Rechercher
Rechercher

Économie - Conflit

Assad : Les milliards de dollars bloqués dans les banques libanaises sont à l'origine de la crise économique en Syrie

Entre 20 et 42 milliards de dollars de dépôts syriens auraient disparu à la suite de la crise du secteur bancaire libanais, affirme le président syrien, cité par Reuters.

Assad : Les milliards de dollars bloqués dans les banques libanaises sont à l'origine de la crise économique en Syrie

Le président syrien Bachar el-Assad. Photo d'archives AFP

Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que l'aggravation de la crise économique en Syrie, pays dévasté par dix ans de guerre, était due aux "milliards de dollars d'avoirs" syriens bloqués dans les banques libanaises, alors que le pays du cèdre est en proie depuis un an à une crise financière et monétaire sans précédent.

Depuis le début de la crise, les banques libanaises ont imposé des contrôles serrés sur les retraits et transferts à l'étranger, rendant impossible aux dépositaires l'accès à leurs économies, pendant que selon plusieurs observateurs, les niveaux de liquidité des banques sont au plus bas. "Selon le chef d’État syrien, entre 20 et 42 milliards de dollars de dépôts syriens auraient été perdus dans ce secteur en crise qui détenait autrefois 170 milliards de devises étrangères", rapporte l'agence Reuters jeudi.

Un chiffre "terrifiant"
"Ce chiffre pour une économie comme celle de la Syrie est terrifiant", a affirmé Bachar el-Assad. "C’est l’argent que les dépositaires syriens ont mis dans les banques libanaises, et nous en avons payé le prix. C’est le cœur du problème dont personne ne parle", a-t-il ajouté, lors de la visite d’une foire relayée sur les médias officiels.

Lire aussi

Quand la loi César bouleverse les plans émiratis en Syrie

Les hommes d’affaires syriens affirment que les contrôles stricts du Liban sur les retraits ont bloqué des centaines de millions de dollars autrefois utilisés pour importer des produits de base, du carburant et et de l'alimentation en Syrie. De nombreuses sociétés écrans syriennes ont aussi longtemps contourné les sanctions occidentales en utilisant le système bancaire libanais pour importer des marchandises de contrebande en Syrie par voie terrestre, selon des banquiers et des hommes d’affaires syriens. Ces sociétés écrans sont placées sur liste noire par le Trésor américain.

"Argent perdu"
Pourtant, cette fois-ci, le président syrien ne blâme pas les sanctions américaines pour la situation économique dramatique de son pays, notamment la loi César, dernière en date des sanctions extraterritoriales imposées par les États-Unis en juin dernier pour quiconque fait des affaires avec le régime de Damas. "La crise a commencé avant la Loi César, plusieurs années après les sanctions occidentales... C'est l'argent (dans les banques libanaises) qui a été perdu", a-t-il estimé.

L'effondrement accéléré en Syrie de la monnaie nationale depuis le début de l'année a entraîné une flambée générale des prix. Lassée par une décennie de guerre, la population ne peut plus se procurer les produits de première nécessité, notamment le mazout pour se chauffer à l'approche de l'hiver. Le mois dernier, le gouvernement syrien, confronté à de graves pénuries de carburant, a été contraint d'augmenter les prix du pain alors que les stocks de blé diminuaient.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes. La guerre a fait plus de 380.000 morts et poussé à la fuite plusieurs millions de personnes.


Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que l'aggravation de la crise économique en Syrie, pays dévasté par dix ans de guerre, était due aux "milliards de dollars d'avoirs" syriens bloqués dans les banques libanaises, alors que le pays du cèdre est en proie depuis un an à une crise financière et monétaire sans précédent. Depuis le début de la crise, les banques libanaises ont...

commentaires (22)

Le pöövre....

Bachir Karim

17 h 43, le 06 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • Le pöövre....

    Bachir Karim

    17 h 43, le 06 novembre 2020

  • Mais cet argent syrien a été volé au Liban en siffonant les ressources du port et l aéroport. Ainsi Habibi. L’argent revient à la source On rend a Caesar ce qui est à Caesar.......

    Robert Moumdjian

    03 h 07, le 06 novembre 2020

  • Le boucher de DAMAS est victime d une situation qu il a lui meme cree......la vampirisation du LIBAN.......

    HABIBI FRANCAIS

    18 h 19, le 05 novembre 2020

  • Normalement, il y a un recensement obligatoire et très stricte quant au lieu de résidence des clients. La BDL doit répondre au Président syrien avec des chiffres à l'appui. Une telle information ne fait partie du secret bancaire.

    Shou fi

    16 h 55, le 05 novembre 2020

  • La Syrie reste un état frère et voisin et sa profondeur strategique indispensable au Liban. Qu'on le veuille ou non , le Liban est condamné à cooperer et à travailler avec la Syrie. Il serait temps que les libanais demandent le retour des réfugiés syriens dans leur pays car encore quelques années et cela deviendra impossible du fait de leur enracidement au pays et on assistera a une hémorragie migratoire des jeunes libanais qui ne pourront rivaliser avec la main d'oeuvre syrienne ( c'est deja le cas ) . Alors au lieu de vilipender M. Bachar El Assad on ferait mieux de discuter franchement avec lui pour organiser le retour de ces réfugiés. Tout autre alternative n'est qu'illusion. Petite mise au point, la Syrie aura été ces 10 ans un rempart contre Daesh et elle a largement payé pour cela ...Sans le barrage syrien Daesh serait deja implanté militairement au Liban !

    nabil zorkot

    16 h 19, le 05 novembre 2020

  • Il a raison. Les bon comptes font les bons amis. On devrait faire les comptes depuis 1975 à ce jour, et celui qui aura le plus fait perdre à l'autre devra payer la différence. Ça marche.

    Gros Gnon

    15 h 59, le 05 novembre 2020

  • La roue tourne !

    Le Point du Jour.

    15 h 28, le 05 novembre 2020

  • C’est en lisant de pareilles insanités que je regrette de ne pas posséder une baguette magique pour transformer cet individu en crapaud

    Liberté de penser et d’écrire

    15 h 05, le 05 novembre 2020

  • Dixit le politicien raté qui a démoli toute l’œuvre de son père. Il aurait mieux fait de rester ophtalmologiste ça lui aurait permis de mieux voir la réalité en face.

    Liban Libre

    14 h 55, le 05 novembre 2020

  • Bien fait pour sa pomme !! Ces milliards qu'il prétend avoir perdu sont ceux volés à son peuple. Les banques ou il a déposé son trésor de guerre ne doivent pas restituer ce pécule mais le réquisitionné pour une partie du dédommagement de 30ans d'occupation assadienne de notre pays.

    DJACK

    14 h 54, le 05 novembre 2020

  • Attendez qu'ils commencent à réclamer les dédommagements due aux massacres perpétrés par nos 'resistants' contre leur peuple.... l'addition risque d être bien plus salée !

    Aboumatta

    13 h 47, le 05 novembre 2020

  • Assad : Les milliards de dollars bloqués dans les banques libanaises sont à l'origine de la crise économique en Syrie Entre 20 et 42 milliards de dollars de dépôts syriens IL A JUSTE OUBLIE DE DIRE QUE CES MILLIARDS ONT ETE VOLE AUX LIBANAIS DE 1989 A 2005 DURANT L'OCCUPATION DU PAYS PAR LA SYRIE PUIS DEPUIS PAR SES ALLIES AOUN NASRALLAH BERRY AVEC LE CONSENTEMENT DISCRET DE HARRIRI FRANGIE GEAGEA ET COMPANIES

    LA VERITE

    13 h 26, le 05 novembre 2020

  • Deux peuples voisins et frères ruinés par les complits américanosionistes

    Chucri Abboud

    12 h 54, le 05 novembre 2020

  • C'est facile de mettre la faute au Liban....sa fallite a debute en 2011 ..alors qu'il arrete de raconter des salades...c'est sure que les mafieux Syriens ont laisse des plumes dans la faillite de nos banques...mais le vrai probleme de ASSAD est sa guerre contre sa population....et l'effondrement de toute son economie...pour proteger son pouvoir

    Houri Ziad

    12 h 52, le 05 novembre 2020

  • Les 42 milliards ne rembourse même pas le quart des dommages causés au Liban par ses troupes! Ça couvre a peine le racket que ses officiers soutiraient au peuple Libanais !

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 51, le 05 novembre 2020

  • Declaration à double tranchant, il dit tout haut ce que le monde pense tout bas, 2 économies gangrenees jusqu'à la moelle qui s'écroulent. Bravo aux banquiers rapaces, et aux politicards complices de cette banque route.

    Desperados

    11 h 45, le 05 novembre 2020

  • Pauvre homme, lui qui du temps où il avait le Liban sous sa botte a volé des milliards tous les ans pendant et après la reconstruction du Liban aidé en cela par les barbus locaux !!!

    Zeidan

    11 h 40, le 05 novembre 2020

  • Coucou, voilà le gentil frérot d'à-côté qui frappe à notre porte, ses poches sont aussi vides que les nôtres, grâce à nos responsables, dit-il ! Bon, en ce qui concerne la corruption, il n'a rien à nous envier...mais que vont lui répondre nos "lumières financières": gouverneur de la BDL, ministres concernés et aussi ses grands copains et associés ? - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 50, le 05 novembre 2020

  • Manquait plus que lui et ses intimidations...voilà ce que ça coute de soutenir des partis partisans de blocages à tout va! C'est pas non plus comme si les libanais étaient responsables de la pathétique guerre en Syrie !!! Qu'il s'assoit dessus, il verra la tour Eiffel !

    In Lebanon we (still) Trust

    10 h 42, le 05 novembre 2020

  • ET TOUS LES MILLIAR5DS DE DOLLARS DISPARUS DU LIBAN ET LE MALHEUR DANS LEQUEL SE DEBAT LE PAYS VIENT DE SYRIE.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 42, le 05 novembre 2020

  • Vous n’avez fini de nous emmerder. Foutez nous la paix une fois pour toutes. On vous vomit vous, votre famille, votre pays et votre population acquise à vous

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 22, le 05 novembre 2020

  • Il n’a pas trouvé d’autres conneries pour justifier sa faillite et ses crimes ce dictateur à la sauce nord coréenne

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 21, le 05 novembre 2020

Retour en haut