Rechercher
Rechercher

Séance au palais de l'Unesco

Le Parlement entérine l'état d'urgence à Beyrouth et la démission des huit députés

Dans la rue, l'appel à une mobilisation autour du palais de l'Unesco a été très peu suivi.

Le Parlement entérine l'état d'urgence à Beyrouth et la démission des huit députés

Le palais de l'Unesco, où se sont réunis les membres de la Chambre depuis le début de l'épidémie de coronavirus, clairsemé pour la séance parlementaire du 13 août 2020. REUTERS/Aziz Taher

Le Parlement libanais a entériné jeudi l'état d'urgence à Beyrouth décrété après la double explosion du port de la capitale le 4 août qui a fait plus de 170 morts et plus de 6 000 blessés et détruit de nombreux quartiers de la ville, ainsi que la démission de huit députés qui tiennent le pouvoir responsable du drame par la rue, d'autant qu'il est apparu que de nombreux responsables étaient au courant de la présence, dans le port, des 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium.

La séance parlementaire exceptionnelle, qui a duré un peu plus d'une heure, s'est déroulée en présence de seulement trois ministres du gouvernement démissionnaire de Hassane Diab - la vice-Premier ministre et ministre de la Défense Zeina Acar, le ministre de l'Intérieur Mohammad Fahmi et le ministre de la Culture et de l'Agriculture, Abbas Mortada - et en l'absence des députés indépendants et des députés des Forces libanaises, du leader maronite Samir Geagea.

L'état d'urgence avait été décrété pour deux semaines, jusqu'au 18 août, par le gouvernement de Hassane Diab désormais démissionnaire, au lendemain de la catastrophe. Il n'était pas clair dans l'immédiat, après le vote des députés, si l'état d'urgence débutait jeudi, ou si il était déjà considéré en vigueur depuis le 5 août. Pour toute période d'état d'urgence excédant les huit jours, le Parlement doit donner son accord, selon l'ONG Legal Agenda, citée par l'AFP. Au cours de cette période, qui pourra être prolongée, l'armée libanaise aura sous ses ordres l'ensemble des forces de sécurité du pays et la responsabilité de maintenir l’ordre.

Pour Legal Agenda, une telle mesure pourrait "porter atteinte à la liberté de manifester" et permettrait à l'armée "d'empêcher les rassemblements considérés comme une 'menace à la sécurité'". Ces derniers jours, des heurts ont secoué les abords du Parlement à plusieurs reprises, les forces de l'ordre tirant des gaz lacrymogènes contre des manifestants jetant des pierres. Une source militaire a toutefois tempéré ces craintes, assurant qu'il ne s'agissait pas de "réprimer les libertés" mais de placer les forces de sécurité sous le commandement de l'armée pour unifier leur action.

Lire aussi

L'état d'urgence décrété au Liban : de quoi s'agit-il et quelles sont ses implications ?

Le début de séance a été consacré aux démissions écrites présentés par huit députés au bureau du Parlement. Ainsi, celles des trois députés Kataëb, Samy Gemayel, Nadim Gemayel et Élias Hankache, de la députée indépendante Paula Yacoubian, ainsi que celle des députés de Zghorta Michel Moawad, du Kesrouan, Nehmat Frem, et de Aley, Henri Hélou (affilié à la Rencontre démocratique de Walid Joumblatt), ont été rapidement approuvées. Celle de Marwan Hamadé a finalement été approuvée un peu plus tard.

Ces députés ont démissionné après les explosions afin de se distancer du pouvoir, tenu responsable du drame par la rue, d'autant qu'il est apparu que de nombreux responsables étaient au courant de la présence, dans le port, des 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium.

"Complot"
"Ces deux dernières semaines, un complot s'est tramé, passant par la démission de députés du Parlement et la volonté du gouvernement d'interroger le Parlement", a déclaré M. Berry lors de la séance.

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, et M. Moawad ont répondu aux déclarations du président de la Chambre. "Au président Berry...ceci n'était pas un complot, mais l'exercice d'un droit démocratique naturel des blocs parlementaires à démissionner, après que la situation soit arrivée là où elle est arrivée", a écrit M. Geagea sur son compte Twitter. "De toute façon, rien ne nous sauvera de la situation dans laquelle nous nous trouvons que l'organisation d'élections législatives anticipées", a-t-il conclu. "Le véritable complot contre les Libanais, c'est l'insistance à faire entrer le Liban dans le jeu destructeur des axes, l'absence de mise en oeuvre de réformes, les quote-parts, la couverture de la corruption, la destruction des piliers de l'économie et le refus d'organiser des élections anticipées", a écrit M. Moawad sur Twitter.

Par ailleurs, le Parlement a décidé d’exempter les victimes de l'explosion du port de Beyrouth des frais de déménagement. L'explosion a fait 300 000 sans-abris. Les députés ont également prolongé de six mois les exemptions des pénalités de retard concernant le remboursement des prêts. Sur un autre plan, il a autorisé le ministère de l’Éducation à octroyer des attestations aux élèves dont les examens pour l'obtention de diplômes ont été annulés.

Dans la rue, l'appel à une mobilisation autour du palais de l'Unesco a été très peu suivi, seule une poignée de contestataires s'étant réunie, face à un important déploiement sécuritaire. Les rues menant au palais de l'Unesco, où se sont réunis les membres de la Chambre depuis le début de l'épidémie de coronavirus, étaient barrées pour empêcher les manifestants de parvenir jusqu'aux abords du bâtiment.

Des manifestants s'en prenant au véhicule d'un député, près du palais de l'Unesco, le 13 août 2020. AFP / ANWAR AMRO

"Ce sont tous des criminels, ce sont eux qui ont provoqué cette catastrophe, cette explosion" a déclaré Lina Boubess, 60 ans, l'une des participantes à la manifestation. "Ça ne leur a pas suffi de voler notre argent, nos vies, nos rêves et les rêves de nos enfants ? Qu'est-ce qu'on a encore à perdre ? Ce sont des criminels, tous, sans exception."


Le Parlement libanais a entériné jeudi l'état d'urgence à Beyrouth décrété après la double explosion du port de la capitale le 4 août qui a fait plus de 170 morts et plus de 6 000 blessés et détruit de nombreux quartiers de la ville, ainsi que la démission de huit députés qui tiennent le pouvoir responsable du drame par la rue, d'autant qu'il est apparu que de nombreux...

commentaires (13)

"Ces deux dernières semaines, un complot s'est tramé, passant par la démission de députés du Parlement et la volonté du gouvernement d'interroger le Parlement" Peut-on être plus vicelard?????

Je partage mon avis

23 h 22, le 13 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • "Ces deux dernières semaines, un complot s'est tramé, passant par la démission de députés du Parlement et la volonté du gouvernement d'interroger le Parlement" Peut-on être plus vicelard?????

    Je partage mon avis

    23 h 22, le 13 août 2020

  • Un état d urgence pour tabasser les révolutionnaires S’inspirant De leurs alliés syriens. Ca nous rappelle le film de Costa gavras , État de siège qui est si à propOs .

    Robert Moumdjian

    16 h 53, le 13 août 2020

  • Le 5 novembre 2014 le Parlement s'auto prorogeait pour la 2nd fois depuis 2013 jusqu'en 2017. (Pourquoi pas des elections?) Il ne s'est pas trop tracassé sur la présence d'un bateau plein de nitrate d'ammonium. Tout est parole parole parole... Au final ce sera la faute de personne... Rien ne changera. On prend les mêmes. On garde les mêmes. On recommence. Ou plutôt on continue...?

    Sybille S. Hneine

    15 h 48, le 13 août 2020

  • Les syriens ce sont rebellés par millions et pendant des années. Ils n’ont été défaits que par l’implication des russes. Les égyptiens ce sont rebellés Par millions et durant des mois, les Tunisiens de même et tout ça pour dénoncer des dictatures. Nous avons une dictature des armes illégales, une corruption qui n’a rien à envier à personne, une classe politique faillie qui a assassiné à qui mieux mieux, et nous ne sommes pas capables de nous mobiliser sur le temps pour nous libérer de ces chaînes.... nous avons les dirigeants que nous méritons.

    Bashir Karim

    14 h 52, le 13 août 2020

  • Après tout, cela devrait être possible quant à un éventuel départ du "chef" de l'état, même aux Etats Unis, pourtant loin d’être une référence, il a été lancé une procédure politique et non judiciaire, de mise en accusation de Donald Trump, face à ses incohérences et de son imprévisibilité. Venant de "notre" président cette indétermination ou irrésolution des problèmes qui devraient être traités dans l'urgence, ne lui permet que de gagner du temps,en outre cette façon de s’exonérer de tous les maux en dit long sur cette façon de gérer une crise .... On tergiverse, on laisse pourrir la situation et on décide de ne pas décider.

    c...

    14 h 06, le 13 août 2020

  • L’état d’urgence c’est quand les forces de l’ordre ont le droit de taper et tirer sur les manifestants?

    Gros Gnon

    13 h 51, le 13 août 2020

  • Le parlement n’existe pas. Le gouvernement n’existe plus. La présidence est une anti-chambre du hezb. Voilà. Sans nettoyage radical pas de solution. Et surtout sans sanctions ! Ceux qui ont pillé doivent payer. Et ce n’est pas eux qui le décideront. Ceux qui ont été négligents, ET complices , doivent aussi payer . Les instituons continent de rouler pour ne pas tomber. Comme un vélo. Mais quelqu’un , quelque chose viendra bientôt les arrêter.

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 46, le 13 août 2020

  • Très peu de mobilisation. C’est triste si le peuple lui même accepte de se faire mener à l’abattoir,... ce pays avait tout, sauf un peuple.

    Bashir Karim

    13 h 42, le 13 août 2020

  • Quelqu’un peut-il nous retranscrire en français la déclaration de Berri? Il semble accuser le gouvernement de « complot » mais ses propos, tels qu’on peut les lire ici, sont décousus.

    Marionet

    13 h 22, le 13 août 2020

  • MADAME MARIKA GERAIT BEAUCOUP MIEUX SON BORDEL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 16, le 13 août 2020

  • "Le Parlement a décidé d'exempter les victimes de l'explosion...des frais de déménagement"...Vous êtes trop bons messeigneurs! Je crois halluciner. Ces gens-là et nous vivons sur la même planète, mais nous ne faisons pas partie du même monde...Gibran Khalil Gibran, réveille-toi, ils sont devenus complètement fous!

    otayek rene

    13 h 08, le 13 août 2020

  • Pauvre homme, lui victime d'un complot avec son parlement de pacotilles !!! encore un comique à ne pas en douter ... faut-il rire ou pleurer ?

    Zeidan

    13 h 06, le 13 août 2020

  • DANS LA GROTTE ALIBABIENNE ETOILEE C,EST LE BORDEL DANS SON SENS LE PLUS POPULAIRE. DEGAGEZ-LES DE BONGRE... SINON, LIBANAIS, DE MALGRE ! PLUS D,ALTERNATIVE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 53, le 13 août 2020