Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Coronavirus

Pénurie de kits de dépistage à Gaza, reconfinement partiel en Cisjordanie



Pénurie de kits de dépistage à Gaza, reconfinement partiel en Cisjordanie

Une technicienne palestinienne dans un laboratoire à Gaza, le 7 décembre 2020. Photo d'archives AFP/Mahmud Hams

Le mouvement Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a indiqué lundi ne plus pouvoir conduire de tests de dépistage du nouveau coronavirus par manque de matériel, au moment où les Territoires palestiniens enregistrent une hausse des contaminations.

Le ministère de la Santé dans l'enclave palestinienne a appelé à agir urgemment "pour fournir l'équipement nécessaire" afin de dépister la population, indiquant que le seul laboratoire du territoire normalement en capacité d'analyser les échantillons du Covid-19 avait cessé ses activités "à défaut de matériel". D'après Bassem Naïm, un haut responsable du Hamas et ancien ministre de la Santé, les autorités réalisent normalement "entre 2.500 et 3.000 tests par jour, pour un coût entre 75.000 et 100.000 dollars" (entre 62.000 et 82.000 euros). "Il y a un besoin urgent de prendre des mesures pour sauver les vies des citoyens de Gaza et contenir la crise" sanitaire, a-t-il dit à l'AFP.

Sous blocus israélien, la petite enclave surpeuplée de deux millions d'habitants avait fermé ses frontières au début de la pandémie et accueilli un nombre limité de personnes, qui devaient s'isoler trois semaines dans des centres. Mi-août, Gaza n'avait recensé qu'une centaine de cas de contamination. Mais ces deux dernières semaines, la situation sanitaire s'est détériorée. Le Hamas a annoncé jeudi un confinement total les week-ends à partir du 11 décembre et jusqu'à la fin du mois et la fermeture des écoles, universités, jardins d'enfants et mosquées. En Cisjordanie occupée, autre territoire palestinien séparé de Gaza par le territoire israélien, le gouvernement a annoncé rétablir un confinement généralisé d'une semaine dans quatre des onze provinces.

"Les gouvernorats de Naplouse, Hébron, Bethléem et Tulkarem seront complètement fermés, à partir du jeudi 10 décembre au soir pour une période de sept jours", a indiqué lundi le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh. "Toutes les activités commerciales et de service seront à l'arrêt, sauf les pharmacies, boulangeries, supermarchés et épiceries." Cette décision fait suite au couvre-feu imposé le week-end et en soirée depuis deux semaines à travers la Cisjordanie pour lutter contre une "propagation préoccupante" du virus et qui est prolongé jusqu'au 17 décembre. Au total, le ministère palestinien de la Santé a recensé plus de 74.160 cas de personnes contaminées, dont près de 700 décès en Cisjordanie occupée. A Gaza, près de 25.600 malades ont été officiellement recensés dont environ 150 décès.


Le mouvement Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a indiqué lundi ne plus pouvoir conduire de tests de dépistage du nouveau coronavirus par manque de matériel, au moment où les Territoires palestiniens enregistrent une hausse des contaminations.
Le ministère de la Santé dans l'enclave palestinienne a appelé à agir urgemment "pour fournir l'équipement nécessaire" afin de dépister...