Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Une modification du mandat de la Finul exclue… pour le moment

Le Conseil de sécurité devrait se prononcer le 31 août prochain au sujet du renouvellement de la Force internationale.

Une modification du mandat de la Finul exclue… pour le moment

Un char de la Finul à côté d’un portrait du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en patrouille dans le village frontalier de Chebaa, au Liban-Sud, le 28 juillet 2020. Mahmoud Zayyat/AFP

Bien au-delà de l’épreuve de force à laquelle se sont livrés sur le terrain le Hezbollah et Israël lundi dernier en zone frontalière au Liban-Sud, l’escalade entre les deux camps a remis en lumière l’épineuse question du renouvellement du mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). A un mois de la réunion du Conseil de sécurité consacrée au vote pour le renouvellement du mandat des Casques bleus, le 31 août, la modification de leur statut, souhaitée notamment par Washington et Tel Aviv, semble exclue, du moins pour le moment.

L’escalade survenue en début de semaine au Liban-Sud est certainement à aborder sous l’angle de son timing. Elle est intervenue à l’heure où aussi bien les États-Unis qu’Israël exercent des pressions pour que la Force onusienne voie sa mission modifiée de façon à avoir plus de prérogatives pour intervenir sur le terrain et s’assurer notamment que la bande frontalière reste une zone sans armes. Une façon pour Washington de rendre plus efficace la présence de la Finul au Liban-Sud. De son côté, l’État hébreu, et par la bouche de son ambassadeur aux Nations unies, Danny Danon, a exprimé sa volonté de voir les soldats de la Finul « accéder à tous les sites et être plus libres de leurs mouvements ». Des propos qu’il avait tenus lors d’une visioconférence en mai dernier. Début juin, sa collègue américaine, Kelly Craft, dénonçait le fait que « la Finul (soit) empêchée de remplir son mandat » et que le Hezbollah « continue à s’armer », comme on pouvait lire sur son compte Twitter.

Durant la même période, Dorothy Shea, ambassadrice des États Unis à Beyrouth, a exprimé l’appui de son pays à une éventuelle modification de la mission de la Force onusienne au Liban. Lors d’une réunion entre le chef de l’État, Michel Aoun, et les ambassadeurs des membres permanents du Conseil de sécurité (les États-Unis, la Chine, la Russie, la France et la Grande-Bretagne), le 3 juin dernier, la diplomate américaine avait déclaré sans détours : « Les Casques bleus sont présents au Liban pour assurer la mise en application de la résolution 1701(qui a permis de maintenir le calme au Liban-Sud depuis la fin du conflit de 2006). Mais je crois que celle-ci n’est pas appliquée dans son intégralité ». « Nous devons penser à améliorer l’efficacité de la Finul. Et si elle ne parvient pas à appliquer son mandat, il faut se poser des questions autour de son efficacité ».

Pour mémoire

Shea en visite au Liban-Sud pour « comprendre la complexité de la mission de la Finul »

Ces déclarations de Mme Shea ont été interprétées comme s’inscrivant dans la continuité du forcing que Washington exercerait pour déployer la Finul aux frontières libano-syriennes. Une façon pour les États-Unis, et plus globalement la communauté internationale, de (tenter de) neutraliser le trafic d’armes en provenance de la Syrie au profit du parti de Hassan Nasrallah.

« Escalade symétrique »
Mais les autorités libanaises ne semblent pas l’entendre de cette oreille, Beyrouth campant sur sa position officielle traditionnelle : le Liban est attaché à un renouvellement de la mission de la Finul, sans aucune modification, ni de son statut ni de l’effectif de ses soldats.

Lire aussi

Guterres veut une Finul "plus agile et plus mobile" pour renforcer la surveillance

Tentant d’expliquer les motifs de l’insistance du Liban à garder intacte la mission des Casques bleus, on souligne à L’Orient-Le Jour, dans les milieux politiques informés, que les amendements qu’exigent certains pays sont « dangereux », dans la mesure où ils pourraient porter atteinte à la stabilité de la paix civile au Liban-Sud, comme le fait d’accorder aux soldats onusiens la possibilité de fouiller les maisons des résidents et leurs terrains. Voulant éviter ce genre de dérapage, le Liban officiel continuera à plaider pour le maintien de la mission et des effectifs de la Finul tels que définis dans le cadre de la 1701. Et de préciser que tout changement du mandat des Casques bleus requiert une (nouvelle) résolution du Conseil de sécurité, une option exclue pour le moment au vu, bien entendu, du double veto russe et chinois auquel un tel projet pourrait faire face.
De toute évidence, cela signifie que Beyrouth ne voit aucune incidence de l’escalade de lundi dernier sur le statu quo au Liban-Sud d’autant qu’il s’agissait de ce qu’une source ministérielle appelle « une escalade symétrique » qui s’inscrit dans le cadre de l’épreuve de force entre Tel-Aviv et le Hezbollah.

Sur un autre registre, exclure l’option d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité reviendrait à écarter la possibilité d’un déploiement des Casques bleus aux frontières libano-syriennes, comme le demandent certains protagonistes locaux en vue de lutter contre la contrebande, en attendant la fermeture des points de passage illégaux. Quant au Hezbollah, il rejette, sans surprise, tous les appels à élargir le champ d’action de la Finul pour englober les frontières avec la Syrie. Contacté par L’OLJ, Mohammad Fneich, ancien ministre du Hezbollah, est catégorique : « Nous nous opposons à toute tentative d’amender le statut de la Finul, en dépit de toutes les pressions que les Américains pourraient exercer ».

Il reste que, pour le moment, les États-Unis maintiennent le flou autour de leur position en Conseil de sécurité, la question étant toujours sujette à des tractations et des négociations politiques. Une source proche de l’ambassade américaine réitère laconiquement, via L’OLJ, l’engagement des États-Unis dans les négociations portant sur le mandat de la Finul. « Nous voulons voir la Force onusienne remplir son mandat et opter pour une révision à même d’identifier les lacunes entachant son action », selon cette source. Celle-ci ne cache pas « les profondes inquiétudes » américaines quant aux « violations de la 1701 par le Hezbollah ». Toujours selon la même source, ces entorses pavent la voie à « un réarmement (de la formation chiite), principal obstacle à la libre action des Casques bleus ». « Il est crucial de faire face à la menace que constitue le réarmement du Hezbollah et œuvrer pour que les autorités libanaises exercent leur souveraineté sur l’ensemble du territoire libanais », affirme-t-on de même source.

Ce durcissement de ton devrait se traduire, à en croire des cercles politiques, par des pressions de plus en plus croissantes à la veille de la présidentielle américaine, attendue en novembre. Affaire à suivre…


Bien au-delà de l’épreuve de force à laquelle se sont livrés sur le terrain le Hezbollah et Israël lundi dernier en zone frontalière au Liban-Sud, l’escalade entre les deux camps a remis en lumière l’épineuse question du...

commentaires (7)

SANS LA MODIFICATION DU MANDAT DE LA FINUL LA GUERRE EST PLUS QUE CERTAINE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

19 h 46, le 01 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • SANS LA MODIFICATION DU MANDAT DE LA FINUL LA GUERRE EST PLUS QUE CERTAINE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 46, le 01 août 2020

  • Sans la finul comme ca le Hezbollah est libre de faire ce qu'il veut

    Eleni Caridopoulou

    18 h 23, le 01 août 2020

  • SANS MODIFICATION DU MANDAT DE LA FINUL TOUTES LES AUTRES CHOSES SERONT FREINEES ECONOMIQUES ET FINANCIERES. L,ECONOMIE POLITIQUE EST UN ECHANGE D,INTERETS. ON DONNE ET ON PREND. ON NE DONNE PAS ON NE PREND RIEN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 40, le 01 août 2020

  • On ne veut pas "accorder aux soldats onusiens la possibilité de fouiller les maisons des résidents et leurs terrains." OK! Mais, dans ce cas, qu'on donne l'ordre à l'armée libanaise de le faire! Le Liban prétend respecter la 1701: qu'il le prouve!

    Yves Prevost

    06 h 15, le 01 août 2020

  • Les israéliens eux respectent la résolution 1701 mot par mot. Laissez moi rire. Depuis 1948 ils violent la souveraineté de notre pays et ils ont le culot d'accuser le Hezbollah. Veto oblige le mandat de la FINUL ne changera pas. Comme on dirait chawké bi 3aynon

    Zorkot Mohamed

    04 h 02, le 01 août 2020

  • Peut on au moins changer le mandat du hezb.............

    Wlek Sanferlou

    01 h 16, le 01 août 2020

  • "amendements qu’exigent certains pays sont « dangereux », dans la mesure où ils pourraient porter atteinte à la stabilité de la paix civile au Liban-Sud, " wooooow quel vision à loooongue portée, du type super booo'od nazar! Que le Liban tout entier, du nord jusqu'à dshieh، soit détruit, pas grave, pourvu que la paix civile au liban-sud, très spécifiquement et où un opposant au parti de Dieu peut être librement tabassé, soit sauvegardée dans les limites imposées par les délégués directe de Dieu qui est probablement bon et doux comme un knéfé de Sea Sweet...

    Wlek Sanferlou

    00 h 41, le 01 août 2020