Rechercher
Rechercher

Société - Sécurité

Sabotage d’un oléoduc dans le Akkar : les réparations se poursuivent

Des ingénieurs et des ouvriers s’activaient toujours hier dans le secteur de Abdé, au Akkar, pour réparer les brèches au niveau de l’oléoduc désaffecté reliant la ville irakienne de Kirkouk à la raffinerie de Tripoli. Celui-ci a été la cible d’un acte de sabotage qui a provoqué un important incendie et des fuites de pétrole. Les opérations de réparation se poursuivaient en présence de membres de la Défense civile, de l’armée et des Forces de sécurité intérieure.

Le ministre sortant de l’Énergie, Raymond Ghajar, s’est rendu dans la matinée sur le site et a donné ses instructions pour « accélérer les réparations ». De son côté, le secrétaire général du Haut-Comité des secours, le général Mohammad Kheir, également présent sur les lieux, a révélé que l’administration des installations pétrolières de Tripoli allait préparer un rapport détaillé sur l’incident, notamment sur l’ampleur des dégâts, afin que le Conseil des ministres prenne les mesures appropriées.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des inconnus avaient perforé à plusieurs endroits cet oléoduc lié aux infrastructures pétrolières de Beddaoui, qui sont à l’arrêt depuis la guerre de 1975. Des hydrocarbures qui se trouveraient encore dans ce pipeline ont provoqué lors de l’opération de sabotage d’épaisses colonnes de fumée noire et d’importantes fuites de pétrole à l’origine d’une marée noire dont l’ampleur n’a pas été encore déterminée.



Des ingénieurs et des ouvriers s’activaient toujours hier dans le secteur de Abdé, au Akkar, pour réparer les brèches au niveau de l’oléoduc désaffecté reliant la ville irakienne de Kirkouk à la raffinerie de Tripoli. Celui-ci a été la cible d’un acte de sabotage qui a provoqué un important incendie et des fuites de pétrole. Les opérations de réparation se poursuivaient en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut