Rechercher
Rechercher

Liban

Violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre près du Parlement à Beyrouth

Violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre près du Parlement à Beyrouth

Des maniestants anti-pouvoir, dans la rue Weygand dans le centre-ville de Beyrouth. Photo Z.A.

De violents affrontements opposaient dimanche en début de soirée des dizaines de manifestants aux forces de l'ordre, notamment dans la rue Weygand à Beyrouth, près du Parlement libanais, au lendemain d'un grand rassemblement anti-pouvoir dans la capitale qui avait fait un mort dans les rangs de la police et plusieurs centaines de blessés.

Selon les images rapportées par nos journalistes sur place, les forces de l'ordre tiraient de nombreuses grenades lacrymogènes contre les protestataires qui répliquaient avec des jets de pierres et des projectiles. Selon un correspondant de la chaîne LBCI sur place, au moins un individu en civil, du côté des forces de l'ordre, a tiré à plusieurs reprises à l'aide d'un fusil d'assaut. A priori, ces tirs n'ont pas fait de victimes. Hier, plusieurs personnes avaient été blessées par des tirs de chevrotine et autres munitions létales, la police et l'armée démentant toutefois avoir fait usage de telles armes, alors que sur les réseaux sociaux, plusieurs images montrent des agents en civil tirer sur des manifestants.

Ces violences interviennent cinq jours après les explosions meurtrières qui ont ravagé le port de Beyrouth, faisant plus de 150 morts et 6.000 blessés. Selon la version officielle, l'explosion a été déclenchée par un incendie dans un stock de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées au port depuis 2014, sans mesures de sécurité, de l'aveu du Premier ministre, Hassane Diab. Le président de la République, Michel Aoun, a pour sa part évoqué l'hypothèse d'une bombe ou d'un missile. 


De violents affrontements opposaient dimanche en début de soirée des dizaines de manifestants aux forces de l'ordre, notamment dans la rue Weygand à Beyrouth, près du Parlement libanais, au lendemain d'un grand rassemblement anti-pouvoir dans la capitale qui avait fait un mort dans les rangs de la police et plusieurs centaines de blessés.