Rechercher
Rechercher

Caricatures du Prophète

Nasrallah aux autorités françaises : Vous avez commis une "énorme erreur"

"Nous coopérerons et ferons le maximum pour faciliter" la naissance du nouveau gouvernement, affirme le leader du Hezbollah.

Nasrallah aux autorités françaises : Vous avez commis une

Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une allocution télévisée le 30 octobre 2020. Capture d'écran al-Manar

Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé vendredi les autorités françaises d'avoir commis "une énorme erreur", en référence aux caricatures du Prophète publiées par Charlie Hebdo et défendues par le président français Emmanuel Macron, évoquant une "guerre contre l'islam".

Le 16 octobre dernier, un enseignant français, Samuel Paty, avait été décapité par un islamiste russe tchétchène radicalisé pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo. Après cet attentat terroriste, le président Macron a promis au nom de la liberté d'expression que la France ne renoncerait pas aux caricatures. Ces propos ont entraîné de vives tensions dans plusieurs pays musulmans, allant des manifestations jusqu'au boycott de produits français. Et jeudi, la ville de Nice a été endeuillée par l'assassinat de trois personnes dans une église au cœur de la ville, une agression qualifiée d'acte terroriste dont l'auteur a été interpellé. Dans ce contexte de tension, des heurts ont opposé vendredi dans la journée des centaines de manifestants islamistes aux forces de l'ordre, lors d'un rassemblement à Beyrouth près de la résidence de l'ambassadrice de France au Liban en signe de protestation contre ces caricatures et les propos de M. Macron.

"Je m'adresse aux autorités françaises : personne ne veut de nouveaux ennemis ou de nouvelles batailles. Vous devez corriger l'énorme erreur que vous avez commise. Revenez à l'essentiel, ne vous soumettez pas au terrorisme, évitez toute discorde", a déclaré le secrétaire général du parti chiite lors d'une allocution télévisée à l'occasion de la commémoration de la naissance du Prophète. "Plutôt que régler la crise née des caricatures, les autorités françaises se sont laissé entraîner avec toute la France - et veulent entraîner l'Europe - dans une guerre contre l'islam et les musulmans pour des raisons incompréhensibles. C'est une guerre perdue", a-t-il ajouté.

Lire aussi

"La France ne récoltera que des déceptions", prévient le numéro 2 du Hezbollah

"Les musulmans ne peuvent supporter aucune offense envers le Prophète. Le protéger est, pour les musulmans, à la tête des priorités", a lancé le leader chiite, affirmant que "les religions et le sacré doivent être respectés". "La question n'est pas celle de la liberté d'expression", a ajouté le chef du Hezbollah qui a pris l'exemple de l'écrivain et philosophe français Roger Garaudy - figure du négationnisme jugé et condamné pour ses écrits - pour dénoncer les atteintes à la liberté d'expression quand il s'agit de débat sur l'Holocauste. "Lorsqu'on touche à Israël, la liberté d'expression s'arrête. Mais lorsqu'il s'agit des musulmans ou de l'islam, la liberté d'expression doit être totale", a critiqué le chef du Hezbollah, soulignant que "la liberté d'expression a des limites, dont celle de la dignité humaine".

"Nous condamnons fermement" l'attaque de Nice, "tout comme l'ensemble des musulmans à travers le monde", a poursuivi Hassan Nasrallah. "L'islam refuse ce genre d'actes, les meurtres d'innocents. Tout acte similaire est et sera condamné", a-t-il ajouté. Néanmoins, "les autorités françaises ne doivent pas faire porter la responsabilité de cet acte à la religion suivie par son auteur". "Lorsque une personne commet un crime, c'est l'homme qui doit être puni. Lorsqu'un chrétien commet un crime, accepterait-on de faire porter au christianisme la responsabilité de cet acte ? Lorsque les Etats-Unis ont commis leurs massacres dans la région, les musulmans ont-ils fait porter la responsabilité au christianisme ?", s'est-il interrogé, dénonçant les termes de "terrorisme islamiste" et d'"islamo-fascisme" utilisés par des responsables français.

Et de lancer : "Que l'Occident assume sa part de responsabilité. Il y a des groupes mus par une idéologie takfiriste que cet Occident a soutenus et auxquels il a fourni des facilités en termes politiques, d'armes et de financement, notamment en Syrie et en Irak", a-t-il accusé. "Vous devez arrêter de soutenir ces groupes, car vous en paierez le prix", a-t-il encore prévenu.

Formation du gouvernement
Sur le plan local, Hassan Nasrallah n'a que succinctement évoqué le dossier du gouvernement qui n'est toujours pas formé, malgré l'optimisme qui prévalait ces derniers jours. "Nous espérons que le Premier ministre désigné, en coopération avec le président de la République, aboutisse à la formation d'un gouvernement le plus rapidement possible", a déclaré Hassan Nasrallah, indiquant que l'atmosphère était "raisonnable". "Nous sommes dans un état d'esprit positif. Nous coopérerons et ferons le maximum pour faciliter" la naissance du nouveau cabinet, a-t-il ajouté. 

Désigné le 22 octobre pour former un nouveau gouvernement, Saad Hariri mène depuis des tractations avec le président Michel Aoun, avec lequel il s'est entretenu cinq fois au palais de Baabda loin des médias, ainsi qu'avec l'ensemble des formations politiques. Selon des sources concordantes, le principe de la rotation des portefeuilles régaliens semble acquis, à l'exception du ministère des Finances, qui devrait rester entre les mains de la communauté chiite, comme le réclame le tandem Amal-Hezbollah. Alors que le Liban s'enfonce dans la plus grave crise de son histoire moderne, le futur cabinet est appelé à lancer les réformes structurelles réclamées par la communauté internationale, en conformité avec la feuille de route française sur laquelle l'ensemble des forces politiques se sont engagées.

Par ailleurs, le leader du parti chiite a mis en garde contre le "laxisme individuel" face à la propagation de la pandémie de coronavirus. Dans la journée, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a déclaré que le Liban était "aux portes d'une deuxième vague du coronavirus". De son côté, le Dr. Firas Abiad, directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, a affirmé que la situation sanitaire était "alarmante".


Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé vendredi les autorités françaises d'avoir commis "une énorme erreur", en référence aux caricatures du Prophète publiées par Charlie Hebdo et défendues par le président français Emmanuel Macron, évoquant une "guerre contre l'islam".

Le 16 octobre dernier, un enseignant français, Samuel Paty, avait été décapité par...

commentaires (22)

Peut être si ces criminels ne hurler pas ALLAH OU AKBAR en tuant des gens on pourrait dire que les musulmans n’ont rien à faire avec ces crimes mais l’islamisme n’est jamais vraiment condamné par les musulmans d’ou ce mélange des genres LA VÉRITÉ TUER POUR UN DESSIN OU POUR N’IMPORTE QUELLE RAISON AU CRI DE DIEU EST UNE INSULTE À DIEU EN RÉALITÉ ET DONC A MOHAMED AUSSI C’EST CELA QUE LES PRECHEURS DE L’ISLAM DEVRAIENT ENSEIGNER A LEURS FIDÈLES ET PAS LE CONTRAIRE

LA VERITE

01 h 13, le 02 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • Peut être si ces criminels ne hurler pas ALLAH OU AKBAR en tuant des gens on pourrait dire que les musulmans n’ont rien à faire avec ces crimes mais l’islamisme n’est jamais vraiment condamné par les musulmans d’ou ce mélange des genres LA VÉRITÉ TUER POUR UN DESSIN OU POUR N’IMPORTE QUELLE RAISON AU CRI DE DIEU EST UNE INSULTE À DIEU EN RÉALITÉ ET DONC A MOHAMED AUSSI C’EST CELA QUE LES PRECHEURS DE L’ISLAM DEVRAIENT ENSEIGNER A LEURS FIDÈLES ET PAS LE CONTRAIRE

    LA VERITE

    01 h 13, le 02 novembre 2020

  • Rien ne justifie qu’un appartenant à une religion qui commet un acte odieux soit assimilé à sa propre religion. Dans ce cas question très simple qui consiste à demander quels ont été les deux plus grands massacres de ces vingt-cinq dernières années ? -Le genocide Rwandais et le massacre de Srebrenica L’un impliquant fortement le clergé Rwandais et l’autre les Orthodoxes Serbes . A t on critiqué ces religions malgré là un fait grave qui est l’implication de religieux ? Non ! Alors de grâce fichons la paix aux religions et empêchons les de rejoindre la folie des extrémistes !

    PHENICIA

    22 h 41, le 31 octobre 2020

  • Rien ne peut justifier qu’on décapite un homme. RIEN ABSOLUMENT RIEN et en l’occurrence un prof qui fait son devoir d’éclairer la,future génération sur ses droits à La Liberté et à penser par soi. Et qu’on arrête avec les mais et les blasphèmes et offense à la religion. Les caricatures ont été une excuse pour qu’ils lâchent leur haine et exercent leur barbarie sur des gens civilisés puisque depuis la première publication ils ont décrété que donner un visage à Mohamed était une insulte. et un blasphème. Voilà le crime pour lequel on tue des gens et on saccage un monde , parce qu’on a osé donné une image à  leur prophète. Les autres caricatures se voulaient comme une réponse une repose à leur diktat de vouloir imposer leur loi moyenâgeuse au monde entier. Chez eux ils ne se gênent pas d’appeler les chrétiens des mécréants et jusqu’à présent les chrétiens n’ont tué personne. Il ne faut pas pousser non plus.

    Sissi zayyat

    17 h 58, le 31 octobre 2020

  • Nasrallah pour une fois a raison et il faut que la France suive l'exemple du hezb et ses banquiers perses: pour garantir le droit de la parole et ne pas l'user il faut tabasser ceux qui l'utilisent ou même les traduire en justice à condition de les faire exécutés. Seuls ont la liberté de la parole: les résidents des sous-sols et utilisant la technologie diabolique du telfaz et sécurisés par drones et fusées zakéyas...

    Wlek Sanferlou

    16 h 32, le 31 octobre 2020

  • Il faut condamner toute forme de violence ou de terrorisme maisMacron n'avait pas à mettre tous les musulmans dans le même panier. Il n'aurait jamais dit "le judaïsme" s'il s'était agi d'un juif parce que tout le monde aurait hurlé à l'antisémitisme, comme chaque fois qu'on critique la politique d'Israël. Deux poids deux mesures... Et si les caricatures relèvent de la liberté d'expression, pourquoi interdire les ouvrages de Garaudy, pourquoi faire des procès à Dieudonné? C'est aussi de la liberté d'expression. Nous sommes tous égaux mais il y en a qui sont plus égaux que d'autres CQFD.

    Politiquement incorrect(e)

    13 h 39, le 31 octobre 2020

  • Oui effectivement la France a commis l’erreur de ne pas déclarer le HB comme une organisation terroriste a tous les niveaux et ainsi les écarter de toute négociation mais au contraire a accepté que ces gens se mettent autour d’une table où le président d’un pays démocratique se trouvait pour écouter leurs charabias de barbares et leur permettre d’imposer leurs conditions. Ça oui ils ont lourdement fauté. La preuve, le poignard dans le dos.

    Sissi zayyat

    13 h 07, le 31 octobre 2020

  • Les caricatures inacceptables de Charlie Hebdo datent de 2006, depuis lors les caricatures n'étaient plus aussi ignobles et inregardables. L'ennui est que les responsables dans la région surfent sur une vague qui n'existe plus, puisque l'affaire actuelle des caricatures se déploie sans caricatures, mais avec des meurtres, du terrorisme et des appels à la haine ainsi qu'au boycott. Il est nécessaire de rappeler que le charisme n'est pas une denrée inépuisable et qu'il ne faille pas tirer trop sur cette corde. La France emprunte sur les marchés financiers depuis 40 ans pour entretenir des populations ("min habba oua dab") étrangères, majoritairement ingrates, profiteuses, fainéantes, malhonnêtes, sans scrupules et qui visent en plus à anéantir le pays-lumière qui leur a tendu, à tort, sa main !

    MGMTR

    12 h 50, le 31 octobre 2020

  • Il ne manque plus que Hassan Nasrallah pour donner des leçons de bonne gouvernance, de vie et de morale à la France. Va te cacher ds tes égouts ... c’est là ta place et tes conseils tu peux les garder pour toi. On ne t’a pas sonné ???

    Khoury-Haddad Viviane

    12 h 26, le 31 octobre 2020

  • On peut être en désaccord avec M. Hassan Nasrallah sur certains points mais la rigueur et la cohérence de sa pensée ne peuvent que convaincre tout esprit libre, épris de vérité. "Lorsqu'on touche à Israël, la liberté d'expression s'arrête. Mais lorsqu'il s'agit des musulmans ou de l'islam, la liberté d'expression doit être totale". Les Français se rendent-ils compte de cette liberté d’expression à deux vitesses, l’une s’appliquant à Israël et l’autre à l’islam? Que dire de Dieudonné, l’humoriste français, de nombreuses fois condamné par la justice française pour ses sketchs et interdit de donner ses spectacles? Pourquoi la justice française et M. Macron ne défendent-ils pas la liberté d’expression de Dieudonné? Pourquoi la justice française condamne-t-elle Alain Soral et interdit-elle ses livres? Pourquoi on n’entend pas le président français défendre la liberté d’expression à ce moment-là?

    Agenor

    12 h 07, le 31 octobre 2020

  • Bonjour, Lorsque le professeur Samuel PATY fut assassiné, j'ai eu une discussion avec une amie de ma femme qui pensait que de publier des caricatures, représentant quelque religion que ce soit, était de nature à jeter de l'huile sur le feu et qu'il valait mieux s'abstenir. Je ne suis pas du tout de cet avis, les caricatures font partie de notre histoire et culture depuis des siècles, qu'elles représentent le pouvoir royal ou républicain, le pouvoir religieux, ou même les dieux eux mêmes. Alors vous me direz qu'en tant que Français, Officier Général de l'armée de mon pays, je n'ai pas la même sensibilité que d'autres de cultures différentes. Pourtant, en parcourant différents pays d'Afrique sub-saharienne régulièrement, je constate les mêmes utilisations de caricatures pour tourner en dérision les pouvoirs en place, politiques religieux ou militaires. Ceux des pays qui réprimes cette forme de dérision sont, de mon seul point de vue, des dictatures.

    Fabrice HURON

    11 h 47, le 31 octobre 2020

  • mais au moins sayyed nous a prouve des connaissances intellectuelles autres que theologico - politique. Grace a Dieu ! en voila qui fait cas rarissime !

    gaby sioufi

    10 h 11, le 31 octobre 2020

  • La liberté d’expression n’est pas synonyme de liberté d’offenser ; il n’existe pas le droit à blasphémer. Signé par une occidentale, chrétienne. Blanca Gutiérrez

    ALDEC

    10 h 10, le 31 octobre 2020

  • En tout cas Macron aura réussi l’exploit d’avoir unifié le monde musulman. Chapeau bas!

    Gros Gnon

    10 h 02, le 31 octobre 2020

  • ah, ce fameux doigt de nasroullah qui n'a de cesse de s'allonger et d'elargir son cercle de justicier a la fois d,accusation et d'avertissement aussi !

    gaby sioufi

    09 h 57, le 31 octobre 2020

  • Macron au moins n’est pas entré en Syrie pour massacrer 700.000 Syriens Sunnites et pousser des millions de Syriens Sunnites à la fuite de leur pays! Et ça prétend défendre les musulmans!

    PHENICIA

    09 h 03, le 31 octobre 2020

  • Que de crimes commis aux noms de religions, crimes qui, en fait, ne sont que des actes de barbarie, justifiés , par l'instinct animal de l'homme pour faire prévaloir sa dominance et son pouvoir sur les siens.

    Esber

    07 h 14, le 31 octobre 2020

  • Nasrallah ne va pas tarder à se faire caricaturer en France, comme Erdogan ! Comparer l'holocauste aux caricatures, il n'y a que les islamistes qui osent le faire ! Si tous les pays musulmans réagissent aussi violemment à l'égard de la France, c'est qu'ils sentent qu'ils vont perdre le contrôle moyenâgeux de leurs populations et que leurs fatwas ne font pas peur aux chrétiens, malgré leur barbarie.

    DM

    01 h 07, le 31 octobre 2020

  • Mr Nasrallah vous avez oublie les caricatures contre le Christe et la Sainte Vierge , nous avons rien dit , je pense que vous avez un complexe

    Eleni Caridopoulou

    01 h 06, le 31 octobre 2020

  • Hey, dites moi chef, combien de crimes ont été commis par des catholiques sur des innocents au nom de Dieu dernièrement?? Le Moyen âge c’etait il y a longtemps.

    Jocelyne Hayeck

    23 h 54, le 30 octobre 2020

  • QUAND ON SE MOQUE ET SE RIT DES SYMBOLES SACRES DES RELIGIONS CE N,EST POINT DE LA LIBRE EXPRESSION. C,EST DE LA PROVOCATION. QUI DEVRAIT ETRE INTERDITE ET PUNIE PARTOUT DANS LE MONDE. DE MEME LE TERRORISME SUIVIE PAR PAR UNE PARTIE DES MEMBRES D,UNE RELIGION DEVRAIT ETRE CONDAMNE UNANIMEMENT PAR CETTE RELIGION ET NON PAS EN PAROLES MAIS EN ACTES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 23, le 30 octobre 2020

  • Tout d'abord, il faut préciser que, en France, o n distingue "islam" et "islamisme ". En ce qui concerne la formation du gouvernement je constate avec joie que le Hezbollah a retiré son exigence de pouvoir, conjointement avec son vassal Amal, nommer le ministre des finances et tous les ministres chiites. Quand Nasrallah déclare: "Nous coopérerons et ferons le maximum pour faciliter" la naissance du nouveau gouvernement" , en bon français, cela ne devrait pas signifier autre chose. Mais après tout, peut-être que en "langue de bois", il en va différemment...

    Yves Prevost

    23 h 10, le 30 octobre 2020

  • Alors il singe Erdogan? Des qu’il est dans l’impasse il se fait défenseur de l’islam. Hier encore il ne jurait que par les chinois et incitait à les appeler à la rescousse du Liban à la place des français et des américains alors que la chine séquestre et torture des millions de musulmans et stérilise les femmes sans que ni HN ni Erdogan en trouvent à redire. Pauvres créatures qui suivez ces malotrus qui vous orientent toujours dans le sens où ils veulent que vous soyez et vous continuez à les suivre les yeux bandées ou aveuglés par la haine contre quelques pièces de monnaie ou une place promise dans leur paradis inexistant.

    Sissi zayyat

    22 h 38, le 30 octobre 2020