Rechercher
Rechercher

Monde - Enquête

Affaire Ghosn : pour Rachida Dati, l'Intérieur est "peut-être" derrière sa mise en cause

Dans l'article du Monde, "tous les éléments qui sont écrits sont faux", assure l'ex-ministre française, en dénonçant des "manœuvres" et une tentative de la "faire taire".

Affaire Ghosn : pour Rachida Dati, l'Intérieur est

L'ex-ministre française Rachida Dati en compagnie du magnat déchu de l'automobile Carlos Ghosn. Photo d'archives JULIEN M. HEKIMIAN/ GETTY IMAGES/AFP

L'ex-ministre Rachida Dati a plaidé l'innocence vendredi à la suite d'un article du Monde à propos de l'enquête sur sa prestation de conseil auprès de Carlos Ghosn, estimant que le ministère de l'Intérieur était "peut-être" le pourvoyeur d'"informations" au quotidien.

Outre son enquête sur des soupçons d'abus de bien sociaux visant l'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, la justice française s'intéresse à des contrats signés par une filiale néerlandaise de Renault-Nissan et au million d'euros que Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer ont touché chacun mais dont aucune trace n'a été retrouvée. Des faits sur lesquels Le Monde est revenu jeudi dans une longue enquête, selon laquelle les enquêteurs ont mis la main au siège de Renault sur une pochette estampillée "R.D.".

Pour mémoire

"Ils m'ont abandonné" : Carlos Ghosn s'en prend à la France

Dans cet article, "tous les éléments qui sont écrits sont faux", a assuré Mme Dati vendredi sur BFMTV et RMC, en dénonçant des "manœuvres" et une tentative de la "faire taire".

Interrogée pour savoir qui aurait pu avoir intérêt à voir cet article publié, l'ancienne députée européenne et actuelle maire LR du VIIe arrondissement de Paris a relevé que "quand vous êtes ministre, les affaires sensibles remontent". Cela viendrait donc du ministère de l'Intérieur? "Peut-être". "Normalement - je suis convaincue qu'il le fera - le procureur doit ouvrir une enquête sur cet article. Ils l'ont fait pour d'autres, je vais voir s'ils vont le faire pour moi", a-t-elle poursuivi. Mais "je dis bien à ceux qui ont donné l'information: vous n'allez pas entraver ni mes ambitions, ni mes déclarations, ni le fait de dire des vérités".


L'ex-ministre Rachida Dati a plaidé l'innocence vendredi à la suite d'un article du Monde à propos de l'enquête sur sa prestation de conseil auprès de Carlos Ghosn, estimant que le ministère de l'Intérieur était "peut-être" le pourvoyeur d'"informations" au quotidien.Outre son enquête sur des soupçons d'abus de bien sociaux visant l'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, la justice...

commentaires (2)

La presse française est prête à tout pourvue qu'elles vendent leurs journaux

Eleni Caridopoulou

13 h 17, le 13 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • La presse française est prête à tout pourvue qu'elles vendent leurs journaux

    Eleni Caridopoulou

    13 h 17, le 13 septembre 2020

  • Sorry Carlos! Avec tout ce que le Liban endure, le max qu'on peut faire c'est de nous débarrasser de nos Nissans et nos Renaults...

    Wlek Sanferlou

    18 h 18, le 11 septembre 2020

Retour en haut