Rechercher
Rechercher

Politique - Tensions

Le Hezbollah dément toute implication dans des "accrochages" à la frontière libano-israélienne

Le parti chiite "joue avec le feu", met en garde Benjamin Netanyahu.

Le Hezbollah dément toute implication dans des

Des soldats israéliens sur le route reliant Ghajar à Majdal Chams, sur la Ligne bleue, le 27 juillet 2020. AFP / Jalaa MAREY

Le Hezbollah a démenti lundi soir sa participation à des "accrochages" avec l'armée israélienne qui prétend avoir livré des "combats" le long de la frontière entre les deux pays, au niveau des fermes occupées de Chébaa après une "tentative d'infiltration terroriste".

Mais plus tard dans la soirée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé cette tentative d'infiltration, affirmant que le parti chiite jouait "avec le feu". "Le Hezbollah et le gouvernement libanais sont responsables de toute attaque qui sortira du territoire" libanais, a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse. "Le Hezbollah joue avec le feu, notre réaction sera très forte", a-t-il prévenu.

Les déclarations du chef du gouvernement israélien interviennent après la publication d'un démenti du Hezbollah. "Il semble que l'état de terreur de l'armée d'occupation sioniste et ses colons à la frontière libanaise, son état d'alerte et sa grande inquiétude face à la riposte de la résistance au crime de l'ennemi qui a conduit au martyr d'Ali Kamel Mohsen (un combattant du Hezbollah tué lors de frappes israéliennes le 20 juillet dernier en banlieue de Damas, ndlr), ainsi que l'incapacité de l'ennemi à connaître les intentions de la résistance (...) ont conduit l'ennemi à agir de manière nerveuse sur le terrain et dans les médias", peut-on lire dans un texte publié en fin d'après-midi par le parti chiite. "Tout ce que les médias ennemis rapportent à propos d'une opération d'infiltration depuis le Liban vers la Palestine occupée qui aurait été déjouée, et qu'il y ait eu des victimes dans les rangs de la résistance lors de bombardements sur les fermes de Chébaa est totalement faux. Il s'agit d'une tentative visant à inventer des victoires illusoires et mensongères", poursuit le texte. "La résistance islamique assure qu'il n'y a eu aucun accrochage ou tir de son côté lors des événements du jour jusqu'à présent. Cela n'est venu que d'un seul camp, celui de l'ennemi apeuré, inquiet et nerveux", dit ce texte.

"Notre réponse au martyr d'Ali Kamel Mohsen viendra irrémédiablement (...) et le bombardement de Hebbariyé (voisin des fermes de Chebaa et de Kfarchouba) et les dommages sur la maison d'un civil ne restera pas sous silence", conclut le parti chiite. Dans la soirée, l'armée libanaise a confirmé qu'un obus israélien était tombé aux alentours de 16h05 sur la maison du dénommé Mohsen Abou Alwane "sans exploser", ne faisant que des dégâts matériels. "Ce dossier est suivi en coordination avec la Force intérimaire des Nations unies", indique ce communiqué de la troupe.

Un soldat libanais inspectant l'obus tombé dans une maison de Hebbariyé. AFP / Mahmoud ZAYYAT

L'armée israélienne avait d'abord ordonné à la population habitant sur le plateau du Golan occupé et le long de la frontière avec le Liban de rester chez elle après un "incident de sécurité". "A la suite d'un incident de sécurité dans le secteur du Mont Dov" (appellation israélienne des fermes de Chébaa -- versant du Mont Hermon), il est demandé aux habitants du côté israélien de la Ligne bleue, séparant Israël du Liban, "de rester chez eux"", a indiqué l'armée dans un communiqué, précisant que les routes dans ce secteur étaient bloquées. L'armée israélienne a ensuite fait état de "combats en cours" à la frontière nord avec le Liban. "Nous avons pu déjouer avec succès une tentative d'infiltration d'une cellule terroriste en Israël", a en outre déclaré à des journalistes le porte-parole de l'armée israélienne Jonathan Conricus, précisant avoir "une confirmation visuelle selon laquelle les terroristes sont retournés au Liban". Le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a pour sa part indiqué sur Twitter que l'armée israélienne a déjoué une "opération de sabotage" du Hezbollah dans le secteur de Jabal el-Rouss, dans le secteur des fermes occupées de Chébaa. "Les forces de défense ont déjoué une opération de sabotage dans le secteur de Jabal el-Rouss où ces forces ont contré une opération montée par une cellule du Hezbollah, composée d'entre trois et quatre attaquants, qui a franchi de quelques mètres la Ligne bleue et est entrée sur le territoire souverain israélien", a écrit le porte-parole de l'armée israélienne sur Twitter. "Le feu a été ouvert en leur direction et leur opération a été avortée. Aucun blessé n'est à déplorer dans nos rangs", a-t-il ajouté. Un peu plus tard, il a indiqué que l'armée israélienne "restait en état d'alerte afin de poursuivre ses opérations en cas de besoin".

Ali Shoaieb, correspondant d'al-Manar, la chaîne du parti chiite, avait affirmé sur Twitter que les Israéliens avaient bombardé les alentours de Roueissat el-Alam, sur les hauteurs de Kfarchouba. Notre correspondant au Liban-Sud, Mountasser Abdallah, rapportait que ces hostilités avaient eu lieu alors que des drones-espions israéliens survolaient intensément la région. Selon lui, les tirs d'obus ont provoqué des incendies sur les terrains environnants. Citant les forces de sécurité libanaises, notre correspondant avait fait état de 50 obus israéliens tombés sur les fermes de Chébaa et ses alentours.

"Situation très compliquée"
Réagissant à ces développements, la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul), a appelé à "la plus grande retenue". Le porte-parole de la force, Andrea Tenenti, a affirmé dans un communiqué que la force onusienne mène tous les contacts nécessaires avec les deux parties concernées afin "d'évaluer la situation et de faire baisser la tension". Dans la soirée, il a confirmé à l'Agence nationale d'information (Ani, officielle) que le calme était revenu dans la zone et qu'une enquête avait été ouverte.

Le Premier ministre libanais Hassane Diab a interrompu ses réunions pour suivre les développements de la situation au Liban-Sud, et a pris contact avec le président Michel Aoun, le président du Parlement, Nabih Berry, le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun, et le chef des services de renseignement de l'armée. Environ deux heures avant les accrochages frontaliers, le chef de la diplomatie libanaise, Nassif Hitti, avait affirmé que le Liban était "engagé à respecter la résolution 1701 du Conseil de sécurité", soulignant toutefois, dans un entretien à Sky News, que le pays du Cèdre "a le droit de se défendre contre toute agression israélienne contre son territoire".

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, cité par le quotidien Haaretz, avait de son côté commenté ces événements en affirmant que "nous sommes dans une situation très compliquée".

Dimanche soir, M. Netanyahu avait affirmé qu'il tiendrait le Liban et la Syrie responsables de toute attaque contre Israël, alors que l'armée israélienne a renforcé ces derniers jours sa présence à la frontière nord. Le ministre de la Défense Benny Gantz a, lui, effectué dimanche après-midi une visite au commandement nord de l'armée israélienne, et averti que l’État hébreu continuerait de défendre ses intérêts en matière de sécurité, rapporte le Jerusalem post. Hier également, un drone israélien était tombé en territoire libanais.

Réagissant dimanche soir à la forte mobilisation le long de la frontière, dans un entretien sur la chaîne pan-arabe al-Mayadeen, le numéro 2 du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, avait écarté la possibilité d'une guerre dans les prochains mois avec Israël. Il a justifié cette analyse en se basant sur "la situation interne en Israël et le recul de Donald Trump aux États-Unis". "Quoi qu’il en soit, a-t-il ajouté, les menaces israéliennes ne nous entraîneront pas sur une voie que nous ne voulons pas". "Si Israël décidait de provoquer une guerre, nous ferons face et réagirons, et la guerre de juillet 2006 sera un excellent exemple de réponse", a ajouté le cheikh Kassem.

Cette montée des tensions entre l'Etat hébreu et le parti chiite intervient alors que, lundi 20 juillet, Israël avait mené des frappes près de Damas, en Syrie, au cours desquelles un combattant du Hezbollah, Ali Kamel Mohsen, a été tué, selon le parti chiite. Depuis la mort de ce dernier, des partisans du parti chiite mènent campagne sur les réseaux sociaux pour que la formation pro-iranienne riposte, rappelant une promesse de son chef, Hassan Nasrallah, de se venger si jamais Israël tuait des combattants de la formation.

Selon notre correspondant Mountasser Abdallah, la mère de Ali Kamel Mohsen et des proches ont distribué des pâtisseries aux passants afin d'exprimer leur "joie pour l'opération militaire qui a vengé le martyre" du jeune homme, avant la publication du communiqué du Hezbollah.

Des partisans du Hezbollah distribuant des pâtisseries pour célébrer une riposte présumée du Hezbollah contre Israël censée venger la mort de l'un de leurs combattants en Syrie. Photo envoyée par Mountasser Abdallah


Le Hezbollah a démenti lundi soir sa participation à des "accrochages" avec l'armée israélienne qui prétend avoir livré des "combats" le long de la frontière entre les deux pays, au niveau des fermes occupées de Chébaa après une "tentative d'infiltration terroriste".Mais plus tard dans la soirée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé cette tentative...

commentaires (13)

C'est vraiement etrange. Le president, le premier ministre,le chef de l'amée ne font aucune declaration. C'est le vice-chef d'un parti qui fait ses commentaires. Ce sont ses memes personnalitéd qui peuvent declarer la paix ou la guerre. Questions: Oû est l'etat fort? Oû est le president fort, oû le gouvernemnt fort??? Tous des paroles...paroles...paroles..

GENE JAIME

11 h 46, le 03 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • C'est vraiement etrange. Le president, le premier ministre,le chef de l'amée ne font aucune declaration. C'est le vice-chef d'un parti qui fait ses commentaires. Ce sont ses memes personnalitéd qui peuvent declarer la paix ou la guerre. Questions: Oû est l'etat fort? Oû est le president fort, oû le gouvernemnt fort??? Tous des paroles...paroles...paroles..

    GENE JAIME

    11 h 46, le 03 août 2020

  • Alors c'est quoi au juste ce qui s'est passé? Don Quichotte-yahu?

    Georges MELKI

    12 h 14, le 28 juillet 2020

  • CE SERAIT VRAIMENT LE COMBLE : LE BIBI DE KONEITRA OU JE NE SAIS PLUS OU EXCATEMENT, EN PLEINE CRISE DE RECONNAISSANCE DE SA CULPABILITE DE CORROMPU( SANS VOULOIR LE COMPARER AVEC LES NOTRES DE CORROMPUS) DEMANDE A TAPER SUR LE BIBI A CHEBAA .

    gaby sioufi

    10 h 05, le 28 juillet 2020

  • Wow...Naim Kassem est devenu le porte parole de Michel Hayek il prédit l'avenir par analyse logique plutôt que grammaticale. L'avenir du Liban est bien sécurisé donc tout comme il l'était en 2006 ...yallah aal baraké...

    Wlek Sanferlou

    23 h 20, le 27 juillet 2020

  • Le comble, vraiment le comble c'est que notre President fort est aux abonnes absent! Il delegue Nasrallah et consort! Quelle malheur!

    IMB a SPO

    20 h 54, le 27 juillet 2020

  • Pourquoi arrêter en si bon chemin, ils fanfaronnent et distribuent des pâtisseries à leurs partisans pour célébrer leur victoire. Il ne faut les laisser mener la danse. Quant à Hitti avant de commencer à faire des discours engageant notre pays qui n’a rien à voir avec les fermes syriennes il faut donner l’ordre, un ordre ferme de l’état libanais à HB d’arrêter d’utiliser notre territoire de scène de guerre pour venger ses mercenaires tués en Syrie. Vous êtes dupe ou quoi. Depuis des semaines HB mènent des provocations contre Israël depuis notre sol et déploient leurs miliciens sur la frontière. MAIS OÙ EST DONC L’ARMÉE LIBANAISE? POURQUOI NOTRE ARMÉE NE TIENT PAS ELLE MÊME LES FRONTIÈRES, TOUTES LES FRONTIÈRES DU LIBAN. VOUS NOUS FAITES CHIER AVEC VOTRE SERVITUDE ET VOTRE MOLLESSE. BOUGEZ VOUS DONC ET SAUVEZ CE PAYS, VOUS ÊTES PAYÉS POUR ÇA NOM D’UN CHIEN.

    Sissi zayyat

    19 h 20, le 27 juillet 2020

  • Mr. Hitti le gouvernement respecte la résolution 1701 , est ce que le Hezbollah respecte?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 08, le 27 juillet 2020

  • Ont-ils décidé de créer un front avec l’espoir de forcer un ralliement autour de leur milice mortifère !!

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 21, le 27 juillet 2020

  • Inutile d'attendre que l'ennemie israélien nous ramène au moyen age. l'ennemie Hezbollahi de l'intérieur s'en ai deja charger sans que Israël ai a bouger un seul petit doigt.

    Aboumatta

    17 h 06, le 27 juillet 2020

  • A ce qui parait le hezb a essayé JE DIS BIEN ESSAYÉ de faire mal à tsahal mais ceux ci on répondu et ont bloquer l’attaque en tuant tous les instigateurs !! On parle de 4-5 tués des membres des commandos du hezb !! Est ce vrai? Est ce faux? L’avenir vous le dira ....

    Bery tus

    17 h 04, le 27 juillet 2020

  • Bien vous avez répondu ... bravo cependant pourquoi ne continuez vous pas ?!?!?

    Bery tus

    16 h 52, le 27 juillet 2020

  • ILS VONT PLONGER DANS LA DESTRUCTION LE PAYS DEJA EN MISERE A CAUSE D,EUX.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 44, le 27 juillet 2020

  • "le cheikh Naïm Kassem, a, pour sa part, écarté la possibilité d'une guerre dans les prochains mois avec Israël.". Il lui est facile de faire des prédictions puisque c'est le Hezbollah qui prend ou non la décision de guerre comme HN s'en était vanté en 2006.

    Yves Prevost

    16 h 30, le 27 juillet 2020

Retour en haut