Rechercher
Rechercher

Religion

Les musulmans de France ne sont "pas persécutés", selon le Conseil français du culte musulman



Les musulmans de France ne sont

Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman. Photo d'archives AFP

Le principal interlocuteur des pouvoirs publics français sur l'islam, Mohammed Moussaoui, a estimé lundi que les musulmans n'étaient "pas persécutés" en France, tandis que manifestations et appels au boycott se multiplient au Moyen-Orient après des propos d'Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet.

"La France est un grand pays, les citoyens musulmans ne sont pas persécutés, ils construisent librement leurs mosquées et pratiquent librement leur culte", a déclaré à l'AFP M. Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM). "Nous savons que les promoteurs de ces campagnes disent défendre l'islam, et les musulmans de France, nous les appelons à la sagesse (...), toutes les campagnes de dénigrement de la France sont contreproductives et créent de la division", a ajouté M. Moussaoui, demandant aux "croyants" de "défendre l'intérêt du pays".

Le discours du président français au cours d'un hommage national au professeur décapité dans un attentat islamiste le 16 octobre pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet en classe, a suscité de la colère dans le monde musulman. Emmanuel Macron a notamment promis que la France continuerait de défendre la publication de ces caricatures au nom de la liberté d'expression.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé lundi au boycott des produits français, après avoir mis en cause la "santé mentale" de son homologue français à deux reprises ce week-end.

Au sujet des caricatures, le président du CFCM explique que la loi "n'oblige pas à aimer ces caricatures, elle donne même le droit de les détester". Et il a dit soutenir la position du président Macron qui, selon lui "appelle à ne pas renoncer à la caricature, toutes les caricatures, sous la pression des terroristes".

Une réunion entre Emmanuel Macron et le CFCM doit kundi après-midi au palais présidentiel de l'Elysée. 


Le principal interlocuteur des pouvoirs publics français sur l'islam, Mohammed Moussaoui, a estimé lundi que les musulmans n'étaient "pas persécutés" en France, tandis que manifestations et appels au boycott se multiplient au Moyen-Orient après des propos d'Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet.

"La France est un grand pays, les...