Rechercher
Rechercher

Économie - Filet de sécurité sociale

Diab demande « une base de données unifiée et transparente » des bénéficiaires

Le Premier ministre sortant Hassane Diab a souligné hier « la nécessité d’adopter une base de données unifiée et transparente » des familles bénéficiaires de l’aide d’urgence qui sera distribuée grâce au prêt de 246 millions de dollars octroyé par la Banque mondiale (BM), et qui doit financer le développement d’un système national de filets de sécurité sociale. Mardi, ce projet de loi avait fait l’objet d’un débat houleux au Parlement.

Fin janvier, le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, avait signé une aide d’urgence de 246 millions de dollars qui devra se faire sous forme de transferts d’argent et d’accès aux services sociaux pour environ 786 000 Libanais vivant dans la pauvreté et victimes des crises économique et sanitaire sévères que traverse le Liban. L’aide vise à répondre aux crises « aggravées et sans précédent » que subit le pays, avait affirmé l’institution internationale mi-janvier en annonçant l’approbation du prêt.

La réunion qui s’était tenue mardi par les commissions parlementaires des Finances, des Affaires sociales, du Travail et de la Santé, en présence de Ghazi Wazni, s’est terminée par un report de la décision d’approuver le projet d’entente avec la BM. À l’issue de cette réunion, le député de la Rencontre démocratique Hadi Abou el-Hessen avait demandé que « l’aide soit distribuée en dollars », à l’heure où la BDL est accusée de vouloir redistribuer en livres libanaises à un taux inférieur à celui du marché noir le montant alloué par la BM en dollars, et des députés du Hezbollah avaient estimé que certains points du projet étaient anticonstitutionnels et enfreignaient la souveraineté de l’État.

Le Liban connaît depuis l’automne 2019 sa pire crise économique et financière depuis des décennies ayant entraîné une baisse de 19,2 % du PIB en 2020, une inflation à trois chiffres et une paupérisation à grande échelle, estime la BM. Le président de la République, Michel Aoun, avait affirmé veiller à ce que le prêt en question soit distribué « en toute transparence » aux ménages les plus précaires.

Selon la BM, 45 % de la population vit aujourd’hui sous le seuil de la pauvreté et 22 % sous le seuil d’extrême pauvreté. La crise économique a été aggravée par une instabilité politique qui perdure depuis octobre 2019 et la pandémie mondiale qui a contraint le pays à décréter plusieurs confinements depuis mars 2020, sans oublier la double explosion meurtrière du 4 août 2020. Au Liban, pays officiellement en défaut de paiement auprès de ses créditeurs depuis mars, aucun système de sécurité sociale, d’allocation chômage ou de pension de retraite n’est prévu par l’État.


Le Premier ministre sortant Hassane Diab a souligné hier « la nécessité d’adopter une base de données unifiée et transparente » des familles bénéficiaires de l’aide d’urgence qui sera distribuée grâce au prêt de 246 millions de dollars octroyé par la Banque mondiale (BM), et qui doit financer le développement d’un système national de filets de sécurité sociale....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut