Rechercher
Rechercher

Irak

Deuil et questions après une nouvelle attaque de l'EI au nord de Bagdad

Deuil et questions après une nouvelle attaque de l'EI au nord de Bagdad

Capture d'écran d'une vidéo du groupe jihadiste Etat islamique (EI) diffusée en 2014 et montrant des jihadistes à bord d'un véhicule, en Irak. Photo d'archives / AFP / AL-FURQAN MEDIA

La province de Salaheddine a déclaré dimanche trois jours de deuil après la mort de dix personnes dans une attaque jihadiste la veille, tandis que certains dénoncent l'incapacité des forces irakiennes à éliminer les cellules clandestines du groupe Etat islamique.

Vendredi, le chef de la police fédérale, le général Jaafar al-Batat, se félicitait auprès de l'agence officielle irakienne du "succès de l'opération de sécurisation totale du mont Makhoul", à environ 200 kilomètres au nord de Bagdad. Le lendemain, en soirée, le groupe Etat islamique (EI) répondait : une bombe placée en bord de route explosait au passage d'une voiture de civils et lorsque des policiers et des membres du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires désormais intégrés à l'Etat, venaient à leur rescousse, des snipers de l'EI les attendaient. Bilan : six militaires et quatre civils tués. Et ce une dizaine de jours après une attaque à la grenade sur un poste militaire à l'entrée de Bagdad qui s'était soldée par onze morts, dont des combattants du Hachd.

Ces bilans sont lourds dans un pays qui n'a pas connu d'attentat majeur depuis au moins trois ans et qui s'est déclaré en décembre 2017 "vainqueur" de l'EI.

Résurgence jihadiste 
Le mode opératoire - avec des grenades, des bombes déposées en bord de route ou des armes légères - reste sommaire, soulignent militaires irakiens ou étrangers de la coalition anti-EI emmenée par les Etats-Unis. De même, les jihadistes n'ont pas mené d'attaques dans des villes et se cantonnent jusqu'ici à des attaques nocturnes dans des zones peu peuplées.

Il n'empêche, soulignent les experts, la branche irakienne est aujourd'hui la plus active de l'EI, qui a perdu en 2019 son "califat" territorial autoproclamé en Syrie.
"Ses activités ont connu une reprise rapide depuis février 2020", détaille une étude publiée en novembre par le Centre international du contre-terrorisme de La Haye, "et en mai 2020, (la branche irakienne de l'EI) a connu un pic d'activité inégalé depuis début 2018", même si le nombre de victimes reste extrêmement bas dans un pays habitué jusqu'en 2016 aux attentats spectaculaires ayant fait jusqu'à plusieurs centaines de morts. Cette hausse des attaques rappelle "la résurgence de 2012" et met en lumière la nouvelle stratégie de l'EI: "il passe de la phase de reconstruction à celle d'attaques coup d'éclats de type guérilla contre les forces de sécurité et leurs supplétifs", assure l'étude néerlandaise.

"Les attaques de l'EI dans des zones reculées sont des cas isolés désormais sous contrôle", se félicitait encore le général Batat dans les médias d'Etat vendredi.

Mais pour Jamal al-Dhari, un homme politique sunnite, cette embuscade "met en lumière les échecs répétés de la lutte contre le terrorisme, le gouvernement de Moustafa al-Kazimi doit sérieusement mettre en place une stratégie nationale (...) et arrêter de se contenter des +commissions d'enquête+", que les autorités annoncent créer après chaque incident.

Nouveau retrait américain 
Pour le député sunnite Mechaane al-Joubouri, les jihadistes profitent toujours sans encombre de la géographie accidentée de la zone montagneuse et désertique pour maintenir leurs cellules clandestines.
Lorsque le bilan était encore de neuf morts - le dixième a succombé à ses blessures tôt dimanche à l'hôpital -, il a tweeté : "Nous avons perdu neuf martyrs (...) au pied du mont Makhoul que les forces irakiennes assuraient il y a quelques jours avoir nettoyé".

Ces attaques interviennent alors que Washington a annoncé retirer prochainement 500 soldats, pour n'en laisser que 2.500 en Irak.
La quasi-totalité des troupes des autres Etats membres de la coalition anti-EI ont quitté le pays au début de la pandémie de nouveau coronavirus.

Au Parlement irakien, les forces chiites continuent de réclamer le départ des troupes américaines, que des manifestants et des factions armées pro-Iran qualifient régulièrement d'"occupants" à "bouter hors" d'Irak. Récemment encore, des roquettes ont visé l'ambassade américaine, un nouveau signal des pro-Iran à la future administration américaine de Joe Biden.

Les autres membres de la coalition, notamment européens, ne cessent de mettre en garde contre une possible résurgence de l'EI, plaidant que les drones et les renseignements de la coalition sont toujours vitaux pour les forces irakiennes.


La province de Salaheddine a déclaré dimanche trois jours de deuil après la mort de dix personnes dans une attaque jihadiste la veille, tandis que certains dénoncent l'incapacité des forces irakiennes à éliminer les cellules clandestines du groupe Etat islamique.

Vendredi, le chef de la police fédérale, le général Jaafar al-Batat, se félicitait auprès de l'agence officielle...