Rechercher
Rechercher

Épidémie

Covid-19 : seize nouveaux cas locaux, cinq parmi les rapatriés

Le HCR suit de près les réfugiés syriens de Majdel Anjar contaminés par le coronavirus. Le gouvernement prépare la quatrième phase de rapatriement.


Les pêcheurs de retour sur la corniche de Beyrouth. Anwar Amro/AFP

Une nouvelle hausse au compteur du coronavirus a été enregistrée hier au Liban, le ministère de la Santé ayant fait état dans son bilan quotidien de 21 contaminations, portant ainsi à 1 161 le nombre cumulatif des cas depuis l’annonce de l’épidémie le 21 février, dont 209 parmi les rapatriés. Les nouvelles contaminations locales ont été détectées à Majdel Anjar (6 Libanais) dans le caza de Zahlé, ainsi que dans les cazas de Beyrouth (5 Bangladais), Aley (2), Baabda (1), Jbeil (1) et du Akkar (1). Cinq cas ont été répertoriés parmi les rapatriés. Selon le bilan officiel du ministère, à ce jour 26 décès et 692 guérisons ont été enregistrés. Donc, 443 souffrent toujours du coronavirus, dont 73 sont hospitalisés (70 avec de légers symptômes et 3 dans un état critique). Les autres patients sont en auto-isolement, et leur état de santé est suivi au quotidien par des équipes du ministère de la Santé.Dernièrement, c’est parmi les réfugiés syriens que des contaminations au coronavirus ont été détectées, principalement à Majdel Anjar, où 15 cas ont été enregistrés jusqu’au 26 mai, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Toutes ces personnes vivent dans un même immeuble. Un cas parmi les réfugiés syriens à Tripoli a également été enregistré. « Le patient en question vivait aussi dans un immeuble et non pas dans un camp informel. Il est complètement guéri », souligne à L’Orient-Le Jour Lisa Abou Khaled, porte-parole du HCR, précisant que « l’agence onusienne est en contact avec les réfugiés syriens de Majdel Anjar pour s’assurer qu’ils suivent les directives du ministère de la Santé, y compris l’auto-isolement ». « Nous continuerons à suivre leur état de santé de près et à leur fournir le soutien nécessaire, en coordination avec le ministère et les autorités locales. »

Se penchant sur le système mis en place par le HCR pour répondre à l’épidémie de Covid-19, Mme Abou Khaled explique que « l’agence et ses partenaires assurent aux réfugiés en isolation la nourriture et les kits de désinfectants pour qu’ils puisent subvenir à leurs besoins essentiels durant cette période ».

Lire aussi

Coronavirus : un coût économique, social et sanitaire hors du commun

Par ailleurs, elle souligne qu’en collaboration notamment avec le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé, le HCR a entamé une campagne de tests de dépistage PCR dans les camps informels et les abris collectifs. L’accent est mis sur les régions qui comptent une grande concentration de réfugiés, comme Majdel Anjar. Mme Abou Khaled rappelle que depuis le début de l’épidémie au Liban, l’agence œuvre, en collaboration avec ses partenaires et les autorités locales, à prévenir la propagation du virus parmi les réfugiés, assurant que les frais des tests et du traitement des réfugiés sont entièrement couverts par le HCR.

L’agence a dans ce cadre des équipes sur le terrain qui multiplient les campagnes de sensibilisation aux mesures de prévention et distribuent les détergents et désinfectants aux réfugiés. « À ce jour, nous avons réussi à entrer en contact avec l’ensemble des réfugiés vivant dans les camps informels et les abris collectifs », insiste Mme Abou Khaled. Elle ajoute : « Nous sommes en train d’agrandir cinq hôpitaux gouvernementaux. Au total, le HCR couvrira les coûts de 800 lits supplémentaires et 100 lits dans les unités de soins intensifs. »

Tests au Palais de justice de Zahlé

Concernant les cas détectés dans le caza de Zahlé après la contamination d’un militaire travaillant au Palais de justice de cette ville de la Békaa, des tests de dépistage ont été effectués pour la seconde journée consécutive auprès de toutes les personnes y travaillant.

Par ailleurs, le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a appelé à ce que les efforts déployés pour lutter contre le virus se fassent de « manière concertée » dans le pays. « Résister à la pandémie permet au Liban d’éviter des scénarios néfastes », a-t-il affirmé, lors d’une visite auprès du cheikh Akl Nasreddine el-Gharib, qui n’est reconnu que par une partie de la communauté druze. Il a insisté sur le fait que le respect des gestes barrières « permet de réduire » le nombre de contaminations. « Nous traversons une période difficile, avec de réels défis économiques, mais nous devons trouver un équilibre entre la protection de la santé des citoyens et leurs besoins quotidiens », a estimé M. Hassan. De son côté, le cheikh Akl a estimé que « le Liban mène un combat économique compliqué auquel est venue s’ajouter la pandémie ». « Avec nos capacités limitées, nous ne pouvons lutter contre les risques élevés posés par le virus qu’en déployant tous les efforts possibles », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, les waqfs islamiques ont annoncé la réouverture, à partir du 29 mai, des mosquées pour les cinq prières quotidiennes et la prière du vendredi, une réouverture initialement envisagée à partir de juin par le gouvernement.

Enfin, le Premier ministre, Hassane Diab, a présidé hier soir une réunion au Grand Sérail pour évaluer la troisième phase de rapatriement des Libanais, qui s’est poursuivie du 14 au 24 mai, et discuter des préparatifs de la quatrième phase dont les dates seront précisées ultérieurement.


Une nouvelle hausse au compteur du coronavirus a été enregistrée hier au Liban, le ministère de la Santé ayant fait état dans son bilan quotidien de 21 contaminations, portant ainsi à 1 161 le nombre cumulatif des cas depuis l’annonce de l’épidémie le 21 février, dont 209 parmi les rapatriés. Les nouvelles contaminations locales ont été détectées à Majdel Anjar (6...

commentaires (1)

Ici en Lombardie après la seconde Phase il y a eu des cas , il faut faire très attention, la jeunesse ne comprend pas

Eleni Caridopoulou

17 h 06, le 28 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ici en Lombardie après la seconde Phase il y a eu des cas , il faut faire très attention, la jeunesse ne comprend pas

    Eleni Caridopoulou

    17 h 06, le 28 mai 2020