Rechercher
Rechercher

Liban

Wazni : Les négociations avec le FMI sont suspendues

"Le Fonds monétaire international a demandé à l'équipe libanaise de négociation d'unifier les chiffres et d'accélérer la mise en œuvre des réformes demandées", indique un communiqué publié par le bureau de presse du ministre des Finances après des propos rapportés par al-Joumhouria.

Wazni : Les négociations avec le FMI sont suspendues

Le ministre libanais des Finances, Ghazi Wazni. REUTERS/Mohamed Azakir

Le ministre libanais des Finances, Ghazi Wazni, a soufflé vendredi le chaud et le froid en ce qui concerne la suspension ou non des négociations, qui piétinent, avec le Fonds monétaire international (FMI), auprès duquel le Liban sollicite une aide financière pour sortir de la crise.

Face à la crise économique, financière et monétaire aiguë que traverse le Liban, le gouvernement a élaboré un plan de sauvetage sur la base duquel il négocie depuis mai avec le FMI. Mais des désaccords sont apparus entre le cabinet d'un côté, et le secteur bancaire, la banque centrale et la plupart des blocs parlementaires de l'autre, sur le chiffrage des montants des pertes accumulées par le pays.

Dans des déclarations rapportées par le quotidien libanais al-Joumhouria dans son édition de vendredi, M. Wazni dit : "Les négociations avec le FMI sont 'on hold', suspendues, en attendant que le Liban commence à mettre en oeuvre les réformes le plus rapidement possible, et s'entende sur les chiffres (des pertes). En attendant la reprise des discussions, je resterai en contact avec le FMI". Et de poursuivre : "Ce à quoi nous travaillons aujourd'hui est de définir les pertes accumulées et leur ampleur dans tous les secteurs. Nous devons en sortir avec une même approche approuvée par l'ensemble des forces politiques et en coordination entre le gouvernement et le Parlement, car le temps n'est plus à la tergiversation. Nous devons nous entendre le plus rapidement possible", a ajouté le ministre des Finances.

Lire aussi dans le Commerce du Levant

FMI : pourquoi les négociations avec le Liban sont dans l'impasse

Dans un communiqué publié dans la matinée, le bureau de presse du ministre des Finances a clarifié les propos de ce dernier, en affirmant que les négociations avec le FMI "se poursuivent". "Il convient de signaler que le FMI a demandé à l'équipe libanaise de négociation d'unifier l'approche de détermination des chiffres et d'accélérer la mise en oeuvre des réformes demandées", indique ce texte.

Jeudi, à l'issue d'un Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Manal Abdel Samad, avait affirmé que "les négociations avec le FMI sont liées aux réformes, et il est nécessaire d'unifier les points de vue et les positions de tous dans ce cadre". Ce désaccord constitue l'une des principales raisons qui a poussé à la démission du directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, et à celle du conseiller du ministre des Finances, Henri Chaoul, qui faisaient partie de l'équipe des négociateurs désignés par l’exécutif pour discuter avec le FMI.

Par ailleurs, le ministre des Finances a reçu dans la matinée la présidente de la commission de contrôle des banques, Maya Dabbagh, à la tête d'une délégation de cette commission. "Les défis sont importants de même que les décisions qui seront prises dans la période à venir car elles concernent le sort du secteur bancaire, le système financier, la situation économique jusqu'au destin du pays", a déclaré M. Wazni lors de cette rencontre. Il s'est également entretenu avec la commissaire du gouvernement près la BDL, Christelle Wakim, insistant sur l'importance de son rôle, concernant le respect du Code de la monnaie et du crédit et la surveillance des comptes des banques.


Le ministre libanais des Finances, Ghazi Wazni, a soufflé vendredi le chaud et le froid en ce qui concerne la suspension ou non des négociations, qui piétinent, avec le Fonds monétaire international (FMI), auprès duquel le Liban sollicite une aide financière pour sortir de la crise.

Face à la crise économique, financière et monétaire aiguë que traverse le Liban, le...

commentaires (11)

MR Wazni , vous ne faites pas le poids.....

Robert Moumdjian

05 h 25, le 05 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • MR Wazni , vous ne faites pas le poids.....

    Robert Moumdjian

    05 h 25, le 05 juillet 2020

  • Wazni, celui dont le parti interdit d'engager Kroll au motif que cette société serait liée à Israël ? Mais le téléphone avec lequel j'écris ce commentaire est plein de propriété intellectuelle développée en Israël (Google, Microsoft, Intel, etc ) et qui fait vivre et enrichir votre repoussoir favori. Vous ne voulez pas essayer l', honnêteté pour changer?

    M.E

    22 h 15, le 03 juillet 2020

  • Nous devrions peut-être enseigner au FMI comment négocier comme nous avons appris à Londres et Washington comment gouverner sans budget. Il est où le brillantissime gendrissime quand on a besoin de lui?

    Michael

    20 h 35, le 03 juillet 2020

  • Mr Wazni, vous êtes de ces hommes honnêtes et respectueux. Vous avez les mains liées et donc vous ne serez pas capables de prendre les bonnes décisions et de faire les réformes nécessaires. Un bon conseil: démissionnez.

    carlos achkar

    15 h 51, le 03 juillet 2020

  • Ces lâches hommes au pouvoir n’ont pas reçu l’ordre de continuer les négociations. Ils veulent nous imposer l’Iran et l’axe de l’EST pour vider le Liban de ses citoyens. LE LIBAN NE LEUR APPARTIENT PAS ET ILS NE PEUVENT PAS DÉCIDER DE LE BRÛLER TANT QU’UN SEUL LIBANAIS PATRIOTE RESPIRERA. DEHORS BANDE DE POURRIS. TOUS SANS EXCEPTION AUCUNE.

    Sissi zayyat

    15 h 24, le 03 juillet 2020

  • Pouruoi perdre son temps, son énergie et son moral à chercher qui est responsable de l'écroulement du pays alors que le monde entier connait la personne qui n'attend que ça pour en prendre le contrôle total ...

    Remy Martin

    15 h 10, le 03 juillet 2020

  • Allez messieurs les ministres démissionnez et laissez ce pauvre Liban vivre en paix .

    Antoine Sabbagha

    13 h 59, le 03 juillet 2020

  • COMMENCEZ LES REFORMES PAR CHANGER DE GOUVERNEMENT ET ELOIGNER LES DEUX MILICES IRANIENNES ET LE GENDRE SEULS RESPONSABLES DES DEBOIRES DU PAYS. JE REPETE QUE LE FMI N,EST PAS UNE SOCIETE DE BIENFAISANCE MAIS UNE D,INVESTISSEMENTS ET QUI IMPOSE DES CONDITIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES AUX PAYS QUI EN ONT RECOURS CAR LA POLITIQUE INFLUE DIRECTEMENT SUR L,ECONOMIE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 56, le 03 juillet 2020

  • Quelle honte !! Lamentable !!

    Elie H

    13 h 27, le 03 juillet 2020

  • Qui aurait pu penser un seul instant que le FMI va faire confiance à des dirigeants libanais qui ont prouvé à maintes occasions qu’ils ne sont que des branquignols loufoques incapables de tenir la moindre promesse tout en étant maîtres dans l’art du mensonge et celui de la magouille. Que tous ces responsables présents et passés aillent vite se planquer dans les paradis fiscaux où ils ont caché l’argent public détourné avant que la révolution de la faim ne les traduise devant les quelques courageux, indépendants, juges honnêtes et intègres que nous devons certainement avoir

    Liberté de Penser

    12 h 27, le 03 juillet 2020

  • Peut etre que le FMI devrait il negocier directement avec le patron du LIBAN,l ayatollah Khameini .......

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 18, le 03 juillet 2020