Rechercher
Rechercher

Syrie

Législatives marquant les 20 ans au pouvoir de Bachar el-Assad

Quelque 2 100 candidats sont en lice pour le scrutin de dimanche, dont plusieurs hommes d’affaires.

Législatives marquant les 20 ans au pouvoir de Bachar el-Assad

Des posters pour des candidats aux législatives de dimanche remplissent les rues d’Alep. Photo AFP

La Syrie organise dimanche des élections législatives qui coïncident avec les 20 ans au pouvoir du président Bachar el-Assad, à la tête d’un pays ravagé par la guerre, frappé de plein fouet par des sanctions occidentales et une forte crise économique.

Quelque 2 100 candidats – parmi lesquels des hommes d’affaires influents ciblés par ces sanctions – sont en lice pour ce scrutin, le troisième depuis le début en 2011 d’un conflit ayant fait plus de 380 000 morts et jeté sur la route de l’exil des millions de réfugiés et de déplacés.

Le parti Baas, au pouvoir depuis un demi-siècle et intimement lié au clan Assad, remporte généralement haut la main ces législatives, organisées tous les quatre ans pour élire 250 députés, dans un pays où la grande majorité des opposants vivent en exil ou en dehors des zones contrôlées par le régime.

Initialement prévu en avril, le scrutin a été retardé à deux reprises en raison de la pandémie de nouveau coronavirus qui a touché 458 personnes dans les zones gouvernementales, selon les données officielles.

Contexte oblige, les programmes des candidats sont dominés par les questions économiques et sociales, promettant notamment des solutions à la flambée des prix, la reconstruction du pays et la réhabilitation des infrastructures.

Les électeurs sont appelés à se présenter dans 7 313 bureaux de vote. Cette année pour la première fois, le scrutin va se tenir dans d’anciens bastions de la rébellion.

Car après avoir enchaîné les victoires grâce au soutien militaire de la Russie et de l’Iran, le régime d’Assad contrôle désormais plus de 70 % du pays.

« Les élections interviennent à un moment où l’armée syrienne (...) a repris le contrôle de la majorité des régions naguère aux mains des factions armées », indique une membre de la commission électorale, la juge Heba Fatoum. « Il y a des bureaux de vote dans la Ghouta orientale et dans la province d’Idleb, et d’autres régions qui ne faisaient pas partie des derniers scrutins », dit-elle.

Les forces gouvernementales étaient reparties en 2019 à l’offensive contre Idleb, ultime grand bastion jihadiste et rebelle dans le Nord-Ouest, reprenant de vastes pans de cette province.

L’économie, une priorité

Les millions de Syriens vivant à l’étranger, dont une majorité de réfugiés ayant fui le conflit, ne pourront pas participer aux élections à moins de rentrer pour voter, selon un membre de la commission électorale cité par le quotidien al-Watan.

Parmi les candidats figurent des hommes d’affaires ciblés par la loi César, adoptée par Washington à la mi-juin et qui vient se greffer à une série de sanctions occidentales. C’est le cas du député Mohammad Hamcho, candidat à sa propre succession dans la capitale. Et de Khaled al-Zubaïdi, qui a investi selon le Trésor américain dans un projet de tourisme de luxe près de l’aéroport de Damas et qui entretiendrait « des liens avec le régime Assad ».

« Pendant la guerre, la priorité, c’était la sécurité. Mais aujourd’hui, c’est la situation économique », résume dans les rues de Damas Abir Dibah, une traductrice de 32 ans.

Le pays traverse la pire crise économique de son histoire, qui s’accompagne depuis plusieurs mois d’une dépréciation inédite de sa monnaie. Plus de 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, selon l’ONU.

La Syrie d’aujourd’hui est loin de celle du 17 juillet 2000, qui avait vu Bachar el-Assad, alors âgé de 34 ans, accéder à la magistrature suprême après la mort de son père, Hafez el-Assad. Ophtalmologue de formation après des études au Royaume-Uni, le nouveau président incarnait alors un espoir de changement. Vingt ans plus tard, lui et son régime sont considérés comme un paria par la communauté internationale. D’autant qu’après neuf ans d’une guerre meurtrière, impliquant puissances régionales et internationales, aucune issue à la crise n’est en vue.

La prochaine présidentielle est attendue en 2021. « Le président Assad va rester aussi longtemps que voudra le peuple syrien », avait récemment martelé son chef de la diplomatie Walid Moallem.

Source : AFP


La Syrie organise dimanche des élections législatives qui coïncident avec les 20 ans au pouvoir du président Bachar el-Assad, à la tête d’un pays ravagé par la guerre, frappé de plein fouet par des sanctions occidentales et une forte crise économique.

Quelque 2 100 candidats – parmi lesquels des hommes d’affaires influents ciblés par ces sanctions – sont en lice...

commentaires (0)

Commentaires (0)