Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Religion

Des dizaines de Grecs "en deuil" protestent contre la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée

Des dizaines de Grecs

Des drapeaux en berne devant une église de Thessalonique, en Grèce, en protestation contre la première prière musulmane dans l'ex-basilique Sainte-Sophie, à Istanbul, le 24 juillet 2020. AFP / Sakis MITROLIDIS

Plusieurs dizaines de personnes "en deuil", brandissant des drapeaux grecs et des images de la vierge, se sont rassemblées vendredi soir à Athènes et Thessalonique pour prier et protester contre la reconversion en mosquée de l'ex-basilique Sainte-Sophie, "symbole de l'orthodoxie et de l'hellénisme", selon une banderole.

A travers toute la Grèce, les cloches des églises orthodoxes ont retenti en début d'après-midi, leurs drapeaux en berne, pour dénoncer ce que l'archevêque Iéronymos, chef de l'Eglise de Grèce, a qualifié d'"acte impie souillant" l'ancienne basilique de l'empire byzantin. Aujourd'hui "est un jour de deuil pour toute la chrétienté", a déclaré le patriarche, soulignant que "Sainte-Sophie est "un symbole de notre foi".

Des milliers de musulmans ont participé vendredi à Istanbul à la première prière en l'ex-basilique Sainte-Sophie, haut-lieu de l'orthodoxie reconverti en mosquée.

Le 10 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdogan a décidé de rendre l'édifice au culte musulman après une décision de justice révoquant son statut de musée.

Plusieurs dizaines de personnes ont prié et chanté au son du bouzouki dans le centre d'Athènes, à l'appel d'organisations orthodoxes, a constaté une journaliste de l'AFP. "C'est la deuxième prise de Constantinople par les Turcs", scandait un mégaphone. "Non au nouvel ottomanisme", pouvait-on lire également sur une banderole.

"Ce n'est pas un jour de deuil, c'est un jour de réveil face à l'agressivité grandissante de la Turquie", a déclaré à l'AFP Constantinos Bogdanos, député du parti conservateur au pouvoir, Nouvelle-Démocratie.

Des dizaines de fidèles ont ensuite afflué vers la cathédrale d'Athènes, où Mgr Iéronymos disait une messe spéciale en début de soirée et chanté l'hymne acathiste en l'honneur de la vierge Marie.

Cet hymne acathiste fut chanté la première fois pour célébrer la protection que la vierge offrit à la ville de Constantinople, lors de son siège en 626. La bataille fut remportée par les forces grecques contre les armées musulmanes, pendant que le patriarche Serge implorait la protection de la vierge et que le peuple défilait en procession.

Selon la tradition grecque, la même messe a été dite à Sainte-Sophie, à la veille de la chute de l'empire byzantin aux Ottomans en 1453.

A Thessalonique, la deuxième ville de Grèce, quelque 150 personnes ont également manifesté a constaté un photographe de l'AFP.

"Pour nous, Grecs orthodoxes, Sainte-Sophie est aujourd'hui plus que jamais dans nos esprits. Là-bas bat notre coeur", a déclaré vendredi devant la presse le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

"Ce qui se passe à Constantinople aujourd'hui n'est pas une manifestation de puissance mais au contraire le signe d'une faiblesse", a-t-il ajouté, accusant la Turquie d'"insulter le patrimoine du 21e siècle".

Après avoir reçu le patriarche d'Alexandrie Theodore II, le Premier ministre a appelé à "transformer notre tristesse en force, sang-froid et en unité. Parce que Sainte-Sophie existe justement pour nous unir tous, nous invitant à regarder plus haut".

Convertie en mosquée après la prise de Constantinople, Sainte-Sophie a été transformée en musée en 1934 par le premier président de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk, soucieux de "l'offrir à l'humanité".

La maison natale d'Atatürk à Thessalonique, la 2e ville de Grèce, a été fermée vendredi par le consulat turc, officiellement pour entretien jusqu'à lundi.

OEuvre architecturale majeure, construite au VIe siècle par les Byzantins qui y couronnaient leurs empereurs, Sainte-Sophie est classée au patrimoine mondial par l'Unesco. Pour la Grèce, l'ex-basilique est identifiée à Constantinople, comme les Grecs continuent toujours d'appeler Istanbul.


Plusieurs dizaines de personnes "en deuil", brandissant des drapeaux grecs et des images de la vierge, se sont rassemblées vendredi soir à Athènes et Thessalonique pour prier et protester contre la reconversion en mosquée de l'ex-basilique Sainte-Sophie, "symbole de l'orthodoxie et de l'hellénisme", selon une banderole.A travers toute la Grèce, les cloches des églises orthodoxes ont...