Rechercher
Rechercher

Liban-ONU

Le vote sur la Finul prévu le 27 août

« Il est essentiel qu’un nouveau gouvernement soit formé le plus rapidement possible », estime une diplomate française aux Nations unies.

Le vote sur la Finul prévu le 27 août

Le Conseil de sécurité de l’ONU. Photo d’illustration/AFP

« La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), atout stratégique et élément stabilisateur crucial, reste pleinement résolue à s’acquitter de son mandat qui sera soumis à un vote du Conseil de sécurité de l’ONU le 27 août », indique à L’Orient-Le Jour un porte-parole des opérations du maintien de la paix.

Ces propos ont été tenus après des consultations qui ont eu lieu hier par visioconférence pour entendre un exposé sur le dernier rapport du secrétaire général sur l’application de la résolution 1701 (publié le 14 juillet et couvrant la période du 19 février au 16 juin). C’est dans le contexte d’un Liban endeuillé par la double explosion qui a dévasté le port et certains quartiers de Beyrouth, avec un nouveau record quotidien de contaminations au Covid-19 et la démission du gouvernement du Premier ministre Hassane Diab, que ces consultations ont eu lieu. Le coordonnateur spécial des Nations unies pour le Liban, Jan Kubis, a informé le conseil des développements au Liban depuis la publication du dernier rapport du secrétaire général. Le secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix a également fait un exposé sur l’évolution de la situation dans la zone d’opérations de la Finul.

« Sur le terrain, la Finul continue de travailler en étroite coordination avec les Forces armées libanaises (FAL) et se tient prête à fournir une assistance à l’armée et au peuple libanais en ces temps difficiles, ajoute-t-il. Nous travaillons 24 heures sur 24 et sept jours sur sept afin de surveiller et de maintenir la cessation des hostilités le long de la ligne bleue », assure le porte-parole des opérations de maintien de la paix.

Lire aussi

L’extension du mandat de la Finul à la frontière avec la Syrie sera-t-elle possible ?

« Nous sommes pleinement conscients de la gravité de la situation et de la nécessité absolue de répondre aux aspirations et aux besoins du peuple libanais », souligne à son tour Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies. « Le Liban a besoin de notre soutien continu, collectif et uni pour faire face à la crise actuelle et éviter la déstabilisation », estime-t-elle.

Et d’ajouter : « La démission du gouvernement hier fait suite à un certain nombre de décisions individuelles des ministres de démissionner. Il est maintenant essentiel qu’un nouveau gouvernement soit formé le plus rapidement possible, capable de démontrer aux Libanais qu’il peut relever les principaux défis actuels, à la suite des explosions, et aussi alors que le Liban est confronté à une situation économique très aiguë et sans précédent, parallèlement à la nécessité de faire face à la pandémie de Covid-19 », note-t-elle.

La Finul, « mission cinq étoiles »

Au sujet des consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur l’application de la résolution 1701, Mme Gueguen souligne l’importance du rôle joué par la force onusienne. « La Finul est un élément stabilisateur crucial dans un contexte régional dégradé (...) C’est un atout stratégique pour la sécurité du Liban et d’Israël. C’est aussi une mission cinq étoiles qui fonctionne avec succès dans un contexte particulièrement difficile. Le Conseil de sécurité de l’ONU a toujours été uni à l’appui de la mission, et nous voulons vraiment que cela continue d’être le cas. »

Lire aussi

Tout amendement de la 1701 serait une tentative d'entraîner la région dans l'inconnu, selon le bloc berryste

« La Finul est aussi un outil efficace pour empêcher l’escalade des tensions et pour promouvoir la désescalade des tensions chaque fois qu’il y a des incidents à travers la ligne bleue », juge-t-elle. « Cela s’est déjà produit trois fois depuis l’année dernière, depuis que nous avons renouvelé le mandat pour la dernière fois en août 2019 », rappelle-t-elle. La France attend avec « intérêt des discussions constructives et positives au Conseil de sécurité sur le renouvellement du mandat », insiste l’ambassadrice française.


« La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), atout stratégique et élément stabilisateur crucial, reste pleinement résolue à s’acquitter de son mandat qui sera soumis à un vote du Conseil de sécurité de l’ONU le 27 août », indique à L’Orient-Le Jour un porte-parole des opérations du maintien de la paix.

Ces propos ont été tenus après des...

commentaires (2)

La FINUL doit étendre ses forces sur toutes les frontières libanaises sans l’accord du pouvoir en place puisque ce dernier ne répète que ce que le HB lui demande de dire. Les libanais ne sont pas représentés - par ces corrompus qui pris à la gorge,- ils exécutent les ordres des mercenaires armés pour achever le pays en restant à leurs postes et se goinfrer avec l’argent du peuple pendant que lui meurt de faim, de stress , de balles de bombes artisanales et de maladies. Si les Nations Unies veulent avoir l’aval du pays pour l’élargissement de la mission de la FINUL d’une façon démocratique, il faut qu’ils exigent de Aoun de procéder à un référendum puisqu’il n’a pas le courage de s’opposer à ses détracteurs qui refusent toutes les suggestions pour sauver ce pays. Refus d’un comité international pour trouver les responsables de l’explosion au port. Refus de contrôler les frontières et empêcher le trafic de tout genre, refus d’aides internationales directes pour secourir les victimes refus de tout acte pacifique pour stabiliser la région. Tout ce qu’ils veulent c’est réduire le Liban en cendre parce qu’ils ne pourront pas le dominer. IL FAUT LES DÉSARMER ET LES TRADUIRE EN JUSTICE AVANT QU’ILS N’ARRIVENT À ATTEINDRE LEUR BUT. LA CATASTROPHE DU PORT EN EST LA MEILLEURE PREUVE.

Sissi zayyat

13 h 55, le 12 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • La FINUL doit étendre ses forces sur toutes les frontières libanaises sans l’accord du pouvoir en place puisque ce dernier ne répète que ce que le HB lui demande de dire. Les libanais ne sont pas représentés - par ces corrompus qui pris à la gorge,- ils exécutent les ordres des mercenaires armés pour achever le pays en restant à leurs postes et se goinfrer avec l’argent du peuple pendant que lui meurt de faim, de stress , de balles de bombes artisanales et de maladies. Si les Nations Unies veulent avoir l’aval du pays pour l’élargissement de la mission de la FINUL d’une façon démocratique, il faut qu’ils exigent de Aoun de procéder à un référendum puisqu’il n’a pas le courage de s’opposer à ses détracteurs qui refusent toutes les suggestions pour sauver ce pays. Refus d’un comité international pour trouver les responsables de l’explosion au port. Refus de contrôler les frontières et empêcher le trafic de tout genre, refus d’aides internationales directes pour secourir les victimes refus de tout acte pacifique pour stabiliser la région. Tout ce qu’ils veulent c’est réduire le Liban en cendre parce qu’ils ne pourront pas le dominer. IL FAUT LES DÉSARMER ET LES TRADUIRE EN JUSTICE AVANT QU’ILS N’ARRIVENT À ATTEINDRE LEUR BUT. LA CATASTROPHE DU PORT EN EST LA MEILLEURE PREUVE.

    Sissi zayyat

    13 h 55, le 12 août 2020

  • DE NOUVEAUX POUVOIRS AU MANDAT DE LA FINUL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 31, le 12 août 2020