Rechercher
Rechercher

LA PAROLE AUX MÉdecins

La fin de la polio : où en sommes-nous ?

La fin de la polio : où en sommes-nous ?

Photo d’illustration Bigstock.

Depuis plus de seize ans, le Liban est exempt de poliomyélite aiguë antérieure, maladie appelée en arabe « la paralysie des enfants ». De fait, le dernier cas de poliomyélite au Liban a été signalé en 2003 par le ministère de la Santé à Cheikh Zennad, petite localité dans la plaine du Akkar.

La décision d’éradiquer la polio dans le monde remonte à mai 1988, lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé, lors d’une assemblée réunissant plus de quarante représentants de la santé de différents pays, de pousser les gouvernements à œuvrer de sorte à mettre fin à la polio avant l’année 2000. Un objectif qui malheureusement n’a pas pu être atteint.

Fier de son programme « Polio Plus » mis en place en 1985, le Rotary International se ralliera à l’OMS comme partenaire de ce grand projet international rendant de la polio la seconde maladie appelée à disparaître dans le monde après la variole, dont le dernier cas avait été déclaré en 1974.

Depuis, l’OMS compte plusieurs partenaires pour ce projet, au nombre desquels notamment la Fondation Melinda et Bill Gates, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC – Centers for Disease Control and Prevention) aux États-Unis ainsi que plusieurs autres sociétés humanitaires.

L’éradication de la poliomyélite touche à sa fin. Il n’en reste pas moins que le peu qui reste du chemin n’est pas aussi facile que l’on puisse imaginer. En effet, l’éradication de la poliomyélite, qui se transmet par voie oro-fécale par le biais d’aliments et de boissons souillés, dépend de plusieurs facteurs, notamment des vaccins, de l’hygiène, de la salubrité de l’eau, des conduits sanitaires, mais aussi d’un climat de paix, de stabilité et de sécurité qui, actuellement, ne prévaut pas dans les pays où quelque 129 cas de poliomyélite sévissent encore selon les dernières données de l’OMS datant du 14 octobre 2020, comme le Pakistan (77 cas) et l’Afghanistan (53 cas).

Jusqu’en 2018, l’éradication de la polio dans le monde aurait coûté neuf milliards de dollars. De nombreux efforts ont été déployés par la Fondation Gates qui propose de tripler toute somme offerte par les sociétés donatrices.

Pour conclure, la poliomyélite maladie invalidante et parfois mortelle touche bientôt à sa fin. Cela exige de tous un suivi continu des programmes de vaccination de routine et une participation active aux campagnes occasionnelles de lutte contre la polio, organisées en fonction des données épidémiologiques par l’OMS et le ministère de la Santé publique dans chaque pays.

* Le Dr Joseph Rachkidi est pédiatre, membre de l’ordre des médecins du Liban-Nord, du Programme élargi de vaccination et du Comité national de contrôle des maladies infectieuses relevant du ministère de la Santé publique, et président du comité polio du Rotary International district 2452.


Depuis plus de seize ans, le Liban est exempt de poliomyélite aiguë antérieure, maladie appelée en arabe « la paralysie des enfants ». De fait, le dernier cas de poliomyélite au Liban a été signalé en 2003 par le ministère de la Santé à Cheikh Zennad, petite localité dans la plaine du Akkar.

La décision d’éradiquer la polio dans le monde remonte à mai 1988,...

commentaires (0)

Commentaires (0)