lancé le 15 février dans tout le Liban. Le ministre Hamad Hassan avait en outre annoncé vendredi la signature d'un contrat pour l'importation d'un million et demi de doses du vaccin AstraZeneca/Oxford. Des doses de ce vaccin et du russe Spoutnik V devraient être réceptionnées dans les prochaines semaines. Le ministère de la Santé a parallèlement commencé à étudier le dossier des vaccins chinois.

Lire aussi

Au Moyen-Orient, la question de la vaccination des réfugiés est particulièrement préoccupante

Le Liban a entamé le 8 février son déconfinement progressif, après trois semaines de bouclage strict. Le couvre-feu total reste en vigueur, mais certains secteurs ont pu rouvrir leurs portes, notamment les magasins d'alimentation et les banques. Ce déblocage s'étend sur quatre phases de deux semaines chacune et une nouvelle étape a commencé aujourd'hui avec la réouverture de plusieurs secteurs.

Le déconfinement a été entamé malgré des statistiques toujours élevées en termes de contaminations et décès. Le nombre d'hospitalisations reste aussi relativement élevé, alors que les hôpitaux du pays, qui souffrent déjà des retombées de la grave crise économique et financière que subit le pays, sont toujours à la limite de la saturation. 


Au premier jour de la deuxième étape du déconfinement progressif, le pays a enregistré 47 décès et 1 541 nouvelles contamination au cours des dernières 24h, selon le bilan publié lundi soir par le ministère de la Santé. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 18,1 %, un chiffre en baisse depuis plusieurs jours mais qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut