Rechercher
Rechercher

Accord-cadre sur les frontières

« L’ONU est pleinement résolue à appuyer le processus », assure Guterres

L’annonce de la décision « historique », pour reprendre le qualificatif employé par l’administration américaine, des autorités israéliennes et libanaises d’entamer des pourparlers sur les frontières maritimes et terrestres a été accueillie favorablement par le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, et par la Russie.

L'édito de Issa GORAIEB

Huiles de frontières


Le secrétaire général de l’ONU « se félicite », ainsi, « de l’annonce d’un accord visant à lancer des pourparlers sur la délimitation des frontières terrestres et maritimes entre le Liban et Israël, qui seront accueillis par les Nations unies au siège de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) à Naqoura, au Liban-Sud », a indiqué jeudi soir son porte-parole, Stéphane Dujarric. « L’ONU, par l’intermédiaire de ses représentants, est pleinement résolue à appuyer le processus comme demandé par les parties, et dans le cadre de sa capacité et de son mandat », a-t-il poursuivi lors d’un point de presse.

Lire aussi

Les négociations avec Israël paveront-elles la voie à une pacification des frontières ?

Le représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations unies, Vassili Nebenzia, dont le pays assume la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mois d’octobre, a lui aussi bien « accueilli » l’annonce de ces pourparlers. « En ce qui concerne l’accord entre le Liban et Israël, nous sommes heureux qu’il ait lieu (...). C’est déjà une avancée pour l’amélioration des relations des pays de la région, y compris entre Israël et les pays arabes (...) mais il n’en demeure pas moins que ce rapprochement, ces accords dont nous sommes témoins ne doivent pas se faire au détriment des Palestiniens qui ne devraient pas être les grands perdants de ce jeu. »


L’annonce de la décision « historique », pour reprendre le qualificatif employé par l’administration américaine, des autorités israéliennes et libanaises d’entamer des pourparlers sur les frontières maritimes et terrestres a été accueillie favorablement par le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, et par la Russie.

commentaires (0)

Commentaires (0)