Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient

Peines de prison pour deux ex-dirigeants d’Amnesty en Turquie

Deux ex-responsables d’Amnesty International en Turquie ont été condamnés hier à de la prison pour activités « terroristes », à l’issue d’un procès emblématique des pressions croissantes contre la société civile depuis un putsch manqué en 2016. Taner Kiliç, ancien président d’Amnesty en Turquie, a été condamné à six ans et trois mois de prison pour « appartenance à un groupe terroriste », et Idil Eser, une ex-directrice, a été condamnée à deux ans et un mois pour « aide à une organisation terroriste ». Deux autres défenseurs des droits humains ont été condamnés à la même peine que Mme Eser, tandis que sept autres militants, dont un Allemand et un Suédois, ont été acquittés, selon Amnesty. Les personnes condamnées ne devraient pas être incarcérées en attendant l’épuisement des procédures d’appel. Cette affaire, surnommée le « procès des 11 d’Istanbul » par Amnesty, est devenue l’un des symboles de la répression qui s’est abattue sur la société civile en Turquie après la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan, suivie de purges. « C’est scandaleux. Des accusations absurdes. Aucune preuve », a réagi sur Twitter Andrew Gardner, chercheur pour Amnesty International en Turquie. « Nous ne baisserons pas les bras tant qu’ils ne seront pas tous acquittés », a-t-il ajouté.


Deux ex-responsables d’Amnesty International en Turquie ont été condamnés hier à de la prison pour activités « terroristes », à l’issue d’un procès emblématique des pressions croissantes contre la société civile depuis un putsch manqué en 2016. Taner Kiliç, ancien président d’Amnesty en Turquie, a été condamné à six ans et trois mois de prison pour...

commentaires (0)

Commentaires (0)