Commerce

Les boulangeries ont repris la distribution du pain libanais

Les boulangeries ont repris la distribution du pain libanais

De nombreux Libanais se sont rués sur les boulangeries du pays au cours du week-end écoulé. Photo ANI

Le président du syndicat des fabricants de pain libanais de Beyrouth et du Mont-Liban, Ali Ibrahim (qui avait démissionné en avril, mais occupe finalement toujours ses fonctions), a annoncé hier avoir repris la distribution du pain aux revendeurs « conformément à la demande de plusieurs responsables ». L’annonce a été faite au terme d’un week-end au cours duquel de nombreux Libanais se sont rués sur les boulangeries, à un moment où les conséquences de la crise économique et financière que traverse le pays font craindre une pénurie de farine et donc de pain.

« Conformément à la demande des responsables à tous les niveaux, les propriétaires de boulangeries ont livré le pain aux distributeurs sur l’ensemble du territoire », a déclaré M. Ibrahim, appelant néanmoins à trouver une solution à leur situation. « Les boulangeries ne sont plus en mesure de fabriquer le pain, au vu de la situation économique et des coûts devenus extrêmement élevés en raison du prix du dollar » qui s’est envolé face à la livre libanaise sur le marché noir, a-t-il ajouté, exprimant l’espoir que « le problème du coût de distribution sera réglé » (aujourd’hui).

Selon notre correspondante Hoda Chédid, le Premier ministre Hassane Diab a suivi ce dossier et multiplié les contacts pour tenter de le régler. Il a ainsi demandé au ministre de l’Économie, Raoul Nehmé, et au directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, de trouver des solutions pour permettre aux boulangeries de réduire leurs pertes sans alourdir la facture des Libanais. Le ministère de l’Économie, et plus particulièrement la Direction de la protection du consommateur qui y est rattachée, a mené une série d’inspections au cours du week-end écoulé dans certains supermarchés sur l’ensemble du territoire, pour contrôler les prix du pain et de plusieurs denrées alimentaires.

Depuis plusieurs mois, les boulangeries du Liban mettent régulièrement les autorités en garde contre « les graves crises qui touchent le secteur », en raison notamment de la baisse d’approvisionnement du pays en mazout et de l’augmentation du prix des matières premières, dans le contexte actuel de crise. Pour tenter de trouver une voie médiane entre les boulangers et les citoyens, le ministère de l’Économie a légèrement augmenté le prix du paquet de pain et diminué son poids réglementaire, mais cette augmentation a été jugée insuffisante par les boulangers qui ont appelé l’État à subventionner les matières premières entrant dans la fabrication du pain.

Samedi, Raoul Nehmé avait affirmé qu’il n’y avait « pas de pénurie de pain ». En début de semaine, ce dernier avait accru les inquiétudes de l’opinion publique en proposant de modifier les modalités d’attribution de la subvention sur le taux livre/dollar dont bénéficient depuis octobre dernier les importateurs de farine et de carburant (essence et mazout, plus particulièrement).


Le président du syndicat des fabricants de pain libanais de Beyrouth et du Mont-Liban, Ali Ibrahim (qui avait démissionné en avril, mais occupe finalement toujours ses fonctions), a annoncé hier avoir repris la distribution du pain aux revendeurs « conformément à la demande de plusieurs responsables ». L’annonce a été faite au terme d’un week-end au cours duquel de...

commentaires (0)

Commentaires (0)