Rechercher
Rechercher

Politique

Le cheikh Ali Fadlallah appelle à la formation rapide d’un gouvernement

Le cheikh Ali Fadlallah appelle à la formation rapide d’un gouvernement

Le cheikh Ali Fadlallah. Photo ANI

Lors de la prière du vendredi célébrée dans une mosquée de Haret Hreik, le cheikh chiite Ali Fadlallah a appelé les forces politiques à accélérer la formation d’un gouvernement, déplorant que celle-ci soit « l’otage de tiraillements, ainsi que de conditions et contre-conditions ». « En dépit des appels internationaux pour former un cabinet qui puisse remédier à la situation socio-économique, le gouvernement ne voit pas le jour », a-t-il regretté, demandant aux différentes parties d’« être clémentes pour le pays et (de) laisser de côté les calculs et paris étroits ». « Nous avons besoin d’un gouvernement qui réponde aux besoins des gens et restitue la confiance du monde », a martelé le cheikh Fadlallah, avant de lancer à l’adresse des hommes politiques : « À cause de votre corruption et de votre mauvaise gouvernance, le pays mendie des aides. Nous apprécions l’initiative internationale pour le soutien du Liban, mais ce dont nous avons le plus besoin est qu’il soit mis fin à la corruption et au gaspillage. Le pays n’est pas pauvre ; il a été appauvri. » Le dignitaire religieux a par ailleurs évoqué l’audit juricomptable, soulignant que « les Libanais préfèrent que la résolution adoptée par le Parlement soit appuyée par une législation ». « En l’absence de mécanismes permettant aux gens de savoir où sont leurs dépôts bancaires, nous craignons d’assister à l’ensevelissement de l’audit juricomptable », a mis en garde le cheikh Fadlallah.


Lors de la prière du vendredi célébrée dans une mosquée de Haret Hreik, le cheikh chiite Ali Fadlallah a appelé les forces politiques à accélérer la formation d’un gouvernement, déplorant que celle-ci soit « l’otage de tiraillements, ainsi que de conditions et contre-conditions ». « En dépit des appels internationaux pour former un cabinet qui puisse remédier à...

commentaires (3)

Il a pris le feu vert du Hezbollah et des Ayattollah , je ne pense pas que tout seul aurait pu parle de cette façon

Eleni Caridopoulou

17 h 10, le 05 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il a pris le feu vert du Hezbollah et des Ayattollah , je ne pense pas que tout seul aurait pu parle de cette façon

    Eleni Caridopoulou

    17 h 10, le 05 décembre 2020

  • Monsieur Fadlallah, votre discours semble sincère et dénué de toute hypocrisie. Si tous les dignitaires de toutes les confessions tiendraient le même aux personnes qui se rendent dans leurs lieux de culte et entendent les mêmes prêches, peut être réussirons nous à unifier le peuple et le motiver pour se rassembler autour de la nation loin des déchirements confessionnels chers aux leaders politiques qui ne cessent de les abreuver de messages haineux pour rester au pouvoir et mieux les anéantir. BRAVO MONSIEUR ET MERCI POUR VOTRE MESSAGE DE PATRIOTISME QUI DEVRAIT FAIRE DES JALOUX.

    Sissi zayyat

    14 h 34, le 05 décembre 2020

  • Courageux de s'opposer ainsi au Hezbollah! Quand il parle de "conditions et contre-conditions ", il ne peut que faire allusion aux exigences du tandem chiite de pouvoir nommer des ministres et posséder le portefeuille des finances. Quand il réclame "un gouvernement qui réponde aux besoins des gens et restitue la confiance du monde ". il rejette du même coup un cabinet politique du genre de celui qui est en cours de gestation. Surtout, ai le Hezbollah y a quelque influence. Bravo! Bravissimo! ... A moins que, dans son discours, j'aie tout compris de travers!

    Yves Prevost

    07 h 51, le 05 décembre 2020