Rechercher
Rechercher

Société - Rencontre

Hamad Hassan : La tragédie du port a balayé le plan de lutte contre le Covid-19

Hamad Hassan : La tragédie du port a balayé le plan de lutte contre le Covid-19

Le ministre sortant Hamad Hassan entouré du président et des membres du conseil de l’ordre des rédacteurs. Photo DR

Au début de la pandémie, la gestion de la crise par le Liban était franchement saluée à travers le monde. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

« Dans la gestion de la crise du Covid-19, tout allait plutôt bien jusqu’à la double explosion du 4 août. Tout le plan minutieusement établi a été balayé par le souffle de cette tragédie », estime le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, dans le cadre d’une rencontre avec le conseil de l’ordre des rédacteurs présidé par Joseph Kossayfi. Dans le tableau sombre qu’offre la situation actuelle, le ministre, probablement l’un des plus occupés du cabinet Diab, se veut toutefois plutôt rassurant. Le vaccin contre le coronavirus commencera à arriver au Liban à la mi-février, assure-t-il, il sera gratuit et prescrit selon un ordre de priorité précis. Les personnes âgées et celles souffrant de déficits immunitaires viendront en tête, suivies du personnel médical et des secteurs professionnels ayant des contacts directs avec les gens dans le cadre de leur travail. À la demande du conseil de l’ordre, les journalistes, notamment ceux qui sont sur le terrain, seront classés dans cette catégorie et considérés prioritaires. Le ministre affirme que le Liban, par le biais du ministère de la Santé, a déjà réservé 2 100 000 vaccins qui devraient arriver progressivement à partir de février. L’accord sera finalisé le 12 décembre, car il s’agit de respecter la procédure libanaise d’homologation qui passe par l’approbation de l’Agence américaine du médicament (FDA), attendue le 10 décembre.

Au cours de la réunion de mardi après-midi au Sérail, le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, a annoncé au président du Conseil démissionnaire, au ministre des Finances et au ministre de la Santé qu’un premier versement de 4 millions de dollars sera débloqué pour l’achat des vaccins. Le Liban devrait en principe payer le prix de 1,5 million de vaccins et obtenir en contrepartie 600 000 doses gratuites. Toujours selon le ministre, le Liban s’est inscrit dans la plateforme Covax créée par l’OMS pour réserver son droit aux vaccins, et il a négocié avec la compagnie Pfizer. Un premier lot sera financé grâce à un prêt de la Banque mondiale (à hauteur de 28 millions de dollars) et un second par le Trésor libanais (à hauteur de 18 millions de dollars). Selon Hassan, le Liban a réussi à obtenir de Pfizer des prix réduits.

Lire aussi

Hassan persiste : Le vaccin au Liban au premier trimestre de 2021

Interrogé sur l’infrastructure nécessaire pour conserver les vaccins (ils doivent l’être à une température de -70 degrés, NDLR) et pour les utiliser, le ministre Hamad a répondu que 20 centres dotés de frigos adéquats ont été préparés à cet effet sur l’ensemble du territoire dans les mohafazats et les cazas. Une commission technique et scientifique, présidée par le Dr Abdel Rahmane Bizri, a été formée à cet effet et a pris ses dispositions pour que tout soit prêt à temps, assure-t-il. Hassan a insisté sur le fait que le vaccin sera gratuit car il fait partie de l’agenda de la protection totale établi par le ministère. Le processus de vaccination sera exécuté en coopération avec la Croix-Rouge libanaise et des ONG actives dans toutes les régions du pays. Le vaccin étant donné en deux temps, il faudra l’aide des ONG et la contribution des receveurs pour que les gens viennent effectivement aux deux rendez-vous. Il affirme, à cet égard, que des listes nominatives seront établies et que la vaccination devrait se faire au rythme de 250 000 à 350 000 personnes par semaine. En principe, cela devrait donc aller vite, et, selon Hamad Hassan, avec le vaccin, le cours de la vie normale devrait reprendre.

Au sujet de la capacité d’accueil des patients atteints du Covid-19, le ministre de la Santé révèle qu’en six mois, 250 nouveaux lits ont été aménagés dans les hôpitaux gouvernementaux, c’est-à-dire autant qu’au cours des 30 dernières années. Le ministère a aussi essayé de créer des unités complémentaires dans les hôpitaux gouvernementaux régionaux. Il a assuré avoir personnellement fait le tour de ces hôpitaux pour vérifier que tout se fait selon les normes fixées et pour permettre au malade d’avoir accès à tous les soins dans sa région géographique. Concernant « la rationalisation » de la politique de subvention du médicament, Hamad Hassan critique la propension des Libanais à acheter des médicaments, notamment des antibiotiques, « sur les conseils d’un voisin » ou, au mieux, du pharmacien. Ce sont donc ces médicaments qui seraient privés des subventions, alors que les médicaments pour les maladies graves et chroniques continueront d’être subventionnés. Il expose d’ailleurs un plan précis à ce sujet, qui devrait encourager la fabrication des médicaments génériques locaux, adopter une prescription unifiée et faire des économies de l’ordre de 250 millions de dollars au Trésor qui subventionne le secteur à hauteur de 850 millions de dollars.

Le ministre de la Santé a également tenu à saluer le rôle de la presse et des médias en général dans la sensibilisation des citoyens aux problèmes de la santé. Le Dr Hassan confie enfin qu’avant d’être nommé ministre, il avait des doutes sur les compétences au sein du service public. Mais une fois au ministère de la Santé, il y a découvert de grandes compétences et beaucoup de dévouement. « J’ai d’ailleurs commencé par remplir mes fonctions, dit-il, par les étages du bas avant d’arriver en haut (le bureau du ministre est situé dans les étages supérieurs). J’ai découvert que 50 % des fonctionnaires ont été recrutés par le biais du Conseil de la fonction publique (ce qui signifie que 50 % ne le sont pas...) et j’ai travaillé avec des compétences indépendamment des allégeances politiques... »

Au début de la pandémie, la gestion de la crise par le Liban était franchement saluée à travers le monde. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. « Dans la gestion de la crise du Covid-19, tout allait plutôt bien jusqu’à la double explosion du 4 août. Tout le plan minutieusement établi a été balayé par le souffle de cette tragédie », estime le ministre sortant de la...
commentaires (2)

Monsieur Hamad Hassan, médecin et ministre de la Santé, on regrettera votre dynamisme et votre dévouement, ainsi que votre franchise ! Vous êtes le seul parmi les ministres actuels...a vraiment travailler avec efficacité...mille fois M E R C I !!! - Irène Saïd

Irene Said

10 h 10, le 10 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Monsieur Hamad Hassan, médecin et ministre de la Santé, on regrettera votre dynamisme et votre dévouement, ainsi que votre franchise ! Vous êtes le seul parmi les ministres actuels...a vraiment travailler avec efficacité...mille fois M E R C I !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 10, le 10 décembre 2020

  • C'est facile de se dérober.

    Esber

    09 h 11, le 10 décembre 2020

Retour en haut