Rechercher
Rechercher

Liban

Le Liban est frappé de "siège financier", affirme Bassil

Le chef du CPL pointe du doigt le "manque de productivité" du gouvernement. 

Le Liban est frappé de

Le chef du Courant patriotique libre, l'ancien ministre Gebran Bassil, lors d'un entretien avec Reuters, à Sin el-Fil, le 7 juillet 2020. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban est frappé de "siège financier" imposé par les puissances internationales, et sa priorité est d’éviter les conflits causés par la crise économique, a déclaré le chef du Courant patriotique libre, l'ancien ministre Gebran Bassil, à l'agence de presse Reuters.

"Ce à quoi nous sommes soumis, c'est à un siège économique, financier et politique. Cela n'excuse pas l'État et les Libanais de leurs erreurs, en particulier la corruption", a-t-il ajouté. Il a estimé que de "grandes puissances" empêchent l'accès du Liban aux aides financières internationales et que le pays n'a pas "la capacité" de leur faire face. Le chef du CPL a toutefois souligné que "lorsqu'il y aura une volonté d'aider" le pays du Cèdre, les aides arriveront d'elles-mêmes rapidement. "La priorité absolue est de savoir comment garder le Liban loin de l'anarchie et des conflits. Les Libanais doivent également être protégés de l'extrême pauvreté", a-t-il encore dit.

Commentaire

Négociations avec le FMI : sortir de l’impasse pour éviter une « décennie perdue »


La débâcle économique sans précédent qui dure depuis près d'un an au Liban s'est accompagnée d'une chute vertigineuse de la monnaie nationale dans un pays où 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Sollicitée pour aider le pays, la communauté internationale attend que Beyrouth lance une série de réformes très attendues, notamment au niveau des dépenses publiques et du secteur de l'électricité, pour débloquer des aides financières. Mais le gouvernement continue de traîner des pieds.

Les négociations avec le FMI
M. Bassil a dans ce cadre affirmé qu'il soutenait les négociations du Liban avec le Fonds monétaire international (FMI), exprimant l'espoir que cela ferait pression sur l'État pour qu'il entreprenne des réformes. Le gendre du président libanais Michel Aoun a souligné cependant que toute aide étrangère ne pourrait se faire au prix de la souveraineté.

Après plusieurs semaines de réunions, les négociations entre le Liban et le FMI ont été suspendues la semaine dernière. Le Fonds a émis une série de conditions pour la reprise de ces discussions, notamment "l’unification des chiffres des pertes subies par l’État et l’accélération de la mise en œuvre des réformes demandées". Piétinant depuis leur démarrage le 13 mai dernier, les réunions n’en sont encore qu’à leur première étape, consistant à évaluer les pertes accumulées et l’approche à privilégier pour les calculer.

La paix menacée
L'ex-ministre des Affaires étrangères a par ailleurs appelé le gouvernement, dont aucun membre selon lui ne relève de sa formation politique, à accélérer la mise en œuvre des réformes. "Nous ne pouvons plus accepter le manque de productivité de l'exécutif", a-t-il dit. Et de souligner que si l'équipe de Hassane Diab ne s'active pas davantage, elle ne pourrait pas rester en place.

Lire aussi

Le gouvernement déçoit, une fois de plus...


Le CPL de M. Bassil est l'un des principaux parrains du gouvernement, mis sur pied après la chute de l'équipe de Saad Hariri en octobre dernier. Le cabinet fait toutefois l'objet de critiques, même de la part des formations politiques à l'origine de sa mise en place. Il semblait d'ailleurs sur le point de tomber la semaine dernière, mais en l'absence d'alternative sa chute a été écartée notamment par le Hezbollah.

Interrogé en outre par Reuters sur la menace qui plane sur la paix au Liban, Gebran Bassil a répondu : "Bien sûr, cette menace existe. La solution réside dans l'unité nationale et le dialogue". Le chef du CPL a aussi mis en garde contre un "jeu international" qui pourrait avoir lieu pour affaiblir le Liban ou "un parti au Liban tel que le Hezbollah". "La Syrie doit être une leçon pour tous. Ce serait une honte de ramener le Liban sur le chemin de la destruction", a-t-il conclu.


Le Liban est frappé de "siège financier" imposé par les puissances internationales, et sa priorité est d’éviter les conflits causés par la crise économique, a déclaré le chef du Courant patriotique libre, l'ancien ministre Gebran Bassil, à l'agence de presse Reuters.

"Ce à quoi nous sommes soumis, c'est à un siège économique, financier et politique. Cela n'excuse pas...

commentaires (22)

Le Hezbollah n'est pas un parti politique, c'est une milice armée financée par l'Iran pour poursuivre le rêve de Yasser Arafat de rayer Israël de la carte... Tant que le Liban n'aura pas compris où sont ses intérêts, le pays sombrera dans la misère...

DM

04 h 53, le 10 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • Le Hezbollah n'est pas un parti politique, c'est une milice armée financée par l'Iran pour poursuivre le rêve de Yasser Arafat de rayer Israël de la carte... Tant que le Liban n'aura pas compris où sont ses intérêts, le pays sombrera dans la misère...

    DM

    04 h 53, le 10 juillet 2020

  • C'est qu'il a tous les fuseaux horaires là dedans, normal, il fourre son nez partout, Lol.

    Je partage mon avis

    21 h 06, le 08 juillet 2020

  • Il a estimé que de "grandes puissances" empêchent l'accès du Liban aux aides financières internationales" .... Il n'a en revanche pas estimé que les Etats Unis en tant que plus gros contributeur ne peuvent, décemment, soutenir le Liban en raison de la présence du parti de dieu au sein du gouvernement, lequel parti de dieu est désigné comme organisation terroriste ... Que l'Arabie Saoudite ne lèvera pas le petit doigt, que l'Allemagne ainsi que l'Angleterre se sont alignées sur la position américaine...Que nous avons un gouvernement, choisi par lui et son parti, failli qui n'arrive même pas à juguler une inflation à deux chiffres ! Tout cela laisse augurer du futur que probablement nous aurons à affronter dans un avenir proche (deux ans)

    c...

    19 h 48, le 08 juillet 2020

  • Normal qu’il n’y ait plus d’aide...les pays donateurs ont marre de voir cette aide atterrir dans les poches des corrompus qui nous gouvernent depuis 30 ans sans aucun bénéfice pour la population. Il a vraiment du culot pour se positionner de la sorte ou il est vraiment à « l’ouest »...

    mokpo

    19 h 41, le 08 juillet 2020

  • Est-ce qu'on a besoin d'une montre aussi grosse pour lire l'heure?

    CORNILLE CHRISTOPHE

    18 h 42, le 08 juillet 2020

  • Tout le monde sait qui sont les ""grandes puissances" empêchent l'accès du Liban aux aides financières internationales ". Elles sont intérieures au Liban. Ce sont celles qui ont imposé un gouvernement partisan contre la volonté du peuple libanais. Pour préciser : Amal, le CPL, et surtout celui qui dirige le tout, Hezbollah!

    Yves Prevost

    18 h 19, le 08 juillet 2020

  • Il a beau se faire pousser la barbe pour paraitre plus adulte... nan.. ca ne marche pas la barbe... faut essayer autre chose ??. Si au moins son discours était adulte, indépendant du Hezbollah, il paraîtrait plus adulte... mais répéter le même discours que son beau-père pro-Hezbollah ...Son beau-père ne changera pas à son âge... lui? Il peut... il ne sera jamais adulte ce gendre et sera rejeté par les libanais comme c’est actuellement le cas...enfin... ses conseillers devraient lui faire changer de logiciel. Rejoindre les manifestants et couvrir le Hezbollah en restant dans leur camp... ça ne marchera jamais. Son électorat ne passe pas ses vacances en Iran !!!!

    RadioSatellite.co

    18 h 06, le 08 juillet 2020

  • Qu Il la mette en veilleuse...quoi qu'il dise... NB: j ai meme pas lu l article!

    Jack Gardner

    17 h 40, le 08 juillet 2020

  • D'abord il n'est plus au gouvernent et c'est tant mieux. Ensuite s'il s'est arrangé pour obtenir une interview et donner son avis, nous autres nous ne lui avons rien demandé sauf des comptes sur ses prestations lorsqu'il était aux affaires. Là il est moins disert et nous sert le fameux "on ne nous a pas laissé faire" ! Rien sur le tonneau des Danaïdes, son" idée géniale" des générateurs flottants turques dont les coûts nous auraient permis de construire trois centrales électriques capables d'alimenter le Liban, la Syrie et la Jordanie 48heures sur 24 !!! Lorsqu'on a échoué lamentablement sur tout et coûté 30 milliards de dollars au contribuable, on n'a davis à donner sur rien du tout. On s'acquitte de ses dettes et on disparaît.

    Paul-René Safa

    16 h 03, le 08 juillet 2020

  • Le Liban est frappe surtout d' idiotie , en raison de ceux qui le gouvernent..

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 54, le 08 juillet 2020

  • Pourquoi le gouvernement libanais ne fait aucune réforme depuis sa nomination en fév. 2020. Tout le monde sait que faute de moyens économiques et financiers, que c’est une partie d’échec moderne, où la guerre économique remplace les sièges armée du moyen-âge. Les aides et les crédits ne sont plus d'actualité, pour un pays en faillite et un gouvernement allié d’un état voyou. Il ne reste que des paroles vides le temps que ça passe. Même pour les plus talentueux des responsables politiques, ils finiront par se résigner, ils devront vendre la souveraineté du pays pour une aide sous condition. Pour éviter le soutien conditionné par les puissances occidentales les joueurs ont mis des marionnettes qui bloqueront les conditions défavorables à leur parti. Le Liban n'est pas sorti de l'auberge.

    DAMMOUS Hanna

    15 h 22, le 08 juillet 2020

  • Il suffit de bien regarder la photo et l'on comprend à qui on a à faire ! Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 55, le 08 juillet 2020

  • Hahaha dit exactement ce qu’on veut qu’il dise

    Bery tus

    14 h 27, le 08 juillet 2020

  • Bof......

    Wlek Sanferlou

    13 h 52, le 08 juillet 2020

  • il faut extirper la(es) vermine(s) du bois une fois pour toutes!!

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 15, le 08 juillet 2020

  • Aucune decence.. Pure perte de temps a commenter.

    Jean Michael

    12 h 34, le 08 juillet 2020

  • "la solution réside dans l'unité nationale et le dialogue"; sérieux??? Où ce monsieur les voit-il ailleurs que dans sa bulle au pouvoir? Même entre potes leur dialogue devient monologue!

    Guizou 21

    12 h 08, le 08 juillet 2020

  • un personnage étrange ministre de l energie 2013 déclare le Liban aura l éléctrecité 24/24 EN 2014 nous voila en 2020 on a de l electrecité 4h/24 qui croire ? pour le reste pas de commentaire

    youssef barada

    12 h 07, le 08 juillet 2020

  • Comme une envie de rire, suis-je le seul?

    Je partage mon avis

    11 h 40, le 08 juillet 2020

  • ET QU AVEZ VOUS FAIT DEPUIS 2016?? LES RÉFUGIÉS SYRIENS,QUI NE SONT PLUS RÉFUGIÉS,SONT TJS LA A NOUS USURPER LA VIE...ET NOTRE ARGENT ET LES BANQUES NOW ??

    Marie Claude

    10 h 17, le 08 juillet 2020

  • Sérieux?

    Liberté de Penser

    10 h 15, le 08 juillet 2020

  • L,HEBETUDE EST UN MAL INNE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 10, le 08 juillet 2020