Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Nagorny Karabakh

Appâtés par le gain, des Syriens prêts à combattre en Azerbaïdjan

Selon l'OSDH, des centaines de combattants syriens se préparent à rejoindre plus de 850 de leur compatriotes déjà partis. Les salaires varient de 1.500 à 2.000 dollars par mois.

Appâtés par le gain, des Syriens prêts à combattre en Azerbaïdjan

Des forces de la non-reconnue République de Nagorny Karabath, près de la ville de Martakert, en Azerbaïdjan. Iliya Pitalev / Sputnik Sputnik via AFP

Cherchant à subvenir aux besoins de sa famille en Syrie, le combattant proturc Abou Ahmad attend d'être envoyé en Azerbaïdjan pour se battre contre les séparatistes arméniens. Il connaît les risques mais gagnera 80 fois son salaire actuel.

"Je me suis inscrit (...) pour aller en Azerbaïdjan (...) pour un salaire mensuel de 2.000 dollars (environ 1.700 euros) pendant trois mois", raconte ce père de famille de 26 ans, s'exprimant sous un pseudonyme sur WhatsApp. Ce combattant syrien, opposé depuis cinq ans au régime de Bachar el-Assad et aujourd'hui engagé avec un groupe affilié à Ankara, doit être prochainement envoyé en Azerbaïdjan via la Turquie.

La Turquie soutient l'armée azerbaïdjanaise dans les affrontements sanglants qui l'opposent depuis près d'une semaine dans la région du Nagorny Karabakh aux séparatistes arméniens. Accusée d'avoir recours à des mercenaires syriens, elle n'a pas commenté officiellement.

Lire aussi

Des mercenaires syriens seraient enrôlés par Ankara pour combattre l’Arménie

L'AFP a pu communiquer vendredi via WhatsApp avec un combattant originaire de la ville d'Atareb (nord de la Syrie) qui se trouve au front. "Oui, je suis en Azerbaïdjan", a-t-il affirmé, s'excusant de ne pas pouvoir en dire davantage. Une source locale à Atareb a indiqué à l'AFP que ce combattant faisait partie d'un groupe dont le chef, Mohamad al-Chaalan, avait été tué lors de combats.

"Plus rien à manger
"
Des photos de quatre Syriens présumés morts dans des affrontements en Azerbaïdjan ont été diffusées vendredi sur les réseaux sociaux. Mais ces morts ne dissuadent pas Abou Ahmad de vouloir partir. Depuis des mois, il vit avec sa famille dans un camp de déplacés dans la région d'Alep (nord) après avoir été contraint de fuir son village dans la province d'Idleb (nord-ouest). "J'attends mon tour pour aller en Azerbaïdjan, afin d'économiser de l'argent et revenir ici lancer une affaire", dit-il. "Nous n'avons plus rien à manger". Pendant des années, Abou Ahmad a combattu à Idleb, dernier bastion hostile au régime. Mais en mars, Ankara, qui soutient les rebelles, et Moscou, allié de Damas, ont annoncé un cessez-le-feu à Idleb à l'issue d'une offensive du régime ayant déplacé environ un million de personnes. Avec l'arrêt des combats, Abou Ahmad a vu son revenu mensuel fondre pour atteindre 25 dollars. "Se battre et reprendre le contrôle de mon village, c'est bien mieux que l'Azerbaïdjan, mais la situation risque ici de rester calme", explique-t-il. Il se dit conscient des risques, mais affirme "ne pas avoir le choix". "Désormais, nous sommes prêts à nous sacrifier pour subvenir aux besoins de nos enfants, tant la situation est désastreuse", ajoute-t-il.

Lire aussi

Haut-Karabakh : Israël et la Turquie dans le même camp, mais jusqu’à quand ?

Samedi, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté la mort d'au moins 64 Syriens dans les combats opposant depuis environ une semaine les séparatistes arméniens à l'armée azerbaïdjanaise. L'AFP a pu confirmer la mort de trois d'entre eux via leurs familles. Selon l'OSDH, des centaines de combattants syriens se préparent à rejoindre plus de 1.200 de leurs compatriotes déjà partis en Azerbaïdjan. "Les salaires varient de 1.500 à 2.000 dollars par mois (1.300 à 1700 euros), indique à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Préparatifs"
Mercredi, Moscou a affirmé que des combattants de Syrie et de Libye avaient été déployés au Nagorny Karabakh, ce que Bakou dément, accusant à son tour Erevan d'envoyer des "mercenaires". Ces derniers mois, la Turquie a envoyé des milliers de supplétifs syriens en Libye en soutien au gouvernement à Tripoli, suscitant l'ire de la communauté internationale.

Lire aussi

Qui sont les combattants étrangers au Nagorny Karabakh?

Abou Adnane, 38 ans, s'était alors porté candidat mais n'a pas été retenu. Aujourd'hui, il attend de partir en Azerbaïdjan. "Ils nous ont informés des préparatifs" pour s'y rendre, indique-t-il sur Whatsapp également sous un pseudonyme. En 2017, ce trentenaire était arrivé à Idleb. Il fait maintenant partie d'une faction pro-Ankara. Au gré des batailles, il a dû déménager plusieurs fois avec sa famille jusqu'à arriver dans un camp. "Nous vivons ici avec 200 livres turques (environ 21 euros) par mois, ce qui ne me suffit même pas pour acheter du pain. Là-bas c'est 1.500 dollars (1.300 euros)", dit-il en allusion à l'Azerbaïdjan. Mais l'appât financier n'est pas la seule motivation. "Nous épaulons notre alliée la Turquie, parce qu'elle nous a soutenus" face au régime et son allié russe, dit-il. "Nous devons être à ses côtés en toute circonstance", affirme-t-il. "Si la Turquie perd une bataille, elle sera sous pression et forcée de céder nos régions au régime, et nous ne pourrons jamais retourner chez nous", dit-il.


Cherchant à subvenir aux besoins de sa famille en Syrie, le combattant proturc Abou Ahmad attend d'être envoyé en Azerbaïdjan pour se battre contre les séparatistes arméniens. Il connaît les risques mais gagnera 80 fois son salaire actuel."Je me suis inscrit (...) pour aller en Azerbaïdjan (...) pour un salaire mensuel de 2.000 dollars (environ 1.700 euros) pendant trois mois", raconte...

commentaires (5)

Erdogan est machiavelique à la façon avec laquelle il manipule les pauvres syriens en Libye, Nagorno Karabakh et autres tout comme il avait manipulé les réfugiés contre l'Europe...mais ...mais... n'oublions pas celui qui a rendu son propre peuple au stade de devenir un outil bon marché faute d'une vie digne dans son propre pays. Celui qui a laisser tout les étrangers de ce monde s'immiscer dans les affaires de son pays contre son propre peuple. Malgré son nom féroce il se trouve inutile dans les débris de son pays. Ses cousins libanais, type hezb et compagnie, le suivent au pas: ils appauvrissent le peuple, pousse la plupart à immigrer et ceux qui resteront deviendront des chairs à canon au mieux payant.

Wlek Sanferlou

15 h 45, le 04 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Erdogan est machiavelique à la façon avec laquelle il manipule les pauvres syriens en Libye, Nagorno Karabakh et autres tout comme il avait manipulé les réfugiés contre l'Europe...mais ...mais... n'oublions pas celui qui a rendu son propre peuple au stade de devenir un outil bon marché faute d'une vie digne dans son propre pays. Celui qui a laisser tout les étrangers de ce monde s'immiscer dans les affaires de son pays contre son propre peuple. Malgré son nom féroce il se trouve inutile dans les débris de son pays. Ses cousins libanais, type hezb et compagnie, le suivent au pas: ils appauvrissent le peuple, pousse la plupart à immigrer et ceux qui resteront deviendront des chairs à canon au mieux payant.

    Wlek Sanferlou

    15 h 45, le 04 octobre 2020

  • Ce commerce atroce fait surement l’affaire des Azerbaijanais qui empêchent ainsi de faire circular des videos de cercueils de citoyens azeris sur leurs réseaux sociaux. De pauvres Syriens désespérés vont servir de chair à canon pour éviter des morts azéris et ainsi préserver la colère publique dans ce pays. Qui paie tout ça? Bien sûr ce sont les petrodollars des réserves de guerre de l’Azerbaïdjan. La Turquie monnaie toute sa contribution mais ne paie rien!

    Diran Avedian

    12 h 45, le 04 octobre 2020

  • Pas etonnant que la Turquie ait de nouveaux reves de puissance lorsque la communaute internationale a ete incapable de freiner l imperialisme russe et perse au moyen orient......

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 35, le 04 octobre 2020

  • LES EUROPEENS SONT DES IDIOTS. ILS PAIENT ERDO 6 MILLIARDS DE DOLLARS PAR AN POUR LES REFUGIES SYRIENS EN TURQUIE. ET QUE FAIT L,OTTOMAN ERDO IL LEVE DES MERCENAIRES AVEC CET ARGENT QU,IL ENVOIE COMBATTRE A CHYPRE, EN LYBIE, EN SYRIE ET ALLER ACHEVER LES RESCAPES ARMENIENS DU GRAND GENOCIDE TURC EN ARMENIE MEME. PLUS IDIOTS QUE LES EUROPEENS ET SURTOUT LES ALLEMANDS.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 02, le 04 octobre 2020

  • A ce rythme-là, Erdogan finira bien par embraser le globe et allumer la mèche de la troisième guerre mondiale! Il faudrait en finir d’une bonne fois et pour toutes avec lui. Le simple fait de lui permettre de commercialiser avec des vies humaines en s’appuyant sur leur misère pour les envoyer s’entretuer avec d’autres aux quatre coins du globe pour son bon plaisir est un crime monstrueux. On cherche à punir l’Iran alors que c’est la Turquie qui devrait écoper! Que des millions d’années après les êtres humains ne soient capables de d’autre que de destruction et des crimes, démontre que nous somme bien loin d’avoir été crées à l’image de Dieu. Nous sommes le fléau de la terre.

    Fady Abou Hanna

    11 h 55, le 04 octobre 2020

Retour en haut