Rechercher
Rechercher

Réformes

Forensic Audit : Aoun assure qu’il fera le « suivi nécessaire »

Le président libanais Michel Aoun a assuré hier sur son compte Twitter qu’il fera le « suivi nécessaire » en ce qui concerne « l’enquête pénale financière », expression désignant l’audit juricomptable (forensic audit) des comptes de la Banque du Liban que l’exécutif avait souhaité lancer avant sa démission lundi. « À tous ceux qui s’inquiètent du sort de l’enquête pénale financière après la démission du gouvernement, je vous promets de continuer à faire le suivi nécessaire pour qu’elle suive son cours comme il se doit », a écrit M. Aoun sur son compte Twitter. La discipline mêle comptabilité et droit. Son objectif est de reconstruire l’historique de transactions réalisées par des personnes et des entités dans le cadre d’un audit.

Fin juillet, le gouvernement libanais avait donné son feu vert au ministre désormais démissionnaire des Finances, Ghazi Wazni, pour signer les contrats avec le réseau néerlandais KPMG et l’Américain Oliver Wyman pour le volet comptable de l’audit de la BDL. Le contrat qui porte sur la société Alvarez & Marsal, choisie par l’exécutif pour l’aspect juricomptable de l’audit, a été amendé et doit encore être approuvé par la compagnie avant sa signature. La société Alvarez & Marsal n’était pas le premier choix du gouvernement qui avait initialement décidé de mandater Kroll, un spécialiste mondial, mais ce choix s’est heurté à une violente résistance de la part d’une partie de la classe politique.


Le président libanais Michel Aoun a assuré hier sur son compte Twitter qu’il fera le « suivi nécessaire » en ce qui concerne « l’enquête pénale financière », expression désignant l’audit juricomptable (forensic audit) des comptes de la Banque du Liban que l’exécutif avait souhaité lancer avant sa démission lundi. « À tous ceux qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)