Rechercher
Rechercher

Sanctions américaines

Les entreprises libanaises Arch Consulting et Meamar Construction se défendent

Les entreprises libanaises Arch Consulting et Meamar Construction se défendent

Photo du logo d'Arch Consulting tiré du site de l'entreprise.

Les entreprises libanaises Arch Consulting et Meamar Construction, visées jeudi par des sanctions américaines contre le Hezbollah, se sont défendues vendredi des accusations de l'administration Trump sans toutefois démentir ou confirmer des liens avec le parti chiite.

La société Arch Consulting a publié un communiqué dans lequel elle se présente comme "une entreprise de conseil et d'études en ingénierie, fondée par des ingénieurs libanais et accréditée auprès de nombreux ministères et institutions publics en tant qu'entreprise d'études nationales." "L'entreprise coopère avec les ministères et municipalités et le secteur public dans le cadre de mécanismes légaux et d'appels d'offres, et son casier est rempli d'études menées à l'échelle du pays", peut-on lire. L'entreprise s'étonne des "accusations de corruption et d'enrichissement illicite de la part de l'administration américaine, alors que tout le monde sait bien que les entreprises de conseil font face à une détérioration de la situation économique, causée par cette même administration, au nom d'une politique de sanctions et d'un blocus imposé au Liban".

L'entreprise Meamar Construction a de son côté fait part dans un communiqué de son "souhait de clarifier auprès de l'opinion publique libanaise qu'elle est une société d'ingénierie libanaise reconnue et classée depuis 1988 selon les lois en vigueur". "Elle opère (...) en toute transparence et a tenu à mener à bien ses projets selon les plus hauts standards d'ingénierie et administratifs, (...) contrairement à ce qu'a déclaré l'administration américaine, alors que le Liban souffre des conséquences des agressions, de l'injustice et  de la corruption" de cette administration. " La société conclut en assurant "poursuivre ses efforts pour les décennies à venir, comme elle l'a fait au cours des trente-deux dernières années".

Ces deux sociétés n'ont toutefois à aucun moment démenti ou confirmé des liens supposés avec le Hezbollah, comme le leur reprochent les Etats-Unis.

Jeudi, Washington a annoncé de nouvelles sanctions à l’encontre du Hezbollah, visant en particulier ces deux sociétés basées au Liban et un individu pour leurs liens avec le parti chiite. Selon le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC), les compagnies Arch Consulting et Meamar Construction sont visées parce qu'elles sont "détenues, contrôlées ou dirigées par le Hezbollah". L’OFAC a aussi désigné Sultan Khalifah Assaad, un responsable du Conseil exécutif du Hezbollah, étroitement associé aux deux sociétés.


Les entreprises libanaises Arch Consulting et Meamar Construction, visées jeudi par des sanctions américaines contre le Hezbollah, se sont défendues vendredi des accusations de l'administration Trump sans toutefois démentir ou confirmer des liens avec le parti chiite.

La société Arch Consulting a publié un communiqué dans lequel elle se présente comme "une entreprise de...