Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Les commerçants de Saïda protestent contre la prolongation du confinement

Les commerçants de Saïda protestent contre la prolongation du confinement

Un rassemblement de commerçants à Saïda (Liban-sud) contre les mesures de fermeture, le 8 février 2021. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Environ trois cents commerçants se sont rassemblés lundi matin à Saïda, au Liban-sud, pour protester contre la prolongation du bouclage, leur première manifestation depuis le confinement strict du pays décrété le 14 janvier, rapporte notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. 

Au premier jour du déconfinement progressif du pays, seuls les supermarchés, les supérettes et les épiceries peuvent rouvrir. Les autres commerces doivent encore rester fermés pour deux ou quatre semaines a minima. Une situation dramatique, alors que l'État ne verse pas de dédommagements substantiels en compensation des pertes liées à la fermeture des boutiques.

Les manifestants qui ont tenu un sit-in sur la place de l'Etoile dans le centre de Saïda, au milieu d'un déploiement des forces de sécurité, brandissaient des banderoles appelant le gouvernement à rouvrir le souk de la ville et à "arrêter cette injustice". "Nous avons faim", ont-ils crié. Le député de Saïda Oussama Saad s'est joint à la manifestation. Plusieurs commerçants ont ouvert leurs boutiques pendant le sit-in.

Toujours dans le sud du pays, des commerçants de Tyr ont organisé un sit-in pour protester contre cette fermeture prolongée. Un certain nombre d'entre eux ont ouvert leurs boutiques et accueilli leurs clients dans le souk et dans le quartier el-Raml en dépit des mesures gouvernementales, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Samedi, l'Association des commerçants de Tyr avait publié un communiqué demandant aux autorités de reconsidérer la clôture et de permettre à tous les commerçants de rouvrir leurs boutiques dès la première phase du déconfinement, eu égard aux lourdes pertes subies pendant le bouclage strict.

Par ailleurs, des commerçants de Rachaya (Békaa) ont également tenu un sit-in devant le sérail de la ville suite à l'interdiction d'ouverture d'un entrepôt qui approvisionne les magasins en nourriture, rapporte notre correspondante dans la Békaa, Sarah Abdallah.

D'après une source citée par notre correspondante, les professions libérales du marché de Baalbek se sont aussi opposés à la prolongation de la fermeture de leurs boutiques. Les forces de sécurité se sont déployées dans le marché.

Le Liban, embourbé dans une crise économique et sociale depuis plus d'un an, a vu la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus et ses conséquences accélérer la paupérisation de sa population. Fin janvier, des manifestations de colère ont eu lieu dans le Nord et à Tripoli, la ville la plus pauvre du pays, pour protester contre les conditions socio-économiques et le confinement strict, alors que les gens peinent à se nourrir.


Environ trois cents commerçants se sont rassemblés lundi matin à Saïda, au Liban-sud, pour protester contre la prolongation du bouclage, leur première manifestation depuis le confinement strict du pays décrété le 14 janvier, rapporte notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. Au premier jour du déconfinement progressif du pays, seuls les supermarchés, les supérettes et...