Rechercher
Rechercher

Liban

Qui peut obtenir des dollars chez les changeurs et à quelles conditions ?

De nombreuses restrictions sont posées à l'accès aux devises.

Qui peut obtenir des dollars chez les changeurs et à quelles conditions ?

Un homme tenant une liasse de livres libanaises, dans un bureau de change de Beyrouth, le 24 avril 2020. Photo REUTERS/Mohamed Azakir/File Photo

Le syndicat des agents de change du Liban a fixé lundi dans une nouvelle circulaire les conditions d'obtention de dollars américains auprès des changeurs, en établissant les plafonds des montants autorisés en fonction de la nature de la transaction, et les documents que doivent présenter les clients pour pouvoir obtenir la somme requise.  Ces mesures ont été mises en place afin de contrôler le taux livre/dollar. Le taux officiellement en vigueur auprès des changeurs a été fixé lundi matin à maximum 3 850 livres le dollar à l’achat et 3 900 livres à la vent.  Selon le document, identifié comme la circulaire numéro 4 du syndicat, seuls les Libanais de plus de 18 ans peuvent obtenir des devises. Le texte précise que des copies d'extrait du registre d'état civil ne sont plus acceptées pour remplacer les cartes d'identité des demandeurs. 

 - Pour le paiement des salaires d'employé(e)s domestiques étrangers : le client peut obtenir 300 dollars, une fois par mois. Pour pouvoir échanger ses livres libanaises, le client devra présenter : une copie du passeport de l'employé(e), du dernier versement effectué vers l'étranger, du permis de séjour de l'employé(e), de la carte d'identité du garant. Ce dernier doit être présent en personne pour la transaction. 

- Pour des dollars destinés à l'achat de billets d'avion : le client peut obtenir une seule fois 1 000 dollars, sur présentation d'un passeport et visa de voyage valides. Le montant sera directement versé par le changeur à l'agence de voyage. 

- Pour le paiement de frais universitaires à l'étranger : le client peut obtenir 2 500 dollars, sur présentation de la carte d'étudiant de la personne inscrite à l'université, du plan d'échelonnement des paiements des frais universitaires, du reçu du dernier versement et de la carte d'identité du chef de famille. 

Lire aussi

Il était une fois la classe moyenne

- Pour le remboursement d'un prêt immobilier au Liban : le client peut obtenir 1 000 dollars par mois. Il doit présenter une copie conforme de l'acte d'achat du bien immobilier, du calendrier de remboursement établi, du reçu du dernier versement effectué, de la carte d'identité du propriétaire du bien. La personne ayant contracté le prêt à rembourser doit être présente en personne lors de la transaction. 

- Pour le remboursement d'un prêt au Liban : le client peut obtenir 500 dollars par mois, sur présentation d'une copie du calendrier de remboursement, du contrat établi avec le créancier, du reçu du dernier versement effectué et de la carte d'identité du débiteur. 

- Pour le paiement du loyer d'un logement étudiant à l'étranger : le client peut obtenir un montant défini en fonction du pays de résidence de l'étudiant concerné, pour un montant maximal de 1 000 dollars par mois, sur présentation d'une copie conforme du contrat de location et de copies du reçu du dernier versement effectué, du permis de séjour ou visa de l'étudiant, de la carte d'identité du chef de famille et de la carte d'étudiant du locataire du logement. 

- Pour les sociétés important des denrées alimentaires et du matériel médical : la circulaire du syndicat ne fixe pas de plafond spécifique pour les transactions de change. Le demandeur doit toutefois présenter plusieurs documents afin de pouvoir obtenir des devises : le document d'inscription de l'entreprise au registre de commerce, le certificat d'enregistrement de la société auprès du ministère des Finances, la carte d'identité du chef de l'entreprise, la carte d'identité de la personne autorisée à signer des documents au nom de la société. Le client doit également fournir un numéro de téléphone fixe de l'entreprise, la raison pour laquelle les fonds sont réclamés, une copie de la dernière commande de produits effectuée à l'étranger, du dernier versement effectué à l'étranger, de la dernière commande de produits effectuée dans une société locale et du reçu du dernier versement effectué à l'attention d'une société locale. 

La baisse fulgurante de la livre libanaise face au dollar américain ces derniers mois est l'un des principaux aspects de la crise économique, financière et monétaire que traverse le Liban. Il y a quelques jours, les autorités ont annoncé une injection de dollars sur le marché et la mise en place d'une chambre d'opérations de la Sûreté générale pour traquer les spéculateurs et les agents illégaux.



Le syndicat des agents de change du Liban a fixé lundi dans une nouvelle circulaire les conditions d'obtention de dollars américains auprès des changeurs, en établissant les plafonds des montants autorisés en fonction de la nature de la transaction, et les documents que doivent présenter les clients pour pouvoir obtenir la somme requise.  Ces mesures ont été mises en place afin de...

commentaires (5)

adieu Liban on verra pas le pays cette année et peut etre les années suivantes car on veut pas le reformer , on gardera notre argent à l étranger biensur on vendra le peu du bien qui reste au liban on ne reve plus (spécialité libanais in challa) la livre libanaise continuera sa descente en enfer car il n y aura pas de FMI ni CEDRE parceque il n y aura pas de reformes et arretez d accuser les agents de changes ils ne sont pour rien.

youssef barada

00 h 07, le 23 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • adieu Liban on verra pas le pays cette année et peut etre les années suivantes car on veut pas le reformer , on gardera notre argent à l étranger biensur on vendra le peu du bien qui reste au liban on ne reve plus (spécialité libanais in challa) la livre libanaise continuera sa descente en enfer car il n y aura pas de FMI ni CEDRE parceque il n y aura pas de reformes et arretez d accuser les agents de changes ils ne sont pour rien.

    youssef barada

    00 h 07, le 23 juin 2020

  • Je ne veux pas acheter des dollars. J’ai des dollars. Il suffit de me les donner.

    Gros Gnon

    20 h 39, le 22 juin 2020

  • Et si on est détenteur d'un compte en $$?? On fait quoi?? On a une chance de les obtenir...?? Ah ben non j'oubliais ils ont été volatilisés. On peut même pas les obtenir et encore moins en faire ce que bon nous semble... c'est injuste, illégal, inadmissible et inacceptable. Il s'agit pourtant de NOTRE argent!!!

    Sybille S. Hneine

    15 h 19, le 22 juin 2020

  • En clair si on a la chance (ou la malchance) d’avoir des USD dans nos comptes on nous les fait retirer au compte goute dans une monnaie de singe à 3,000LL/USD. Pour récupérer une encore plus petite partie de NOS USD (ceux qui ont fait vivre le pays pendant 25 ans) il faut repartir attendre des heures chez les changeurs pour les racheter a 4,000LL/USD ...résultat un hair cut de 25% (ou de 40% si on a besoin de plus grosses sommes de nos propres USD disponibles au marché noir) Bref assez d’hypocrisie le capital control et hair cut sont là il vaut mieux faire un loi qui les officialise ainsi que les transferts autorisés plutôt que de de continuer a laisser les banques agir à la tête du client.

    Liban Libre

    15 h 08, le 22 juin 2020

  • DES MESURES VOUEES A L,ECHEC. ET LA DEVALUATION CONTINUERA.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 03, le 22 juin 2020