Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Les Européens contre le rétablissement des sanctions demandé par Washington


Les Européens contre le rétablissement des sanctions demandé par Washington

Le drapeau iranien flotte sur l'usine nucléaire iranienne de Bushehr, le 10 novembre 2019. Photo d'archives AFP

Paris, Londres et Berlin ne soutiennent pas l'initiative prise à l'ONU par les Etats-Unis pour réclamer le rétablissement des sanctions internationales contre l'Iran, accusé d'avoir violé l'accord de 2015 sur le nucléaire, selon un communiqué publié jeudi par Paris, Berlin et Londres.

Les Etats-Unis ont déclenché ce mécanisme, dit "snapback", au titre d'un des "participants" à l'accord de 2015 (dit JCPoA). Or "la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni notent que les Etats-Unis ont cessé d'être un participant au JCPoA à la suite de leur retrait de l'accord" en 2018, soulignent leurs chancelleries, qui ne peuvent "pas soutenir cette initiative, incompatible avec nos efforts actuels de soutien au JCPoA".

"Nous demeurons engagés en faveur du JCPoA en dépit des défis majeurs engendrés par le retrait des Etats-Unis" et nous sommes convaincus que nous devons traiter la question du non-respect systématique par les Iraniens de leurs engagements en vertu du JCPoA dans le cadre d'un dialogue entre les participants à l'accord", déclarent les trois pays européens. "Nous appelons instamment l'Iran à revenir sur toutes ses actions incompatibles avec ses engagements nucléaires et à revenir sans délai à leur plein respect", soulignent-ils.

Plus tôt jeudi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait "notifié au Conseil de sécurité" un "non-respect notable par l'Iran de ses engagements" prévus par le texte de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, selon une lettre dont l'AFP a obtenu une copie.

Le président américain Donald Trump, qui juge cet accord "désastreux" et promet d'en obtenir un "meilleur" en exerçant une "pression maximale" sur Téhéran, a déjà rétabli et même durci toutes les sanctions américaines.

En riposte, les autorités iraniennes ont commencé à revenir sur leurs engagements nucléaires, notamment en termes d'enrichissement d'uranium.


Paris, Londres et Berlin ne soutiennent pas l'initiative prise à l'ONU par les Etats-Unis pour réclamer le rétablissement des sanctions internationales contre l'Iran, accusé d'avoir violé l'accord de 2015 sur le nucléaire, selon un communiqué publié jeudi par Paris, Berlin et Londres.Les Etats-Unis ont déclenché ce mécanisme, dit "snapback", au titre d'un des "participants" à...