Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Joumblatt : Nous ne démissionnerons pas du Parlement

Joumblatt : Nous ne démissionnerons pas du Parlement

Le leader druze libanais Walid Joumblatt. Photo d'archives Ani

Le leader druze et député Walid Joumblatt a livré une violente charge contre le pouvoir politique en place, deux jours après les explosions au port de Beyrouth qui ont fait au moins 137 morts et 5.000 blessés, mais a fait savoir que son groupe parlementaire ne comptait pas démissionner de la Chambre, malgré la démission la veille de l'un de ses membres, Marwan Hamadé.

"Hasard ou complot ? L'enquête le dira", a lancé le chef du Parti socialiste progressiste, lors d'une conférence de presse, en parlant des explosions de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium qui étaient stockées au port de Beyrouth depuis 2014. M. Joumblatt, comme de nombreux Libanais, laisse entendre que la catastrophe pourrait être le résultat d'une frappe aérienne ou d'un acte délibéré. "Selon les modestes informations que je détiens (...), les stocks d'ammonium n'explosent pas sans détonateur. Lorsque nous voyons certaines images, on aperçoit des feux d'artifices ou des munitions peu avant la grande détonation", a affirmé M. Joumblatt.

"Nous ne faisons pas confiance à une enquête locale. Nous réclamons une commissions d'enquête internationale pour connaître la vérité concernant la catastrophe", a encore ajouté le député, alors que le gouvernement a lancé hier une enquête dirigée par une commission spéciale qui doit rendre ses conclusions sous cinq jours. Une enquête sécuritaire est menée en parallèle.

Par ailleurs, Walid Joumblatt a remercié la communauté internationale pour son soutien au Liban, au moment où le chef de l'Etat français, Emmanuel Macron, est au Liban pour apporter son soutien "aux Libanais", selon ses propres mots. "Nous remercions les Etats arabes qui sont venus à notre aide. Nous remercions également le président français pour sa visite qui intervient dans le moment le plus dur pour le Liban, alors que le gouvernement des loups a torpillé la visite du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, il y a plusieurs jours. Merci à l'ONU (...). Sans soutien arabe, le Grand Liban, tout le Liban, risque de disparaître", a prévenu Walid Joumblatt.

Le chef du PSP a enfin clairement indiqué que sa formation ne comptait pas démissionner du Parlement. "La rencontre démocratique a décidé de rester présente au Parlement mais appelle à de nouvelles élections sur la base d'une loi électorale non confessionnelle, à circonscription unique, afin de casser le monopole de l'axe aouniste-Hezbollah. Nous restons au Parlement afin d'empêcher une main-mise sur les capacités de l'Etat", a-t-il affirmé.


Le leader druze et député Walid Joumblatt a livré une violente charge contre le pouvoir politique en place, deux jours après les explosions au port de Beyrouth qui ont fait au moins 137 morts et 5.000 blessés, mais a fait savoir que son groupe parlementaire ne comptait pas démissionner de la Chambre, malgré la démission la veille de l'un de ses membres, Marwan...