Le clin d'œil

Conversations de filles avant/après

Conversations de filles avant/après

D.R.

À peine un frémissement. Comme un ersatz de vie socio-mondaine qui pointe à nouveau son nez à Beyrouth… Une amie qui vous invite à un déjeuner : « Oh ! Juste entre nous, on ne sera pas nombreux et dans le jardin de la maison de montagne où on peut s’asseoir éloignés », une journée-piscine en petit comité chez telle autre, une signature de livre discrète et allez, un restau en plein air pour quelques copines de promo. Il y a même eu d’étranges condoléances sans bisous ni effusions, ni même regards de compassion appuyés, cachés qu’ils sont par les vilains masques…

Durant tous ces mini-événements auxquels vous vous précipitez avec une joie non dissimulée – l’air de la mondaine blasée d’avant n’étant plus de mise – et pour lesquels vous vous parez comme pour un premier rendez-vous amoureux, vos copines, comme des trappistes échappées d’un monastère, s’en donnent à cœur joie.

Hélas, les sujets de conversation ont bien changé. Mimi Abou-Machin, connue jusque là pour ses sacs siglés, sa montre endiamantée et ses bijoux de marque ne jure plus que par le supermarché discount qu’elle a dégoté. Et que je te compare le prix de la lessive qui lave plus blanc que blanc, celui du faux jus d’orange sans fruit et la promo glamour sur les patates et les oignons. Quant à Joujou, votre voisine nouveau-(ex !)riche, qui vous rabattait les oreilles avec ses croisières de rêve aux Caraïbes avec son mafieux de mari au gros cigare, elle passe ses journées à fouiller sur internet à la recherche d’un séjour tout compris en Turquie à moins de 500 $ par personne ! Et encore, je ne vous dis rien de Loulou votre cousine jadis si snob qui a déniché un outlet de vêtements « pour rien » dans un lieu improbable, pratiquement un coupe-gorge dans lequel, à son grand désespoir, vous refusez de vous rendre.

Même le JT de 20 heures avec ses cascades de mauvaises nouvelles vous paraît plus gai. Et c’est tout dire.


À peine un frémissement. Comme un ersatz de vie socio-mondaine qui pointe à nouveau son nez à Beyrouth… Une amie qui vous invite à un déjeuner : « Oh ! Juste entre nous, on ne sera pas nombreux et dans le jardin de la maison de montagne où on peut s’asseoir éloignés », une journée-piscine en petit comité chez telle autre, une signature de livre discrète et allez, un...

commentaires (0)

Commentaires (0)