Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Un "véritable pont aérien" entre Paris et Beyrouth, selon l'ambassade française

Un

Des secouristes français fouillent les décombres dans le port de Beyrouth, le 7 août 2020. Photo AFP / JOSEPH EID

L'ambassade de France au Liban a fait état samedi d'un "véritable pont aérien" entre Paris et Beyrouth, quatre jours après les explosions qui ont dévasté le port de Beyrouth, faisant au moins 154 morts et 5.000 blessés, selon un bilan encore provisoire.

"Dès les premières heures qui ont suivi les explosions dans le port de Beyrouth, la France s’est pleinement mobilisée pour venir en aide au Liban et aux Libanais. Jusqu’à ce jour, les aides françaises conséquentes continuent d’arriver au Liban sans difficultés. Avec au moins un avion par jour, un véritable pont aérien est établi entre les deux pays", écrit l'ambassade de France au Liban, dans un communiqué. "A bord de ces avions, la France achemine notamment des médicaments, des vaccins, de l’aide alimentaire ainsi que des experts dans les secteurs pour lesquels les Libanais ont exprimé des besoins. La France continuera d’être à l’écoute des besoins du Liban et à apporter l’assistance nécessaire pour venir en aide aux Libanais", conclut l'ambassade.

Le président français, Emmanuel Macron, était le premier dirigeant étranger à se rendre au Liban sinistré, moins de 48h après la catastrophe. Selon l'explication officielle des autorités, la tragédie du 4 août est due à un incendie dans un entrepôt de feux d'artifice qui a mis le feu à 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées dans un entrepôt du port de Beyrouth depuis 2014 "sans mesures de précaution", de l'aveu même du Premier ministre Hassane Diab. Cependant, le président Michel Aoun avait évoqué vendredi la possibilité que ce drame ait été provoqué par une "intervention extérieure", parlant d'un éventuel missile ou d'une bombe. Plus de 60 personnes sont toujours portées disparues à Beyrouth, quatre jours après l'explosion. Les appels pour une enquête internationale se multiplient, mais le président Aoun, ainsi que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'opposent à cette option.


L'ambassade de France au Liban a fait état samedi d'un "véritable pont aérien" entre Paris et Beyrouth, quatre jours après les explosions qui ont dévasté le port de Beyrouth, faisant au moins 154 morts et 5.000 blessés, selon un bilan encore provisoire.

"Dès les premières heures qui ont suivi les explosions dans le port de Beyrouth, la France s’est pleinement mobilisée pour...