Rechercher
Rechercher

SANTÉ MENTALE

Une équipe libanaise lauréate de la 1re édition de la compétition virtuelle régionale en entrepreneuriat REC

Des étudiants de l’Université libanaise développent une application pour soutenir les personnes en détresse psychologique.

Une équipe libanaise lauréate de la 1re édition de la compétition virtuelle régionale en entrepreneuriat REC

La finale de la compétition régionale en entrepreneuriat REC lancée par l’Université d’Alexandrie (Égypte), en partenariat avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), a eu lieu en ligne fin juillet. Capture d’écran

Hussein Hamiye, Rim Fawaz, Dima Souki, Layal Hanna, Hussein Dia et Nader Farfour, tous étudiants en psychologie à l’Université libanaise, ont raflé le premier prix à la première édition de la compétition régionale en entrepreneuriat REC lancée, dans le cadre des activités de la Conférence des recteurs du Moyen-Orient (Confremo), par l’Université d’Alexandrie (Égypte) en partenariat avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et avec le soutien de la société International Business Leadership License (IBDL). L’Université d’Alexandrie et l’Université de Khartoum (Soudan) ont respectivement remporté la 2e et la 3e place.

L’application développée par ces étudiants, Nehna Haddak (Nous sommes à tes côtés), vise à créer un réseau d’urgence pour aider les personnes en détresse psychologique à cause de la pandémie de Covid-19. « Notre projet vise à soutenir psychologiquement la population afin de prévenir les crises d’anxiété mais également à l’accompagner durant et après la crise, et cela dans le but de contrer les effets psychologiques de la crise sanitaire », affirme Hussein Hamieh, chef de l’équipe. Le jeune homme explique que la santé mentale est la première victime du confinement. « Le nombre de personnes en détresse psychologique augmente de façon exponentielle. Les psychologues et les thérapeutes ont dû s’adapter pour continuer à soutenir les gens à distance », poursuit-il. C’est à ce nouveau besoin social que Nehna Haddak veut répondre. En effet, l’application créée par les étudiants de l’UL permet à l’utilisateur de trouver rapidement dans une liste de psychologues et de psychothérapeutes celui ou celle qui lui convient le plus en fonction du coût de la consultation et de son lieu de résidence. Elle offre également un numéro d’urgence à contacter pour les cas extrêmes.

Planifier pour mieux prévenir

« Nous travaillons aussi sur les mécanismes d’adaptation de la population et sur la santé mentale générale, avant et après les crises, et cela par le biais d’une bonne préparation de la communauté aux risques possibles, une planification de leurs besoins et la prise de mesures préventives. Il est tout aussi important d’avoir des interventions rapides, de sensibiliser les gens à long terme et de les soutenir psychologiquement », indique quant à elle Layal Bahsi. Cette jeune mastérante en psychologie insiste sur ce qu’elle appelle « immunité psychologique » qui est construite avec le temps et qui permet aux gens de mieux faire face aux traumatismes. Ainsi, Nehna Haddak sert à prévenir les traumatismes, à en atténuer les conséquences, de même qu’à diminuer le sentiment de détresse chez les gens. « Notre travail ne se limite pas à des jours ou à des semaines. C’est un processus permanent », s’enthousiasme la jeune lauréate. « De telles applications, offrant un large panel de services psychologiques, restent très rares, voire même inexistantes dans certains pays. Le problème, c’est que l’on a trop souvent tendance à négliger le côté psychologique des événements, et cela peut avoir de lourdes répercussions. Pour cette raison, nous avons consacré une grande partie de notre travail pour la sensibilisation sur l’importance de la santé mentale », explique Hussein Hamieh.

D’un autre côté, l’application offre aux professionnels l’opportunité d’améliorer leurs compétences techniques en termes de premiers soins psychologiques. « En offrant des formations professionnelles et en créant un solide réseau de psychologues, nous pourrions prévenir de nombreux problèmes de santé mentale liés aux crises », ajoute Layal Bahsi.

Les jeunes lauréats rappellent que la pandémie de Covid-19 a confirmé diverses théories psychosomatiques qui avancent que bon nombre de symptômes physiques trouvent leurs racines dans le mental. « Il est arrivé que des voyageurs ressentent des symptômes en apprenant que l’un des passagers est infecté par le Covid-19 malgré un test PCR négatif », expose Hussein Hamieh.

Privilégier l’aspect humain

Le projet Nehna Haddak compte aujourd’hui près de 180 volontaires (des professionnels de la santé mentale, des spécialistes, etc.), tous engagés pour diminuer les souffrances psychologiques de la population à la suite de la double explosion du port de Beyrouth. « Grâce à notre expérience lors de la pandémie, gérer les dégâts survenus à la suite du 4 août se fait de façon beaucoup plus rapide et plus efficace. Nous avons appris de nos erreurs, et savons désormais mieux gérer la crise et l’après-crise », indique encore le jeune étudiant qui revient sur le coût onéreux des consultations psychologiques au Liban, les rendant inaccessibles à une grande partie de la population, surtout en cette période de crises. D’où l’importance d’une application comme Nehna Haddak qui, en préservant leur anonymat, offre aux patients de choisir la consultation qui leur sied le mieux selon leur budget. « Dans notre profession, l’aspect humain est beaucoup plus important que le côté matériel, privilégié par certains qui transforment ce noble métier en un simple commerce… » conclut Hussein Hamieh.




Hussein Hamiye, Rim Fawaz, Dima Souki, Layal Hanna, Hussein Dia et Nader Farfour, tous étudiants en psychologie à l’Université libanaise, ont raflé le premier prix à la première édition de la compétition régionale en entrepreneuriat REC lancée, dans le cadre des activités de la Conférence des recteurs du Moyen-Orient (Confremo), par l’Université d’Alexandrie (Égypte) en...

commentaires (0)

Commentaires (0)