Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Normalisation

Une délégation officielle émiratie en route pour Israël, une première

Une délégation officielle émiratie en route pour Israël, une première

Des drapeaux israéliens et émiratis, en Israël. Photo d'illustration Jack GUEZ/AFP

Une délégation des Emirats arabes unis est arrivée mardi en Israël pour signer une série d'accords, la première visite officielle depuis la normalisation entre les deux pays.

Avec des économies gravement touchées par les conséquences de la pandémie de Covid-19, les deux pays espèrent recueillir rapidement les dividendes de leurs nouvelles relations, qui ont rompu un "consensus arabe" conditionnant toute normalisation avec Israël à un règlement du conflit israélo-palestinien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accueilli la délégation à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, impliqué dans le processus de normalisation, accompagne la délégation qui est arrivée à bord d'un vol de la compagnie émiratie Etihad Airways.

Selon des responsables des deux pays, des accords dans les domaines de l'aviation, la protection des investissements, des exemptions de visas, ainsi que la science et la technologie doivent être signés lors de la visite.

Il est également prévu la signature d'un accord autorisant 28 vols commerciaux hebdomadaires entre les deux pays, selon un responsable au ministère israélien des Transports.

La délégation émiratie est conduite par le ministre d'Etat aux Affaires financières Obaid Al-Tayer et le ministre de l'Economie Abdallah ben Touq Al-Mari, a indiqué Hend Al-Otaiba, directrice de la communication stratégique au ministère émirati des Affaires étrangères.

Les Emirats et Israël ont signé le 15 septembre à Washington, sous la houlette du président Donald Trump, l'accord de normalisation. Bahreïn a signé le même jour un accord similaire. Ces deux Etats du Golfe sont les premiers pays arabes à normaliser les relations avec l'Etat hébreu depuis l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Le gouvernement émirati a ratifié lundi l'accord, validé la semaine dernière par le Parlement israélien.

Les Palestiniens ont dénoncé ces accords entre des pays arabes et Israël comme une "trahison" alors que la résolution du conflit israélo-palestinien était jusque-là considérée comme une condition sine qua non pour une normalisation entre Israël et les Etats arabes.

"Opportunités prometteuses"
Les accords signés par les Emirats et Israël vont contribuer à améliorer la sécurité régionale et "à assurer la prospérité économique pour toutes les nations concernées", a déclaré lundi soir M. Mnuchin.

Il avait rencontré plus tôt de hauts responsables émiratis et discuté des "opportunités de coopération prometteuses attendant les deux pays", selon l'agence de presse officielle émiratie WAM.

Un premier vol commercial direct s'était rendu de Tel-Aviv à Abou Dhabi fin août, avec à son bord une délégation israélienne officielle.

Les Emirats et Israël sont géographiquement séparés par l'Arabie saoudite, pays allié des Etats-Unis et proche des Emirats, avec lequel Israël n'a pas de relations officielles, mais qui autorise depuis récemment le survol de son espace d'Etihadaérien "en direction et en provenance de tous les pays".

Un premier vol Airways avait atterri lundi en Israël pour emmener professionnels israéliens du tourisme aux Emirats pour une visite de deux jours.

L'administration américaine tente de convaincre d'autres pays arabes de se rapprocher d'Israël, comme le Soudan.

Les Emirats et Bahreïn, des monarchies sunnites, partagent avec l'Etat hébreu une animosité envers l'Iran chiite, l'ennemi numéro un de Washington dans la région.


Une délégation des Emirats arabes unis est arrivée mardi en Israël pour signer une série d'accords, la première visite officielle depuis la normalisation entre les deux pays. Avec des économies gravement touchées par les conséquences de la pandémie de Covid-19, les deux pays espèrent recueillir rapidement les dividendes de leurs nouvelles relations, qui ont rompu un "consensus ...