Rechercher
Rechercher

Venezuela

Maduro appelle l'ONU à "l'emporter contre les idées impérialistes"


Maduro appelle l'ONU à

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro à Caracas, le 21 septembre 2020. AFP PHOTO / VENEZUELA'S PRESIDENCY

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, accusé par des enquêteurs de l'ONU d'être à l'origine de "possibles crimes contre l'humanité", a appelé lundi le monde à lutter contre "l'hégémonie" et à "l'emporter contre les idées impérialistes".

Dénonçant "le monde de l'hégémonie, le monde de l'impérialisme" lors d'un discours enregistré à l'Assemblée générale de l'ONU, à l'occasion d'un sommet virtuel célébrant son 75e anniversaire, Nicolas Maduro a insisté sur la nécessité d'être "unis" face à la pandémie.

"Le Venezuela défend un monde multipolaire, un système des Nations unies renouvelé, un système qui sache faire exécuter le droit international et protéger les peuples du monde", a-t-il souligné, en critiquant les attaques américaines, sans nommer les Etats-Unis, contre l'Organisation mondiale de la Santé. "Ce n'est pas le moment d'insulter, de menacer l'OMS, il est l'heure aujourd'hui de s'unir en sa faveur", a-t-il plaidé.

"Le monde a su vaincre le fascisme il y a 75 ans. Le monde gagnera aussi contre ceux qui cherchent à l'emporter à titre hégémonique, contre les idées impérialistes, il pourra vaincre le néo-fascisme (...) pour la construction d'un monde nouveau sans pouvoir hégémonique, un monde appartenant au peuple", a martelé le président du Venezuela dont la légitimité n'est plus reconnue dans de nombreux pays.

Évoquant les prochaines élections législatives dans son pays le 6 décembre, Nicolas Maduro a rappelé avoir demandé au secrétaire général de l'ONU la participation d'une commission technique pouvant accompagner ce scrutin.

Le président du Venezuela doit à nouveau prononcer un discours virtuel mercredi devant l'ONU, dans le cadre de la session annuelle de son Assemblée générale à laquelle il n'a plus participé physiquement depuis 2018. 


Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, accusé par des enquêteurs de l'ONU d'être à l'origine de "possibles crimes contre l'humanité", a appelé lundi le monde à lutter contre "l'hégémonie" et à "l'emporter contre les idées impérialistes".

Dénonçant "le monde de l'hégémonie, le monde de l'impérialisme" lors d'un discours...