Rechercher
Rechercher

Pandémie

Des milliers de Serbes rendent un dernier hommage au patriarche Irinej



Des milliers de Serbes rendent un dernier hommage au patriarche Irinej

Des croyants orthodoxes rassemblés devant le temple Saint Sava de Belgrade, lors des funérailles du patriarche serbe Irinej, décédé du coronavirus, le 22 novembre 2020. Photo AFP / Andrej ISAKOVIC

Des milliers de Serbes ont rendu un dernier hommage dimanche à Belgrade à Irinej, le patriarche de l'Eglise orthodoxe serbe mort des suites du Covid-19 au moment où la Serbie subit une envolée du nombre des cas de contamination. Ce pays des Balkans, dont la très grande majorité des sept millions d'habitants sont orthodoxes et où l'Eglise jouit d'une influence considérable, a décrété trois jours de deuil national après le décès du dignitaire religieux vendredi à 90 ans.

Deux écrans géants avaient été installés devant l'église Saint-Sava, le plus grande édifice orthodoxe des Balkans, au cœur de la capitale serbe, pour permettre aux fidèles de suivre la cérémonie. Après plusieurs heures de liturgie et d'hommages, le patriarche est devenu le premier dignitaire religieux à être inhumé dans la crypte de l'édifice, toujours en cours de construction.

La Serbie est confrontée à un bond de la pandémie, avec quasiment tous les jours des records de contaminations et de morts. Au total, près de 1.200 personnes ont succombé tandis que le système de santé est "au bord de l'effondrement", selon le président Aleksandar Vucic. Predrag Kon, un épidémiologiste de la cellule de crise sanitaire, avait prévenu que ces obsèques constituaient un "risque énorme". "Mais c'est quelque chose que personne ne peut interdire". Le clergé s'était engagé à respecter les mesures sanitaires et si les fidèles étaient autorisés à entrer dans l'église, ils n'avaient pas le droit de s'approcher du cercueil.Mais, la veille, de nombreux Serbes s'étaient pressés dans une autre église où avait été exposée la dépouille. Beaucoup avaient embrassé le couvercle en plexiglas du cercueil. D'autres ont observé le rite de la communion par lequel les prêtres distribuent aux fidèles, à la même cuillère, du vin et du pain symbolisant le corps et le sang du Christ.

"Je n'ai pas peur", a dit à l'AFP Mladen Tosic, 32 ans, son masque de protection sous le menton. La foi est plus forte que tout".

Avec la mort de son patriarche, l'Eglise orthodoxe serbe (SPC) se retrouve pratiquement décapitée, le chef de l'Eglise du Monténégro, Mgr Amfilohije, étant lui aussi mort du Covid-19, il y a trois semaines. C'est Irinej lui-même qui avait présidé aux funérailles d'Amfilohije, son quasi numéro deux, le 1er novembre à Podgorica.

Bon nombre des milliers de fidèles et membres du clergé présents dans la capitale monténégrine ne s'étaient pas pliés aux mesures de distanciation sociale ni n'avaient porté de masques.

Irinej faisait figure de modéré dans les milieux orthodoxes, se montrant ouvert à l'égard de l'Eglise catholique. Il entretenait des liens étroits avec le président Vucic et avait réprouvé les grandes manifestations de l'opposition de 2019. Il avait également fait campagne contre l'indépendance du Kosovo, un territoire en grande majorité peuplé d'Albanais qui recèle de nombreux monastères et églises et est considéré par certains comme le "berceau" de l'orthodoxie serbe.

"Une ère s'achève" avec la mort du patriarche, a commenté le président serbe pendant les obsèques. "Sa plus grande préoccupation était le Kosovo. Il a agi rationnellement, gardant la tête froide".

La SPC compte au total 12 millions de fidèles : la plupart sont en Serbie, les autres vivant en Bosnie, au Monténégro et parmi la diaspora.

C'est l'archevêque de Sarajevo, Hrizostom, le chef de la SPC en Bosnie, qui assurera l'intérim en attendant l'élection d'un nouveau patriarche dans trois mois.


Des milliers de Serbes ont rendu un dernier hommage dimanche à Belgrade à Irinej, le patriarche de l'Eglise orthodoxe serbe mort des suites du Covid-19 au moment où la Serbie subit une envolée du nombre des cas de contamination. Ce pays des Balkans, dont la très grande majorité des sept millions d'habitants sont orthodoxes et où l'Eglise jouit d'une influence considérable, a...