Rechercher
Rechercher

Violence

Y a-t-il un lien entre les incidents sécuritaires qui se multiplient ?

Les milieux chiites agitent le spectre de la guerre civile et d’une résurgence de Daech.

Y a-t-il un lien entre les incidents sécuritaires qui se multiplient ?

Des funérailles dans la colère, hier, à Khaldé. Mohammad Azakir/Reuters

La recrudescence des incidents sécuritaires au Liban et la montée des tensions communautaires, après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août, font craindre le pire. D’autant que ces épisodes de violence s’accompagnent d’un effritement généralisé de l’État. Parallèlement, s’élèvent des appels de dignitaires religieux contre la discorde communautaire. Certains vont même jusqu’à exprimer leurs craintes d’une résurgence de Daech. Comment interpréter ces incidents et les propos qui en découlent ?

Jeudi à Khaldé, au sud de Beyrouth, des affrontements armés entre des habitants sunnites, identifiés comme membres de tribus arabes locales, et des partisans du Hezbollah ont fait deux morts et une dizaine de blessés. Les violences ont été déclenchées sur fond de déploiement de banderoles pour le deuil de Achoura (plus important rituel chiite commémorant la mort de l’imam Hussein au cours de la bataille de Kerbala en 680). Quelques jours plus tôt, en pleine nuit, à Kaftoun, village chrétien du Koura, majoritairement partisan du Parti social nationaliste syrien (PSNS), deux policiers municipaux et le fils du président du conseil municipal ont été assassinés. Alors qu’ils montaient la garde pour faire respecter le couvre-feu, ils ont été attaqués par des individus armés à bord d’une voiture suspecte, sans plaque d’immatriculation, qui ont refusé de s’arrêter au point de contrôle. L’un des suspects arrêtés est un réfugié palestinien du camp de Beddaoui. On ne peut ignorer, de plus, l’arrestation d’un jihadiste présumé à Gemmayzé, mercredi dernier. Selon les autorités, ce ressortissant syrien « préparait des attaques contre la police et l’armée dans le secteur dévasté par la double explosion du 4 août ».

Le danger qui guette le Liban
C’est dans ce cadre que fusent les réactions de dignitaires chiites. Le président de la Rencontre des ulémas de Tyr, le cheikh Ali Yassine, estime que « la partie derrière le chaos sécuritaire takfiriste (jihadiste sunnite) qui évolue de Kaftoun à Khaldé enfonce le pays dans une discorde dont nul ne sortira ». « La responsabilité incombe aux politiciens qui soutiennent les gangs pour en tirer des acquis politiques personnels », ajoute le dignitaire chiite. Le mufti jaafarite, Ahmad Kabalan, met en garde, pour sa part, contre « le danger qui guette le Liban ». « Le pays ne peut plus supporter davantage de manœuvres politiques de part et d’autre. Tout retard dans le sauvetage du pays signifie le règne de la rue, du dollar et des prix, au risque d’entraîner la discorde et des catastrophes fatales », souligne-t-il. À Haret Hreik, dans la banlieue sud, l’uléma Ali Fadlallah « invite les Libanais à éviter la discorde, et les forces sécuritaires et judiciaires à traiter avec sérieux les incidents pour empêcher qu’ils ne se reproduisent ». Même mise en garde du mufti Hassan Charifé qui, à l’issue de l’incident de Khaldé, dénonce « les déclarations politiques incendiaires qui ont une dimension confessionnelle ou communautaire ». Les mises en garde sont aussi pressantes de la part du secrétaire général de l’Organisation populaire nassérienne, Oussama Saad. « La rixe de Khaldé est le résultat d’une mobilisation communautaire orchestrée par les forces du pouvoir pour couvrir leur incapacité à sauver le pays », martèle-t-il. Quant aux « tribus arabes de Khaldé », elles dénoncent « un massacre éhonté » mené par le Hezbollah et invitent l’armée et la justice à faire leur devoir.

Décryptage

Omar Ghosn-Ahmad al-Assir : jusqu’où peut aller la comparaison ?

Ces appels font suite à la mise en garde du secrétaire général du Hezbollah, le 14 août, contre une guerre civile. « Ces derniers jours, certains ont tenté de provoquer une guerre civile pour des raisons politiques et personnelles. Les Libanais doivent faire attention. Tout conflit d’ordre politique doit avoir une limite : éviter le renversement de l’État et la guerre civile », avait dit Hassan Nasrallah après la démission d’un certain nombre de députés, dans la foulée de la catastrophe qui a dévasté la capitale libanaise, le 4 août.

Des lectures politiques divergentes
À cette situation volatile, les lectures politiques sont plurielles, divergentes parfois. Selon le directeur de l’Institut du Levant pour les affaires stratégiques, Sami Nader, ces incidents ne sont autre que « manipulation ». L’analyste politique dans la mouvance du 14 Mars constate que les récents troubles à caractère confessionnel sont l’opposé de l’image d’une population à l’unisson sur les places publiques depuis le 17 octobre. « Des foules avaient alors consacré la fin de la guerre et dépassé les différences confessionnelles », observe-t-il, rappelant combien le tandem chiite Amal-Hezbollah a tenté « de contrecarrer la révolte populaire avec violence, en ravivant la fibre confessionnelle ». Aujourd’hui, M. Nader ne peut écarter l’hypothèse que « pour échapper à la volonté de changement, le Hezbollah agite le spectre d’une guerre civile, et d’un retour de Daech ».

Karim el-Mufti voit les choses d’un autre œil. L’enseignant chercheur et politologue évoque « le contexte de délitement généralisé, de rejet de l’autre, de chute vers l’abîme chaotique ». « Ce chaos privilégie le retour à la violence », assure-t-il. Il observe à ce titre « le processus de fragmentation politique et sociale », la « désintégration de la société, ses banques, ses écoles, ses hôpitaux… ». « Les élites politiques sont essoufflées et désemparées. Elles se disloquent, comme la famille aouniste, la famille Hariri et même le tandem chiite Amal-Hezbollah. » M. Mufti rappelle à ce titre le clash qui a opposé, le 21 août, des partisans du mouvement Amal à leurs alliés du Hezbollah, dans le village de Loubieh au Liban-Sud, faisant un mort et une dizaine de blessés.

Dans les milieux proches du Hezbollah, on refuse de lier les épisodes de violence. Kassem Kassir, analyste politique spécialiste des mouvements islamistes, explique que l’incident de Khaldé est lié à des informations sur l’existence de cellules terroristes. « Ces cellules veulent tirer profit des conflits politiques, partisans et communautaires », estime-t-il. En revanche, il voit l’incident de Khaldé comme un conflit sunnito-chiite autour de l’accrochage d’une banderole de Achoura et de la photo de Salim Ayache (seul condamné par le TSL dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri). Un incident qui résulte de « la déception sunnite quant au jugement du TSL, de tiraillements intérieurs au sein de la communauté et d’appels à la confrontation avec le Hezbollah ». Le tout se déroule dans un climat de « tensions politiques extrêmes », de « tentatives de certaines parties de raviver la discorde ». « Mais, assure M. Kassir, nul n’a intérêt à ce que les choses dérapent. »


La recrudescence des incidents sécuritaires au Liban et la montée des tensions communautaires, après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août, font craindre le pire. D’autant que ces épisodes de violence s’accompagnent d’un effritement généralisé de l’État. Parallèlement, s’élèvent des appels de dignitaires religieux contre la discorde communautaire. Certains vont...

commentaires (10)

A qui pourrait profiter la violence? Aux seigneurs de la guerre déguisés en politiciens réformateurs! Qui serait le perdant? Le peuple qui voudrait se débarrasser d’eux! Et lorsqu’on a un gagnant et un perdant, nous avons un jeu et un jeu est un lien.

Fady Abou Hanna

19 h 00, le 29 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • A qui pourrait profiter la violence? Aux seigneurs de la guerre déguisés en politiciens réformateurs! Qui serait le perdant? Le peuple qui voudrait se débarrasser d’eux! Et lorsqu’on a un gagnant et un perdant, nous avons un jeu et un jeu est un lien.

    Fady Abou Hanna

    19 h 00, le 29 août 2020

  • DAECH C'EST FINI C'EST CE QUE VOUS AVEZ ESSAYE DE FAIRE CROIRE EN SYRIE POUR MASSACRER 150.000 ENFANTS POUR L'AVENIR IL FAUDRA ETRE PLUS INTELLIGENT MALHEUREUSEMENT LA POSITION ANATOMIQUES DE VOS HEMISPHERES N'EST PAS GAUCHE / DROITE MAIS NORD / SUD. IL Y A LONGTEMPS QUE LES LIBANAIS CONSIDERENT QUE VOUS ETES LE PARTI DE DIEU ALORS ILS SE SONT RESIGNES A LE LAISSER LUI VOUS JUGER !

    PHENICIA

    15 h 51, le 29 août 2020

  • Qui sème le vent récolte la tempête. Les réactions violentes de certains groupuscules sunnites sont dues a l'humiliation que leur fait subir le Hezbollah. parti terroriste bien plus dangereux qu'eux.

    Tabet Ibrahim

    12 h 41, le 29 août 2020

  • Dans l'archipel libanais, que de zones de non-droit, à Khaldé à côté de l'aéroport, comme au port de Beyrouth. Chercher le lien, s'il y en a.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    10 h 43, le 29 août 2020

  • C’est Chicago à l’est de la méditerranée. Hay el-Charawné, bastion du clan Jaafar fin juin, où l’on ne tire pas les uns sur les autres, mais juste en l’air, comme à Khaldé non loin de l’aéroport et des rafales en l’air lors de l’enterrement. Et la mort du fils du maire de Kaftoun, et Beddaoui, et Gemmayzé. Un lien ? Oui et non. Les mobiles se succèdent mais ne se ressemblent pas, et le lien c’est le côté ""ACCIDENT"", comme la double explosion du port. Si l’on prête tout à l’accidentel, c’est pour sauver la face ou donner une interprétation à l’inexplicable.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    10 h 38, le 29 août 2020

  • J'ai le souvenir du Liban pendant la guerre, où dès que des rapprochements s'opéraient pour tenter d'en finir avec la guerre, un attentat comme par hasard frappait telle ou telle région histoire que rien ne change dans l'équilibre de l'absurde et de la terreur. La Syrie et ses acolytes ont bien agités leurs étendras face à la communauté internationale , sans moi point de salue et ils nous ont pourris pendant plus de 30 ans. Aujourd'hui ils ont formé de bons élèves de la manipulation et je crains que ces altercations soient un moyen qui trouvent leurs terreaux dans cette volonté de ne surtout pas changer les acteurs d'un jeu pourri sur la dépouille du Liban et montrer ainsi à l'occident que s'il demande trop de concessions pour remplacer toute cette pourriture par des gens honnêtes n'est pas possible et qu'ils sont indispensables, eux qui ont détruit ce qu'était le Liban, pour continuer leurs oeuvres mafieuses et macabres.

    Zeidan

    10 h 36, le 29 août 2020

  • L on sait qui a interet a une guerre civile au LIBAN......pour se maintenir au pouvoir....le tandem diabolique HB-CPL

    HABIBI FRANCAIS

    10 h 16, le 29 août 2020

  • CERTES. LA PRESENCE DES DEUX MILICES IRANIENNES SUR LE SOL LIBANAIS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 44, le 29 août 2020

  • il faut absolument que le gouvernement(un gouvernement digne de ce nom) lutte contre la violence (provoquée ou subie) car c'est elle qui met en danger l'existence du Liban ,en plus de liquider ses habitants ,provoquant ainsi la peur et entrainant un suivi aveugle de groupes armés;sinon ,c'est au peuple a prendre les choses en mains;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 36, le 29 août 2020

  • L'impunité est le lien commun. Cela risque de conduire au chaos sécuritaire.

    Esber

    08 h 43, le 29 août 2020