Rechercher
Rechercher

Liban

Geagea : Pas de démission des députés FL car cela profiterait au pouvoir

Geagea : Pas de démission des députés FL car cela profiterait au pouvoir

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Photo d'archives ANI

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a écarté mercredi une démission des parlementaires de sa formation, alors que plusieurs députés ont déjà jeté l'éponge et que le gouvernement de Hassane Diab a également remis le tablier, après les explosions meurtrières qui ont ravagé le port de Beyrouth et de larges pans de la capitale, tuant plus de 170 personnes.

"Depuis la catastrophe du port, nous sommes en concertation permanente sur le plan interne et nous avons fait tout notre possible pour Beyrouth et (le quartier beyrouthin) Achrafieh. Sur le plan politique, il y a un consensus au sein des FL qu'il faut en finir avec le pouvoir en place", a expliqué M. Geagea, lors d'une conférence de presse à Maarab. "Le seul moyen de le faire est d'en finir avec la majorité parlementaire, à travers un nombre suffisant de démissions, afin que la Chambre soit démissionnaire d'office, puis organiser des législatives anticipées et aboutir à une nouvelle majorité". "Mais après la démission du gouvernement, les groupes parlementaires du courant du Futur (de Saad Hariri) et du Parti socialiste progressiste (de Walid Joumblatt) ont hésité à présenter leur démission, et les FL sont restées seules, comme d'habitude", a regretté M. Geagea.

"Nos démissions sont en poche, a assuré le leader maronite. Mais supposons que nous avons démissionné, les choses s'arrêteront là, avec la démission de 25 députés. Le ministre de l'Intérieur organisera alors des législatives partielles et, dans ce cas de figure, des députés seront élus avec 200 ou 300 voix". "Avec 95 députés (sur 128), ils (les formations au pouvoir) peuvent modifier la Constitution", a mis en garde le chef des FL. "La démission en elle-même n'est pas un objectif. Mais il faut en finir avec le Parlement pour aboutir à des législatives anticipées", a insisté le leader chrétien.

"J'appelle tous les députés qui ont déjà présenté leur démission à revenir sur cette décision avant la séance du Parlement, demain jeudi, car ces démissions seront vaines. Ils ont eu tort de se hâter de démissionner. Je les appelle à revoir leurs calculs. C'est au sein du Parlement que nous avons une chance de changer les choses. Ceux qui croient que nous pouvons quelque chose en dehors du Parlement ont tort. Si les grands blocs parlementaires ne présentent pas leur démission, il est très important que les députés qui l'ont déjà fait reviennent sur leur décision", a encore plaidé le chef des FL.

Sur le plan de la formation d'un nouveau gouvernement, Samir Geagea s'est dit "complètement contre un cabinet d'union nationale". "Nous sommes en faveur d'un gouvernement entièrement nouveau, entièrement indépendant et entièrement neutre. Qu'aurions-nous fait si nous reprenons la même formule?", a-t-il dit. Interrogé sur son éventuel soutien à la nomination de l'ex-Premier ministre, Saad Hariri, à la tête du prochain gouvernement, M. Geagea a éludé la question : "Il ne s'agit pas de savoir s'il s'agit de Saad Hariri ou non (à la tête du nouveau gouvernement)".


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a écarté mercredi une démission des parlementaires de sa formation, alors que plusieurs députés ont déjà jeté l'éponge et que le gouvernement de Hassane Diab a également remis le tablier, après les explosions meurtrières qui ont ravagé le port de Beyrouth et de larges pans de la capitale, tuant plus de 170 personnes.

"Depuis la...