Rechercher
Rechercher

Rationnement de l'électricité

L'administration de l'hôpital Rafic Hariri privée de climatisation "pour donner la priorité aux patients"

L'administration de l'hôpital Rafic Hariri privée de climatisation

L'entrée de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, à Beyrouth. Photo d’archives Joseph Eid/AFP

L'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, à Beyrouth, a été contraint d'éteindre la climatisation dans les bureaux administratifs "pour donner la priorité aux patients", selon une circulaire de la direction de l'hôpital datée de jeudi dernier. L'électricité est sévèrement rationnée depuis plusieurs jours dans le pays, notamment en raison de la pénurie de mazout. Selon le responsable de la maintenance de l'hôpital, interrogé à la télévision, l'électricité ne vient que 15 heures par jour. Dans un communiqué publié dans la journée, la direction de l'hôpital a confirmé ces mesures de "rationnement" de l'utilisation de l'électricité, précisant que la climatisation n'a pas été arrêtée dans les unités chirurgicales, les soins intensifs, aux urgences et dans les unités de dialyse.

Après avoir "contacté les responsables aux ministères de la Santé et de l’Énergie pour exempter les hôpitaux du programme de rationnement de l'électricité", la direction a indiqué avoir obtenu de ces derniers l'assurance d'un rationnement moins sévère. Sur Twitter, le directeur de l'hôpital, Firas Abiad, a lui aussi assuré que la situation n'affecte que de manière "minimale" les opérations de l'établissement, saluant les efforts des donateurs ayant fourni l'hôpital en mazout.


L'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, à Beyrouth, a été contraint d'éteindre la climatisation dans les bureaux administratifs "pour donner la priorité aux patients", selon une circulaire de la direction de l'hôpital datée de jeudi dernier. L'électricité est sévèrement rationnée depuis plusieurs jours dans le pays, notamment en raison de la pénurie de mazout. Selon le...