Rechercher
Rechercher

Déchets ménagers

Avec la fermeture de Costa Brava, une nouvelle crise menace

Les municipalités de Beyrouth et du Mont-Liban-Sud appellent à des solutions urgentes.

Avec la fermeture de Costa Brava, une nouvelle crise menace

En 2015, le pays avait dû faire face à une crise des déchets sans précédent. Joseph Eid/Archives AFP

Une nouvelle crise des déchets se profile à l’horizon, après la fermeture, dimanche matin, de la décharge de Costa Brava où étaient entreposées les ordures en provenance des régions du Chouf, de Aley, d’une grande partie du caza de Baabda et d’une partie de la capitale. La décharge continuera cependant d’accueillir les déchets provenant de la banlieue sud et de Choueifate (la localité où elle est située) seulement. Une décision imposée par la fédération des municipalités de la banlieue sud, même si la décharge, techniquement parlant, appartient à l’État. La fédération explique sa décision par le fait que le site pourrait atteindre ses limites dans un peu plus d’un an si le volume des déchets reste aussi important et que des solutions alternatives ne sont pas proposées.

Joint au téléphone par L’Orient-Le Jour, Mohammad Dergham, président de la fédération des municipalités de la banlieue sud, justifie la fermeture de la décharge et appelle à trouver des alternatives. « La décharge de Costa Brava était en train d’accueillir 1 600 à 1 700 tonnes par jour. Au rythme actuel, elle peut encore fonctionner pendant un an et quatre mois, mais elle ne pourra être élargie après un premier agrandissement », indique M. Dergham. « Sur le court terme, il va falloir créer une nouvelle décharge pour les autres régions, et sur le long terme, il faudra mettre en place des incinérateurs », souligne-t-il.

Lire aussi

Hankache rejette toute nouvelle prolongation des décharges côtières

Le dossier du traitement des ordures ménagères divise la classe politique libanaise et les militants écologistes depuis plusieurs années. En août 2019, la construction de trois incinérateurs, dont un à Beyrouth, avait été approuvée en Conseil des ministres, mais cette solution continue d’être rejetée par une grande partie de la société civile qui l’estime nuisible pour l’environnement. Aucun incinérateur n’a été construit pour le moment, mais, en l’absence de solutions à long terme, les décharges construites à même la mer sont continuellement élargies ou exploitées en hauteur, comme cela a été le cas avec celle de Costa Brava, mais aussi avec celle de Bourj Hammoud-Jdeidé.

Des municipalités dans l’embarras

La fermeture de la décharge de Costa Brava met ainsi dans l’embarras de nombreuses municipalités qui craignent d’être rapidement envahies par les ordures et de devoir faire face à une situation semblable à celle de la crise des déchets de 2015.

Antoine Hélou, président de la municipalité de Baabda, l’une des régions touchées par cette décision de fermeture, avoue être pris de court par cette situation. « Nous sommes en train d’entreprendre quelques contacts pour tenter de trouver une solution rapide. Nous essayons de discuter avec les parties qui ont de l’influence auprès des municipalités de la banlieue sud, afin que la décharge nous soit de nouveau ouverte », confie M. Hélou à L’OLJ, sans pour autant nommer ces « parties ». « On nous a promis une solution d’ici à 48 heures, mais ce dossier très politisé dépasse les municipalités », ajoute-t-il, sans plus de précisions. La municipalité de Baabda, qui est également responsable des localités de Louaizé, Rihaniyé et Fiyadiyé, produit 35 à 40 tonnes de déchets par jour, rappelle-t-il.« Nous n’avons aucune parcelle de terrain où entreposer les déchets. Nous sommes dans l’impasse », avoue M. Hélou qui estime « inadmissible de laisser les ordures s’empiler dans les rues ». « Il y va de la santé des gens, d’autant que nous sommes en plein été », déplore-t-il.

Le militant écologiste Imad Kadi, originaire de Choueifate, assure pour sa part que la fédération des municipalités de la banlieue sud « n’a pas les prérogatives requises pour décider de la fermeture de la décharge », les décharges étant la propriété de l’État. Il rappelle que le site de Costa Brava, créé en 2016, était supposé être temporaire.

« Durant ces quatre dernières années, les autorités auraient pu trouver des solutions. Quant à la fédération des municipalités de la banlieue sud, elle était tenue de trier à la source, mais elle a choisi de tout envoyer à la décharge », dénonce M. Kadi. « S’ils se faisaient réellement du souci pour les habitants de la région, ils n’auraient pas accepté de créer une décharge dont les effluves asphyxient les résidents de la banlieue sud », ajoute le militant.

Lire aussi

Entre urgence et long terme, le risque d’une nouvelle crise

Paul Abi Rached, directeur de l’ONG Terre Liban et du Mouvement écologique libanais, rappelle quant à lui qu’il existe « des solutions rapides et durables à la question des déchets ménagers ». M. Abi Rached encourage à la mise en place d’une « mobilisation générale environnementale » dont les effets seraient, à terme, de promouvoir le tri et le recyclage des déchets, ce qui permettrait d’éviter la saturation de la décharge de Costa Brava ».« À l’heure actuelle, les déchets y sont déversés sans être triés, poursuit-il. Nous avons effectué cette demande il y a quelques mois, mais nous n’avons pas reçu de réponse de la part du ministère de l’Environnement. »

Politisation ?

Certains observateurs craignent que cette soudaine décision de municipalités notoirement proches du Hezbollah ne cache un objectif caché : celui de pousser le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt à revenir sur son refus d’un autre projet, celui du barrage controversé de Bisri, que le Hezbollah ainsi que son allié du Courant patriotique libre soutiennent. Interrogé sur le sujet, Mohammad Dergham nie que la fermeture de Costa Brava dissimule un objectif caché. « Le dossier des ordures ménagères n’a rien à voir avec celui de Bisri. Tant pis pour ceux qui veulent politiser la crise des déchets », lance-t-il.

Marwan Hamadé, député du Chouf, membre du bloc parlementaire joumblattiste et président de la commission parlementaire de l’Environnement, ne croit pas en une politisation de l’affaire de Costa Brava. « Je ne sais pas encore quel est le coefficient politique de cette affaire, mais je ne pense pas que ce genre de pressions puissent aboutir à nous faire changer de position par rapport à Bisri. De toute manière, nous ne voulons pas politiser cette affaire », indique M. Hamadé à L’OLJ.



Une nouvelle crise des déchets se profile à l’horizon, après la fermeture, dimanche matin, de la décharge de Costa Brava où étaient entreposées les ordures en provenance des régions du Chouf, de Aley, d’une grande partie du caza de Baabda et d’une partie de la capitale. La décharge continuera cependant d’accueillir les déchets provenant de la banlieue sud et de Choueifate...

commentaires (8)

Ce gouvernements d’individus qui se croient ministres donne toujours une preuve supplémentaire de son amateurisme et de sa totale incompétence. Mais plus nuls qu’eux, il faut aller chercher très loin au fin fond de je ne sais quel pays encore plus arriéré que le nôtre sachant qu’ il ne doit plus y avoir beaucoup

Liberté de Penser

15 h 03, le 04 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Ce gouvernements d’individus qui se croient ministres donne toujours une preuve supplémentaire de son amateurisme et de sa totale incompétence. Mais plus nuls qu’eux, il faut aller chercher très loin au fin fond de je ne sais quel pays encore plus arriéré que le nôtre sachant qu’ il ne doit plus y avoir beaucoup

    Liberté de Penser

    15 h 03, le 04 août 2020

  • tout à fait d'accord, le Liban à ce rythme deviendra une poubelle à ciel ouvert... on en est dépité d'autant d'amateurisme !

    [email protected]

    11 h 13, le 04 août 2020

  • DES KILOS D,ENCRE ONT ETE REPANDUS POUR LES DECHETS... MAIS LES VRAIS DECHETS SONT CEUX QUI SE NOMMENT LES RESPONSABLES. FAUT LES METTRE DANS DES SACS DE DECHETS ET LES BALANCER TRES LOIN DU PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 07, le 04 août 2020

  • Quelle bande d’incapables... depuis 2015, ils n’ont rien foutu que de se gaver en balançant les déchets sur les côtes avec leurs entrepreneurs privés... encore une fois ils n’ont rien anticipé.... ils ne sont bons à rien! Et ne parlons pas des municipalités qui pourraient mettre en place le tri mais qui ne le font pas... quelle honte, ils n’ont aucune figure!

    Free Mind

    09 h 23, le 04 août 2020

  • Non mais, quelle incompétence!! Messieurs les voleurs du "gouvernement", il n'y a qu'à copier un pays développé pour la traite des déchets. C'est pas sorcier!

    Fadi Chami

    07 h 48, le 04 août 2020

  • Au Liban, il existe « des solutions rapides et durables à la question des déchets ménagers » et à de nombreux problèmes, seule manque la volonté de les mettre en œuvre, au niveau supérieur.... En attendant...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 02, le 04 août 2020

  • "... « Durant ces quatre dernières années, les autorités auraient pu trouver des solutions. Quant à la fédération des municipalités de la banlieue sud, elle était tenue de trier à la source, mais elle a choisi de tout envoyer à la décharge » ..." -.-.- On va dire à la décharge (c’est le cas de le dire) des "autorités" que le premier responsable est le citoyen qui est tenu de trier à la source. Si les autres pays réussissent à gérer leurs déchets, c’est parce que tout le monde participe. Celui qui ne trie pas ses déchets à la maison, au moins entre "compostables" (restes de nourriture, déchets organiques), "triables" (verre, métaux, plastiques - idéalement séparés aussi), et "polluants" (batteries, restes de détergents, huiles de vidange, etc), celui-là n’a pas le droit de se plaindre...

    Gros Gnon

    07 h 00, le 04 août 2020

  • Il est très bizarre le timing du président de la fédération des municipalités de la banlieue sud. Comme s’il y a une volonté de faire capituler le pays pour faire fléchir le FMI. On est maintenant certain que le dossier des déchets ménagers ne fait pas partie des 97 % de Diab.

    Zovighian Michel

    06 h 34, le 04 août 2020