Rechercher
Rechercher

Coronavirus

Trudeau promet un million d'emplois pour sortir de la crise


Trudeau promet un million d'emplois pour sortir de la crise

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, écoute l'hymne national avant le discours du trône, le 23 septembre 2020 à Ottawa, au Canada. / AFP / Dave Chan

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau a promis mercredi une série de mesures pour lutter contre la pandémie de coronavirus, au moment où une deuxième vague se profile, ainsi que la création d'un million d'emplois pour sortir de la crise.

"Comme un roseau par grands vents, nous serons secoués, mais nous ne céderons pas", a promis le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau en présentant à l'ouverture du Parlement son plan post-pandémie dans le "discours du trône", un document de politique générale. "Notre génération est à la croisée des chemins", et le combat contre la pandémie demeure la "priorité absolue" du gouvernement, souligne le discours solennel lu au parlement par la gouverneure générale Julie Payette, représentante de la reine Elizabeth II, chef d'Etat du Canada. Le Premier ministre Trudeau était assis à ses côtés au Sénat, portant un masque noir.

Dans son plan, le gouvernement Trudeau s'engage notamment à soutenir "les gens et les entreprises aussi longtemps que la crise durera" et prévoit de prolonger un programme de subventions salariales jusqu'à l'été prochain. "L'heure n'est pas à l'austérité", proclame le gouvernement. Ottawa a déjà injecté plus de 300 milliards de dollars (193 milliards d'euros) pour soutenir l'économie depuis le printemps.

Le gouvernement annonce une pléthore de nouvelles dépenses non chiffrées, mais assure que la reprise économique est "bien engagée" et que son action restera guidée par "les valeurs de la viabilité et de la prudence". Ottawa s'engage notamment à créer "plus d'un million d'emplois" pour ramener le taux de chômage au niveau d'avant la crise, soit à environ 5,5%. Des investissements directs dans le secteur social et les infrastructures sont notamment prévus et "les mesures en faveur du climat formeront la pierre angulaire" de ce plan, assure le gouvernement.

Deuxième vague

La lutte contre les changements climatiques figure en effet en bonne place dans le discours. Le gouvernement "mettra immédiatement en place un plan qui permettra de surpasser les objectifs climatiques du Canada pour 2030" en soutenant notamment la construction de "véhicules et de batteries zéro émission". Le gouvernement s'engage à légiférer pour atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici 2050. 

Le Premier ministre devait s'adresser "à la nation" quelques heures plus tard, lors d'une rare allocution télévisée où il devrait lancer un nouvel appel aux Canadiens à redoubler d'efforts face à la pandémie. Le Canada est confronté à une augmentation du nombre de nouveaux cas de coronavirus "à un rythme accéléré" depuis quelques semaines, qui fait craindre l'arrivée d'une deuxième vague cet automne. La pandémie y a fait plus de 9.000 morts. 

Le "discours du trône" sera soumis dans les semaines à venir à un vote de confiance des députés, qui pourrait théoriquement provoquer la chute du gouvernement et la tenue de nouvelles élections. Mais les partis à la Chambre des communes d'Ottawa doivent encore s'entendre pour savoir combien des 338 députés pourront être au Parlement pour voter sur le discours du trône et si le vote à distance sera possible. Pour renverser le gouvernement, les trois principaux partis d'opposition n'auraient d'autre choix que de s'unir. Mais peu d'experts croient qu'ils chercheront à faire tomber le gouvernement Trudeau dès cet automne. De plus, deux des trois chefs d'opposition, le conservateur Erin O'Toole et l'indépendantiste québécois Yves-François Blanchet, ont contracté le coronavirus et sont en isolement préventif.

Premier à réagir sur Twitter, M. Blanchet a immédiatement accusé Ottawa de n'avoir "rien écouté des demandes urgentes et légitimes" des provinces, qui appelaient notamment à des transferts de compétences fédérales dans le domaine de la santé. Si des élections avaient lieu ces jours-ci, les libéraux de Justin Trudeau seraient reconduits au pouvoir mais toujours sans majorité, selon un sondage Abacus publié mercredi.

L'opposition craint que le gouvernement ne cherche à faire oublier à l'opinion publique un nouveau scandale éthique qui a ébranlé le dirigeant libéral cet été. Son gouvernement a attribué un important contrat gouvernemental à une association caritative ayant rémunéré plusieurs membres de la famille Trudeau. Ce contrat a depuis été annulé et l'association dissoute.


Le gouvernement canadien de Justin Trudeau a promis mercredi une série de mesures pour lutter contre la pandémie de coronavirus, au moment où une deuxième vague se profile, ainsi que la création d'un million d'emplois pour sortir de la crise.

"Comme un roseau par grands vents, nous serons secoués, mais nous ne céderons pas", a promis le...