Rechercher
Rechercher

Matériel médical

En Chine, les fabricants de masques font grise mine

Réglementation plus stricte et prix en chute libre : les fabricants de masques chinois luttent pour leur survie sur un marché devenu ultraconcurrentiel. « Depuis avril, nos commandes ont été divisées par cinq ou six », peste Yang Hao, directeur commercial de CCST, une entreprise de Shenzhen (Sud) spécialisée dans les purificateurs antipollution mais reconvertie dans les masques au plus fort de l’épidémie.

La Chine s’est rapidement imposée comme le principal fabricant de masques au monde, Pékin n’hésitant pas à en user sur le plan diplomatique avec des dons – très médiatisés – à l’étranger. Entre mars et mai, le géant asiatique a exporté plus de 50 milliards de masques, selon les derniers chiffres disponibles des Douanes chinoises. Cela représente 10 fois la production totale du géant asiatique l’an dernier.

Des centaines d’entreprises se sont lancées en début d’année dans une course à la fabrication de masques. Selon la base de données sur les entreprises Tianyancha, près de 74 000 sociétés se sont inscrites en tant que fabricant de masques au premier semestre, contre moins de 6 000 un an plus tôt. Et le mois d’avril a représenté à lui seul la moitié des créations.

Mais le vent a tourné, même si le port du masque ne semble pas près de disparaître avec le regain épidémique des dernières semaines dans de nombreux pays. Mais « il y a trop de petits producteurs non qualifiés et cela a entraîné un effondrement des prix », relève pour l’AFP l’analyste Wilfred Yuen, de la banque d’affaires BOCI à Hong Kong.

Résultat : des usines qui ferment du jour au lendemain et des ouvriers qui se retrouvent sur le carreau sans avoir été payés, selon le China Labour Bulletin, une revue qui répertorie les mouvements sociaux dans le pays. Des manifestations ont été signalées, selon cette source.



Réglementation plus stricte et prix en chute libre : les fabricants de masques chinois luttent pour leur survie sur un marché devenu ultraconcurrentiel. « Depuis avril, nos commandes ont été divisées par cinq ou six », peste Yang Hao, directeur commercial de CCST, une entreprise de Shenzhen (Sud) spécialisée dans les purificateurs antipollution mais reconvertie dans...

commentaires (0)

Commentaires (0)