Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

L'avocate Nasrin Sotoudeh de nouveau en prison et "en danger"



L'avocate Nasrin Sotoudeh de nouveau en prison et

Nasrin Sotoudeh, avocate et défenseur des droits humains, en novembre 2008 à Téhéran. Photo d'archives AFP

Plusieurs organisations d'avocats français et européens ont alerté vendredi sur le sort de l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, réincarcérée le 20 janvier après une permission de sortie temporaire, et ont exhorté Téhéran à "mettre fin à toutes les persécutions contre les avocats".

Nasrin Sotoudeh, avocate et défenseur des droits humains, condamnée à 12 ans de prison en 2019, avait bénéficié d'une première libération temporaire pour raisons médicales le 7 novembre, au cours de laquelle elle a été testée positive au Covid-19.

Réincarcérée le 2 décembre, elle a été de nouveau libérée le 8 janvier à la suite d'une crise cardiaque pour effectuer des examens cardiologiques, selon le communiqué des organisations des avocats, dont le conseil national des barreaux et la fédération des barreaux d'Europe.

"Nasrin Sotoudeh vient d'être réincarcérée le 20 janvier dans des conditions qui ne permettent pas son rétablissement complet", selon le communiqué, qui appelle les autorités iraniennes "à garantir immédiatement des soins de santé appropriés à Nasrin Sotoudeh".

Son époux Reza Khandan a indiqué sur les réseaux sociaux qu'elle avait été réincarcérée dans la prison de Qarchak, à une trentaine de km au sud de la capitale.

Les organisations "exhortent les autorités iraniennes à mettre fin à toutes les persécutions contre les avocats, à les libérer sans délai et sans condition, et à tout le moins à leur assurer des conditions d'incarcération dignes et respectueuses des engagements internationaux de l'Iran".

Nasrin Sotoudeh avait été incarcérée en 2018 après avoir défendu une femme arrêtée pour avoir manifesté contre l'obligation faite aux Iraniennes de porter le voile. Selon ses avocats, on lui avait alors signifié qu'elle avait été condamnée à cinq ans de prison par contumace pour espionnage.

En 2019, elle a été de nouveau condamnée, à 12 ans de prison, "pour avoir encouragé la corruption et la débauche".

Elle avait été autorisée le 7 novembre à sortir de prison, après avoir bénéficié comme d'autres détenus considérés comme prisonniers politiques, d'une autorisation de sortie temporaire, en raison de la pandémie de coronavirus.

L'Iran est le pays du Proche et du Moyen-Orient le plus touché par la pandémie. Le Covid-19 y a fait plus de 56.000 morts sur 1,2 million de personnes contaminées, selon les statistiques officielles.


Plusieurs organisations d'avocats français et européens ont alerté vendredi sur le sort de l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, réincarcérée le 20 janvier après une permission de sortie temporaire, et ont exhorté Téhéran à "mettre fin à toutes les persécutions contre les avocats".Nasrin Sotoudeh, avocate et défenseur des droits humains, condamnée à 12 ans de prison en 2019, avait...